En visite de laboratoire avec les donateurs de la Fondation

Votre soutien à la recherche

Savez-vous que nos donateurs sont actifs dans de nombreux laboratoires de notre pays ? Grâce à leurs dons, ils sont en effet aux côtés de dizaines de chercheurs. Bien sûr, cette présence est symbolique… Mais pour les remercier de leur soutien, la Fondation leur offre chaque année l’opportunité de visiter un laboratoire soutenu par leurs dons.

Comment se déroule une visite de laboratoire ? Découvrez ci-dessous un exemple, à travers ce reportage paru dans notre magazine Ensemble contre le cancer de décembre 2016.

 

La visite du laboratoire du Professeur Serge Goldman

En septembre 2016, une quarantaine de donateurs de la Fondation contre le Cancer ont été invités à l’Institut de Biologie et de Médecine Moléculaires de l’Université libre de Bruxelles (ULB), situé à Gosselies. Ils étaient accueillis par le professeur Serge Goldman, dont le travail (conjoint avec celui du Pr. Vincent Castronovo, Université de Liège) a fait l’objet d’un Grant de la Fondation en 2014.

Visite du laboratoire de Gosselie : accueil1.    Accueil et introduction

Jean-Claude Degreef, coordinateur des visites de laboratoires à la Fondation contre le Cancer, nous donne un rapide tour d’horizon des missions de la Fondation. « Notre priorité est le soutien à la recherche scientifique. Passons rapidement en revue quelques domaines de recherche où ce soutien a déjà permis de faire des avancées considérables… »

 

 

 

 

2.    Le lien entre l’académique et l’industrieVisite du laboratoire de Gosselie : dans l'auditoire

Le professeur Serge Goldman prend ensuite la parole. « Nous sommes heureux de vous accueillir au sein du Biopark de Gosselies. Il s’agit d’un environnement innovant, faisant le lien entre l’académique et l’industrie. Au sein de cet ’incubateur d’entreprises’, l’ULB peut interagir avec toute une série de sociétés très dynamiques, qu’il s’agisse de petites start-ups ou d’entreprises internationales. Vous constatez donc que les financements octroyés par la Fondation ne se limitent pas à accélérer la recherche, ils sont aussi vecteurs d’emploi et de développement économique pour la région. »

 

 

 

Visite du laboratoire de Gosselie : Centre de Microscopie et d'Imagerie Moléculaire3.    De la théorie aux aspects plus pratiques

Nous franchissons les portes sécurisées du Centre de Microscopie et d'Imagerie Moléculaire. Sur les murs du couloir sont affichés les résultats des recherches menées dans cette unité, et les clichés de souris sont omniprésents. Pr Goldman : « La recherche translationnelle consiste à transposer la théorie à des modèles animaux. Cela reste encore incontournable pour progresser. Nous réalisons des images ‘in vivo’, c’est-à-dire sur des souris vivantes. Cela permet d’étudier l’impact du cancer sur un organisme global et de suivre son évolution. Nous veillons ainsi à utiliser le moins d’animaux possible. Ceux-ci sont bien sûr manipulés avec respect, par des personnes formées. »

 

 

4.    L’imagerie isotopiqueVisite du laboratoire de Gosselie : les apareils

« Dans cette unité d’imagerie in vivo, vous découvrez surtout des outils d’imagerie isotopique. Nous administrons aux souris des molécules de glucose associées à un isotope radioactif. Le glucose va circuler dans tout l’organisme et se fixer particulièrement au niveau des cellules cancéreuses qui en sont friandes. L’isotope va servir de traceur pour que l’appareil puisse le situer dans le corps et obtenir une image où la tumeur apparaîtra particulièrement brillante.
Nos études sont dynamiques : elles évoluent au fur et à mesure et prennent parfois des directions auxquelles on ne s’attendait pas. En implantant des tumeurs humaines à des souris, nous avons notamment découvert que la tumeur ‘éduque’ les cellules de souris environnantes à se comporter comme des cellules humaines pour lui apporter ce dont elle a besoin. »

 

Visite du laboratoire de Gosselie : les appareils5.    « Merci aux donateurs ! »

« Réaliser ces images du corps entier d’une souris vivante ne peut se faire que grâce à des plateformes hautement techniques, et très coûteuses. Cette approche combine deux images : métabolique (le glucose utilisé par l’organisme) et anatomique (radiographie des organes). Il n’y a que 25 appareils de ce type en Belgique. Des chercheurs d’autres universités ou entreprises demandent aussi à l’utiliser.

Cela montre à quel point le soutien d’associations telles que la Fondation est indispensable pour progresser. Chers donateurs, merci de nous aider à avancer. »

 

 
 
Ces visites de laboratoires sont réservées aux donateurs de la Fondation. Elles connaissent un succès croissant ces dernières années. Comme le nombre de places est limité, nous procédons à un tirage au sort pour sélectionner les chanceux qui pourront franchir les portes des laboratoires à l’automne.

En tant qu’Ami de la Fondation, vous avez donc également le privilège de pouvoir y participer. Une invitation vous parviendra par courrier chaque année, dans le courant du mois de mai.

Dernière adaptation le: 5/12/2016

Témoignages

" Mon histoire avec le cancer a commencé quelques jours après le nouvel an, quand tout le monde se souhaite une bonne année et une bonne santé. Je sens une minuscule petite boule au niveau de mon sein, comparable à un petit grain de riz. Je suis en congé, donc je vais voir mon médecin le jour même. Elle ne sent rien, mais me prescrit tout de même une échographie par sécurité."Lire la suite