Compléments alimentaires et cancer : prudence !

Des compléments alimentaires contre le cancer ? Pas sans avis médical. La Fondation contre le Cancer recommande de ne recourir aux compléments alimentaires que sur avis médical. Votre médecin peut, par exemple, vous en prescrire s’il détecte une carence (c’est assez fréquent pour la vitamine D), ou dans certaines indications médicales bien déterminées.

Compléments alimentaires : de quoi s’agit-il ?

Ce sont par exemple des préparations à base de vitamines, de minéraux, de plantes ou encore d’ antioxydants, disponibles sans prescriptions médicales en pharmacie, dans les grandes surfaces ou via Internet. De nombreuses personnes y ont recours dans le but de rester en bonne santé, et parfois dans l’espoir de prévenir l’apparition d’un cancer.

Prudence !

Des études néerlandaises montrent que 40 % de la population utilisent l’un ou l’autre complément alimentaire. Or, le Fonds Mondial de Recherche contre le Cancer (FMRC) le déconseille fortement, car leur effet protecteur n’est pas prouvé et les compléments alimentaires pourraient même causer des effets indésirables.

Plusieurs études montrent même un risque accru de développer certains cancers suite à la prise de compléments multi-vitaminés et/ou d’antioxydants en grande quantité.

  • Des études menées auprès de fumeurs afin de tester l’effet protecteur supposé du bêta-carotène (une substance que notre organisme transforme en vitamine A) ont été arrêtées prématurément car les patients développaient plus de cancers du poumon lors de la prise de fortes doses de bêta-carotènesous forme de compléments (20 mg/jour) !
  • Le rétinol (une substance que notre organisme fabrique au départ du bêta-carotène) est également suspecté de favoriser le développement de cancers lorsqu’il est consommé à fortes doses (25 000 unités internationales/jour) Une importante consommation d’acide folique (> 0,4 mg/jour pendant plus de 5 ans) pourrait aussi influencer le développement de certains types de cancers (prostate, par exemple).
  • Un lien similaire a été établi entre la prise de doses élevées de vitamine E (400 unités internationales/jour) et risque de développement du cancer de la prostate.

C’est dire si la prudence doit être de mise avec la prise de compléments alimentaires ! Demandez donc toujours conseil à votre médecin, pharmacien ou diététicien.

Priorité à une alimentation saine

Aucun complément ne vaut une alimentation saine. Une alimentation variée, suffisamment riche en fruits, légumes et aliments d’origine végétale, est bien plus bénéfique pour la santé que les compléments alimentaires.

Une étude suisse menée sur plus de 70 000 personnes (13 années de suivi) a en effet montré une survie plus longue et une mortalité générale plus faible en cas de consommation d’au moins 5 portions de fruits et légumes par jour.  

Références

  • Del Fabbro E. et al.; Nutrition and the cancer patient; Oxford University Press, 2010.
  • Vogel J. et al.; Handboek voeding bij kanker, Uitgeverij de Tijdstroom, 2012.
  • World Cancer Research Fund / American Institute for Cancer Research; Food, Nutrition, Physical Activity and the Prevention of Cancer, a Global Perspective; Washington D.C. AICR, 2007.
  • Bellavia A. et al. Fruit and vegetable consumption and all-cause mortality: a dose-response analysis. Am J Clin Nutr August 2013 vol. 98 no. 2 454-459.

 

Témoignages

Après son cancer du sein, Maria s’est investie en tant que bénévole auprès de la Fondation contre le Cancer, plus précisément comme conseillère en beauté. Sa motivation principale : rendre à d’autres l’attention qu’elle avait elle-même reçu durant sa maladie. Lire la suite