Les soins palliatifs en pratique

Où sont-ils dispensés ?

  • À l’hôpital, dans le service où la personne est hospitalisée ou dans des unités palliatives spécialisées.
  • À domicile ou en maison de repos. Dans ce cas, le médecin généraliste joue un rôle central. Il peut faire appel à une équipe de soins (kinésithérapeutes, infirmier-e-s à domicile...) spécialisée en soins palliatifs. 
  • Dans un hospice. Ces lieux offrent de manière personnalisée aux personnes en fin de vie tous les soins nécessaires, dans une atmosphère calme et paisible. Les membres de la famille et les proches sont les bienvenu-e-s pour visiter la personne.

Où pouvez-vous vous renseigner ?

Les sites et services suivants proposent des informations récentes :

Soins palliatifs à domicile

Le malade en fin de vie peut, s'il le désire, être accompagné et soigné dans son cadre de vie habituel. Il sera alors aidé par des soignants motivés et spécialement formés. Il pourra recevoir l'aide et le soutien de sa famille dans les meilleures conditions. 

Une aide financière

L’assurance soins de santé intervient via un forfait pour les médicaments, le matériel de soins et les auxiliaires pour les patients palliatifs à domicile. Le médecin de famille, en concertation avec le patient et sa famille, examine si son patient remplit les conditions pour être considéré comme un « patient palliatif », conditions sine qua non.
Le médecin de famille doit alors envoyer le formulaire « Avis médical » au médecin conseil de la mutualité de son patient.
C’est après l’avis du médecin conseil qu’est payé le forfait de 621,15 EUR à partir du 1 janvier 2012.

Suppression du ticket modérateur

Les patients qui bénéficient du statut palliatif reçoivent aussi une dispense du ticket modérateur :
• pour les visites chez un médecin généraliste
• pour certaines prestations dans le secteur des soins à domicile 
• et pour certaines prestations de kinésithérapie.

Assister un proche

Le travailleur qui souhaite assister un proche en fin de vie peut bénéficier d’un congé "soins palliatifs". 

Ce congé est une forme spécifique d'interruption de carrière qui permet de prendre soin d’une personne atteinte d’une maladie incurable et dont l’existence touche à sa fin.

L’interruption de carrière pour soins palliatifs est soumise à quelques conditions:

  • il faut être domicilié en Belgique, dans un autres pays de l'EEE (Espace économique européen) ou en Suisse
  • le médecin traitant doit attester que le travailleur est disposé à dispenser des soins palliatifs

Bon à savoir

  • Durée ? Il peut s'agir d'une interruption totale ou partielle d'un mois, prolongeable une seule fois.
  • Discrétion ? Le médecin transmet au travailleur une attestation qui ne révèle pas l'identité du malade.
  • Lien familial ? Le travailleur ne doit pas nécessairement être un membre de la famille.
  • Qui y a droit ? Pour autant que toutes les conditions requises soient remplies, l'exercice du congé pour soins palliatifs ne peut être ni refusé, ni reporté par l'employeur.
  • À qui transmettre la demande ? Pour bénéficier de l’allocation, il faut introduire une demande auprès de l’ONEM.
  • Protection ? Le travailleur bénéficie d'une protection contre le licenciement pendant la période du congé et les 3 mois qui suivent.
    Pour plus d’infos concernant cette protection, consultez les sites soins palliatifs, www.onem.be ou votre mutualité.

Le site du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale propose également des informations sur le congé palliatif.

Témoignages

La Fondation contre le Cancer propose gratuitement des activités physiques adaptées pour lutter contre la fatigue due au cancer et à ses traitements. Anne et Verena partagent leur expérience.