Éviter le surpoids & l'obésité pour éviter le cancer

Aujourd’hui, il est clairement établi que le surpoids (IMC > 25) et l’obésité (IMC > 30) peuvent être liés au développement de plusieurs types de cancers. Une circonférence abdominale trop importante, due à la présence localisée de graisse, augmente également ce risque, même dans le cas d’un poids sain. Éviter le surpoids et l’obésité, et atteindre ou maintenir un poids sain à l’âge adulte, est essentiel pour réduire le risque de développer certains cancers. 

Conseils pour éviter le surpoids

Les causes principales du surpoids et de l’obésité sont le manque d’activité physique et une consommation excessive d’aliments particulièrement caloriques (snacks trop gras, limonades…).

Différents types de cancers 

C’est pour le cancer du gros intestin que le lien avec le surpoids et l’obésité est le mieux établi. Mais le risque est également augmenté pour :

  • le cancer du sein (après la ménopause)
  • certaines formes de cancer de l’œsophage
  • les cancers du pancréas, de l’utérus, du foie et des reins
  • et probablement également pour les cancers de la vésicule biliaire, des ovaires, de la prostate et de l'estomac.

Le lien entre l’apparition de ces cancers et le surpoids ou l'obésité est surtout lié à des dérèglements dans le fonctionnement d’hormones et de facteurs de croissance (œstrogène, insuline…), ainsi qu’à une forme chronique d’inflammation.

Enfin, notons également que le surpoids et l’obésité augmentent également le risque de nombreuses autres maladies cardiovasculaires, de diabète, etc.

Lisez-en plus

PublicationKit prévention surpoids

Découvrez plus de conseils alimentaires sur la façon d'éviter le surpoids.

Sources

  • World Cancer Research Fund / American Institute for Cancer Research; Food, Nutrition, Physical Activity and the Prevention of Cancer, a Global Perspective; Washington D.C. AICR, 2007.
  • Stichting Wereld Kanker Onderzoek Fonds; Aanbevelingen ter preventie van kanker; Amsterdam, Nederland, 2008.

Témoignages

Delphine et An-Sofie ont à peine 24 et 27 ans. Elles n’ont donc pas le profil type de « patientes cancéreuses ». Et pourtant, elles ont toutes deux dû affronter un mélanome, le plus dangereux des cancers de la peau. Mais elles l’affirment elles-mêmes : si elles avaient su, à l’époque, tout ce qu’elles savent aujourd’hui sur les UV, les choses n’auraient pas été si loin. A présent, ces jeunes filles débordantes de vie sont en rémission et veulent porter un message qui pourra peut-être un jour vous sauver la vie : « protégez-vous du soleil ! » Lire la suite