Cancer : conseils bien-être et beauté

La maladie bouleverse l'image de soi. Tous les patients qui luttent contre le cancer le savent bien. La Fondation contre le Cancer apporte son soutien de deux façons.

Un Guide Beauté

couverture guide beautéLa Fondation contre le Cancer édite un Guide Beauté destiné aux personnes atteintes de cancer.

Celui-ci regorge de conseils et astuces sur les soins de la peau pendant les traitements, le choix des couleurs, les prothèses mammaires ou capillaire, etc.

Les personnes en traitement et leurs proches peuvent se le procurer gratuitement auprès de l’institution de soins où elles sont suivies. Toute personne intéressée peut commander notre guide beauté auprès de la Fondation, ou le consulter en ligne. Il est également possible de consulter ici les adresses des perruquiers via notre annuaire.

Paraître bien pour être mieux

La Fondation contre le Cancer souhaite aider les patients à soigner leur apparence pour que, en dépit des effets du cancer et des traitements, ils conservent une image positive d'eux-mêmes et une qualité de vie aussi bonne que possible. 

Le  projet "Paraître bien pour être mieux" propose des soins et des conseils de beauté gratuits

  • lors d'un traitement contre le cancer
  • pendant l'hospitalisation, l'hospitalisation de jour ou un traitement ambulatoire  

Les soins sont effectués par des Conseillères en beauté encadrées par la Fondation.

Soins offerts

Du nettoyage de la peau au massage du visage et des mains en passant par un léger maquillage, toute une palette de soins est prodiguée aux patients. Toutefois, les personnes atteintes de cancer sont fragilisées et leur immunité est diminuée. Par conséquent, certains actes sont formellement interdits à nos conseillères, notamment:

  • épiler ou poser tout autre acte nécessitant un instrument (par exemple, couper les ongles des mains et des pieds)
  • traiter une peau blessée, irritée ou abîmée ou présentant des cicatrices récentes

Au moindre doute, nous conseillons de demander l'avis du médecin traitant ou du médecin spécialiste.

Les produits employés

Ce service n'aurait pu être mis en œuvre sans la participation de la firme La-Roche-Posay qui met gracieusement à notre disposition ses produits de soins ainsi que la société Cosmic NV qui nous permet d'offrir aux patients qui le souhaitent un maquillage de qualité grâce à leur gamme 'Park Avenue'. Depuis septembre 2014, nous avons également certains produits de la gamme de soins et de maquillage hypoallergénique et haute tolérance Eye-Care à disposition. Il s’agit ici de produits pour le soin des ongles et des yeux.

La gamme des produits choisis permet un soin complet et un maquillage de base, tout en évitant les dépenses excessives. Les patients apprennent à être créatifs avec un minimum de produits ou de matériel.

Qui contacter ?

En consultant notre annuaire, vous trouverez une liste des hôpitaux où sont actives nos Conseillères en beauté. Ces soins sont également disponibles, sur rendez-vous, à notre siège social à Bruxelles.

Pour toute question complémentaire, contactez-nous à beauty@cancer.be.

Conseillères en beauté : journal d’une formation

Au printemps 2014, une dizaine de candidates francophones se sont déclarées volontaires pour offrir des soins de beauté aux personnes atteintes de cancer. Durant plusieurs semaines, elles vont pour cela recevoir une formation complète et professionnelle. Nous avons suivi pas à pas leur évolution.

Devenez conseillère en beauté

Les conseillères en beauté de la Fondation

Saviez-vous que la Fondation contre le Cancer est un précurseur des soins esthétiques pour les personnes atteintes de cancer ? Dans de nombreux hôpitaux du pays, près de 135 conseillères en beauté proposent aux patients soins et massages du visage et des mains, maquillage et conseils esthétiques (par exemple, comment nouer un foulard sur la tête, comment prendre soin de son corps fragilisé par les traitements…). Nos conseillères en beauté le constatent au quotidien : paraître bien aide vraiment à se sentir mieux !

Le 11 mars : en route donc vers trois mois de formation intense !

Nos candidates commencent par découvrir les nombreux aspects de la maladie. Il est en effet important pour une conseillère en beauté de bien connaître la réalité des patients qu’elles vont rencontrer. Les différents cancers et leurs traitements impliquent également des effets secondaires dont elles devront tenir compte. Nos futures conseillères suivent donc avec attention les explications de notre expert.

Le 18 mars : dans le vif du sujet

Les futures conseillères apprennent l’importance de soigner son corps et son apparence même pendant la maladie, pour conserver une bonne image de soi.
Elles découvrent la texture des différents types de peau, et en quoi la peau d’une personne atteinte de cancer peut être différente. Les candidates vont aussi devoir apprendre à utiliser des produits adaptés à ces peaux fragilisées, qui sont gracieusement mis à disposition par la firme La Roche-Posay.
On passe ensuite à la mise en pratique : démaquillage ou nettoyage de la peau, et hydratation.

Le 25 mars : un pas plus loin

La session d’aujourd’hui commence par une répétition des acquis : préparer les produits, installer le patient, nettoyer la peau. Les candidates répètent les 4 mouvements de massage déjà appris et en apprennent 8 nouveaux.

Ensuite, on passe à l’application du masque… et on en profite pour apprendre le massage des mains pendant la pose de celui-ci. Pour le patient, c’est un moment important où il va vraiment se détendre et, pendant un instant, ne plus penser à la maladie. Un moment clé aussi pour nos futures conseillères, qui doivent bien maîtriser les gestes et créer une ambiance relaxante.

Après avoir retiré le masque, on applique une crème de jour sur le visage et les lèvres, ainsi qu’une crème contour de l’œil.

Cette troisième session de formation se termine par l’apprentissage du maquillage complet, qui aide la patiente à retrouver une image d’elle-même qu’elle apprécie : dessiner les sourcils perdus à cause de la chimiothérapie et redonner un peu de couleur à un visage abimé par les traitements.

Le 1er avril : récapitulatif d’un soin complet

  • Préparer les produits : cela permet aux élèves de définir ceux qui seront nécessaires au soin personnalisé de la patiente.
  • Installer la patiente : il faut lui offrir la position la plus confortable possible. Il est important de bien recouvrir la personne afin qu’elle ne prenne pas froid en restant immobile. Il faut aussi apprendre à créer une ambiance agréable et relaxante grâce à une musique de fond. En effet, par la suite, les conseillères ne disposeront pas toujours d’un local approprié et, parfois, les soins se donneront directement dans la chambre de la patiente.
  • Nettoyer la peau, appliquer un tonique.
  • Masser : nos apprenties-conseillères reprennent les gestes de massage appris afin de bien les intégrer, puis apprennent huit nouveaux mouvements supplémentaires. Le massage du visage exige beaucoup de doigté et de légèreté. Il ne faut jamais oublier que l’on s’adresse à des personnes fragilisées par la maladie.
  • Viennent ensuite la pose du masque avec massage des mains, le rinçage du visage et la crème de jour hydratante.
  • On procède enfin au maquillage complet.  

Le 22  avril : l’accompagnement psycho-social, un module très important

Avec une psychologue, les conseillères apprennent comment aborder la personne malade. La première qualité d’un volontaire est sa capacité d’écoute qui le guidera pour s’adapter au patient et à ses humeurs. Une bonne communication est très importante également. La psychologue aborde ensuite l’approche de personnes en fin de vie. Ceci peut être très éprouvant, et la chaleur humaine et le respect sont des atouts majeurs.

Nos futures conseillères apprennent également à respecter leurs propres limites. Il arrive que les émotions soient très présentes, parfois accompagnées d’un sentiment d’impuissance. N’étant ni médecin ni infirmière, la conseillère n’a pas à donner d’avis médical mais doit être toujours à l’écoute et orienter le patient vers son équipe soignante.

Trouver sa place à l’hôpital, établir une bonne relation avec le personnel soignant, se présenter au patient et pouvoir clôturer un soin par une parole juste, sont divers éléments abordés avec nos candidates.

Pour clore la session le psychologue explore, par un dialogue ouvert, les motivations et émotions des candidates afin qu’elles prennent conscience de leur capacité à s’investir dans ce volontariat parfois difficile, mais tellement enrichissant.

Le 29 avril : l’hygiène à l’hôpital

Les patients ont des déficiences immunitaires et sont sujets à des saignements plus abondants lors de blessures ou coupures, même légères. La conseillère doit donc respecter un hygiène des mains parfaite en les désinfectant avant et après chaque soin. Il ne faut pas oublier que, passant d’un patient à un autre, on ouvre la possibilité à la transmission de microbes. Une hygiéniste professionnelle, Patricia Taminiau, apprend donc à nos candidates la différence entre se laver et se désinfecter les mains et comment le faire correctement.

Non seulement les mains doivent être désinfectées, mais il faut également être attentif à la manipulation des produits. C’est pourquoi nous préférons les tubes aux pots. Si l’on doit utiliser un pot, le produit ne peut y être prélevé qu’à l’aide d’une spatule. Aucun produit ne sera apposé directement de son support sur le patient : le rouge à lèvre, par exemple, sera appliqué à l’aide d’un coton-tige. Le mascara, ne pouvant être transposé sur un support jetable, sera désinfecté après chaque application. Le petit matériel employé sera soit jetable (cotons, ouates démaquillantes etc.), soit désinfecté consciencieusement après chaque soin (pinceaux, mascara).

Une formation indispensable donc, qui fut aussi très interactive et ludique.

Le 6 mai : on reprend la pratique

Après les interruptions des vacances et des cours théoriques, un récapitulatif de tous les mouvements appris est bien nécessaire. Il est important de ne pas perdre la main. Nos apprenties conseillères en beauté reprennent toutes les manœuvres de soins déjà acquises et apprennent les derniers mouvements de massage.
Après le soin, elles réalisent un maquillage complet. La formatrice s’assure que les futures conseillères ont bien intégré la pratique complète du soin qu’elles offriront aux patients durant leur séjour à l’hôpital.

Le 12 mai : conseils en cas de perte de cheveux

Les conseillères en beauté se trouvent souvent confrontées à des personnes en chimiothérapie. Elles doivent donc pouvoir renseigner ces personnes qui sont parfois désemparées ou même très angoissées par rapport à la perte de leurs cheveux et se posent beaucoup de questions.

Nos apprenties conseillères apprennent donc comment prendre soin des cheveux avant les traitements, comment se préparer à et, comment se déroule le processus de chute des cheveux. Il faut savoir prendre soin de ses cheveux pendant la perte, mais aussi entretenir son cuir chevelu après celle-ci.

Un important chapitre est consacré au choix de la prothèse capillaire : les différents types de perruques, comment la choisir, comment la poser, combien ça coûte, comment l’entretenir… Les conseillères apprennent également à nouer un foulard sur la tête.

Elles doivent également connaître les démarches à suivre afin d’obtenir l’intervention de la mutuelle et/ou de l’assurance complémentaire, afin de pouvoir offrir un renseignement complet.

19 mai : les palettes de couleurs

Faisant suite à la problématique de la perte de cheveux, nous apprenons à nos conseillères qu’il existe des alternatives à la perruque : des bonnets, des chapeaux, des bandeaux et des foulards déjà noués. Tout cela a un coût, bien sûr. Aussi peuvent-elles montrer aux patientes comment nouer harmonieusement un foulard ou une écharpe qu’elles auraient déjà en leur possession ou que l’on peut acheter sur un marché. Une après-midi ludique et amusante durant laquelle chacune s’ingénie à trouver une manière originale mais agréable de draper un ou plusieurs foulards.

Ici, le choix des couleurs joue un grand rôle. C’est pourquoi un chapitre est consacré au type de couleur qui convient à chaque teint ou carnation. Chaudes ou froides, certaines couleurs mettent le teint et les yeux en valeur et atténuent les imperfections du visage. D’autres, au contraire, peuvent donner un résultat moins positif et sont donc à éviter. Tout cela varie d’une personne à l’autre. Sachant que les personnes en traitement ont souvent un teint très pâle, ce module a vraiment son importance.

26 mai : le dernier cours

Nos conseillères réalisent un dernier soin complet, jusqu’à la pose du foulard. Une sorte de répétition générale avant le test d’aptitude. Le stress de la fin de formation est palpable. Nos candidates s’interrogent quant à savoir si elles seront acceptées après le test et si elles pourront se lancer seules dans l’aventure.

Les questions surgissent. L’examen théorique engendre toujours quelques angoisses : on n’a plus l’habitude d’étudier, est-ce que ce sera difficile, que doit-on connaître… doit-on tout étudier ?
Mais surtout : ais-je acquis suffisamment de technique, serai-je capable de bien reproduire tous les mouvements et dans le bon ordre... ? La formatrice est là pour rassurer nos candidates, leur inculquer une dernière fois les bons mouvements, corriger les petites erreurs et donner confiance.

3 juin : le test d’aptitude

La matinée est consacrée aux modules théoriques. Une bonne écoute des intervenants, une lecture des syllabus et beaucoup de bon sens permettent de répondre aux diverses questions posées dans chaque discipline : médical, psychologique, hygiène et théorie de l’esthétique. Les examens sont corrigés et cotés au fur et à mesure afin d’avoir les résultats rapidement.

Après une légère collation, durant laquelle la formatrice et la responsable du projet évaluent les résultats, les candidates conseillères en beauté entament l’examen pratique. Elles travailleront sur des modèles choisis parmi leurs connaissances ou des patients venus spontanément offrir leur présence.

Le temps d’exécution d’un soin complet est limité à une heure, afin de confronter les candidates à la réalité du terrain. Durant ce laps de temps, les candidates doivent :

  • disposer leur matériel et les produits,
  • installer confortablement le patient,
  • procéder au soin – jusqu’au foulard noué,
  • désinfecter et ranger tout le matériel.

Là aussi c’est un défi. Durant la formation, le temps est moins calculé ! Ici, la formatrice n’intervient pas, mais suit d’un œil critique chaque mouvement, chaque acte posé.
Lorsque tout est rangé, les résultats sont annoncés et chaque conseillère reçoit un certificat d’aptitude.

Pour fêter l’événement et remercier nos modèles, nous partageons un morceau de tarte.
Les coordinateurs régionaux conviennent avec la volontaire et la formatrice d’un jour de démarrage à l’hôpital. Et la grande aventure pourra commencer…

Nous remercions nos nouvelles conseillères en beauté pour leur assiduité, et leur souhaitons bon vent dans leur nouvelle fonction.
 

Dernière adaptation le: 9/01/2017

Témoignages

Fatigue, amaigrissement… Après quelques examens médicaux, le diagnostic tombe : myélome. Passé un sentiment de révolte initial, Thierri est parvenu à adapter son quotidien, grâce notamment au soutien de ses proches et de ses amis. Son mot d’ordre : espoir !Lire la suite