Cancer de la prostate

Le cancer de la prostate

Par facilité, nous utilisons le singulier 'cancer de la prostate'. Mais il en existe différents types, de sorte qu'il faudrait plutôt parler des' cancers de la prostate', au pluriel. Et même dans le cadre de pathologies similaires, chaque cas présente des particularités spécifiques.

En cas de cancer de la prostate (appelé parfois adénocarcinome, terme général pour les tumeurs glandulaires), des cellules anormales se multiplient de façon anarchique et envahissent d'abord la prostate, puis les organes situés au contact direct de celle-ci (vésicules séminales, vessie, rectum).

Des cellules cancéreuses peuvent également s'échapper par les vaisseaux sanguins ou lymphatiques. Elles partent alors coloniser d'autres parties du corps et y former des tumeurs secondaires appelées métastases.

Fréquence du cancer de la prostate

En Belgique, 8 810 nouveaux cas ont été répertoriés en 2008.

Environ trois quarts des patients ont + de 65 ans. Il s’agit actuellement de la forme de cancer la plus fréquente chez l’homme.

La prostate

La prostate est une glande qui fait partie des organes génitaux masculins. Située sous la vessie et devant le rectum, elle a normalement la taille et la forme d'une châtaigne. Elle se compose de tissus glandulaires entourés d'une couche fibromusculaire. 

La prostate produit un liquide (liquide prostatique) qui entre dans la composition du sperme. Le développement et le fonctionnement de la prostate sont influencés par les hormones mâles (testostérones), fabriquées dans les testicules. Ces hormones règlent la croissance de la prostate ainsi que la formation du liquide prostatique.

Adénome prostatique

Chez la plupart des hommes, le volume de la prostate augmente avec l'âge, surtout après la cinquantaine. On appelle cette maladie adénome de la prostate (ou encore hypertrophie bénigne de la prostate). Ce phénomène est probablement lié à des changements hormonaux et, dans certains cas, cela entraîne des difficultés pour uriner en raison de la compression des voies urinaires par la prostate.  

Il ne s'agit pas d'un cancer. De plus, un adénome prostatique ne prédispose pas ceux qui en sont atteints à développer ultérieurement un cancer de la prostate. Cependant, l'opération d'un adénome prostatique ne protège pas non plus d'un éventuel cancer ultérieur. En effet, cette chirurgie n'enlève que la partie centrale de la prostate et laisse en place sa zone périphérique qui peut, par la suite, être le point de départ d'une tumeur cancéreuse.     

Site web hébergé par Priorweb