Cancer du sein et activité physique

Diminution du risque chez les femmes en postménopause

Les études de cohorte (qui suivent pendant une longue période un groupe de personnes répondant à des caractéristiques précises) récemment publiées le confirment: les femmes en postménopause bénéficient, grâce à l'activité physique, d'un effet protecteur

20 % de risque en moins pour les femmes les plus actives

Ce pourcentage n’a pas pu être estimé à l’aide de méta-analyses, mais d’après une revue de la littérature portant sur les études de cohorte, la diminution du risque pour les femmes les plus actives par rapport aux moins actives est estimée à environ 20 %.

3 % de risque en moins grâce à l'activité physique de loisir 

Une méta-analyse dose-réponse réalisée sur les études de cohorte montre qu’une augmentation de l’activité physique de loisirs de 7 MET-heure/semaine diminue le risque de cancer du sein de  3 %.

Pour info: le MET-heure est une mesure de dépense énergétique. Plus le chiffre est élevé, plus la dépense énergétique est importante.

Et les femmes en préménopause ?

Cet effet protecteur n’a pas été observé chez les femmes avant la ménopause.

Témoignages

Après son cancer du sein, Maria s’est investie en tant que bénévole auprès de la Fondation contre le Cancer, plus précisément comme conseillère en beauté. Sa motivation principale : rendre à d’autres l’attention qu’elle avait elle-même reçu durant sa maladie. Lire la suite