Le micro-ondes plaide non coupable… à juste titre

Nous sommes nombreux à utiliser régulièrement le micro-ondes pour réchauffer une boisson ou un repas. Les avantages, en effet, sont nombreux : l'opération est rapide, et la consommation d'énergie baisse de 50 à 75 % par rapport au gaz ou à l'électricité. Mais savons-nous comment fonctionne le four à micro-ondes ? Bien des utilisateurs se posent des questions quant à son éventuelle nocivité et à ses effets sur les aliments. Voici quelques réponses.

Mécanisme de fonctionnement

Les micro-ondes sont des rayons électromagnétiques. Autrement dit, ce sont des ondes énergétiques magnétiques et électriques qui se déplacent ensemble dans l'espace. Elles font partie des ondes radio faiblement énergétiques. Il ne faut pas les confondre avec les rayons X, par exemple, qui sont beaucoup plus puissants. Trois caractéristiques des micro-ondes se prêtent à la préparation des aliments :

  • elles sont réfléchies par le métal
  • elles traversent facilement le verre, le papier et le plastique
  • elles pénètrent dans les aliments jusqu'à 2 ou 3 cm de profondeur

À partir du courant électrique alternatif, un tube électronique (le magnétron) génère les micro-ondes à l'intérieur du four. Les micro-ondes sont des ondes électromagnétiques (longueur d'onde 12,5 cm, fréquence 2.450 MHz) qui se situent entre les ondes radioélectriques et le rayonnement infrarouge. Un conducteur regroupe les ondes en un faisceau relativement homogène dirigé vers l'intérieur du four. Les ondes se réfléchissent ensuite sur les parois métalliques internes. La préparation alimentaire absorbe les ondes. Celles-ci agitent les molécules d'eau présentes dans les aliments. L’agitation transforme l'énergie électromagnétique en énergie thermique, ce qui a pour effet de chauffer la préparation. Les aliments ne subissent donc pas de contamination radioactive.

Avantages et inconvénients

Si les aliments cuisent dans le micro-ondes, la température moyenne ne dépasse pas 74°C. L'énergie – donc la température – n'est pas uniformément répartie dans les aliments. À l'intérieur de ceux-ci, la puissance des micro-ondes diminue, et il est difficile d'obtenir dans le four un champ électromagnétique parfaitement homogène. Ces fluctuations de température peuvent, selon l'endroit où elles se produisent, empêcher de stériliser les aliments. C’est pourquoi nous conseillons de ne pas utiliser le micro-ondes pour la préparation d'aliments en conserve. La température est en effet souvent trop faible pour tuer les bactéries.

La valeur nutritive des aliments d'origine animale cuits au micro-ondes ne diminue pas plus qu'à la cuisson traditionnelle. Ce mode de préparation préserve mieux les protéines végétales. De plus, les vitamines sont mieux conservées, la cuisson est plus rapide et il ne faut pas ajouter d’eau.

Les seuls risques engendrés par le four à micro-ondes sont des accidents professionnels. Les victimes (de brûlure, de cataracte…) ont été exposées à de très fortes doses de micro-ondes. Il est peu vraisemblable qu’une fuite dans un four à micro-ondes domestique ait de telles conséquences. Un four bien entretenu, en effet, ferme hermétiquement. Les rayons ne peuvent s'en échapper, même par la porte. D'ailleurs, dès qu'on ouvre la porte, la production d’ondes s'arrête immédiatement. Ajoutons que les normes d'isolation des fours à micro-ondes sont très strictes. Les fabricants doivent les respecter scrupuleusement. Il ne peut y avoir la moindre fuite après 100.000 ouvertures et fermetures !

Sécurité

La faible puissance de rayonnement et la porte, composée de deux éléments solidaires, garantissent la sécurité des fours à micro-ondes modernes. En 1979, la Commission électrotechnique internationale de Genève a défini les normes de puissance et de fonctionnement des fours à micro-ondes :

  • longueur d'onde : 12,5 cm
  • fréquence : 2.450 MHz
  • enveloppe avec une couche de peinture

Conclusion

Le four à micro-ondes apporte un confort et un progrès appréciables. L'inquiétude de certains consommateurs est due à une désinformation : elle est sans fondement. Il nous semble plus important de mettre l'accent sur l'hygiène des aliments et sur le respect méticuleux de la chaîne du froid (maintien d'une température de conservation constante) jusqu'au moment où vous commencez à préparer le repas.

 

Témoignages

Jacqueline a 47 ans quand des douleurs abdominales et une fatigue généralisée la poussent à consulter son médecin. Après examen, le diagnostic tombe pour cette infirmière à domicile : cancer des ovaires. Pour mieux supporter les effets de la maladie et des traitements, elle décide de se tourner vers les médecines non conventionnelles.Lire la suite