Cancer colorectal (du gros intestin) - Généralités

Pour être scientifiquement correct, il faut parler des cancers du gros intestin. Par facilité, nous utilisons toutefois le terme plus courant ‘cancer colorectal’, au singulier, alors qu'il faudrait plutôt parler des 'cancers colorectaux’ en raison de leur variété.  

Anatomie du gros intestin

Notre tube digestif se compose d'une série d'organes. Lorsque nous avalons des aliments, ceux-ci passent par l'œsophage, l'estomac, l'intestin grêle, pour enfin arriver dans le gros intestin, lui-même composé du :

  • côlon ascendant (qui suit directement l'intestin grêle et au début duquel se trouve l'appendice) 
  • côlon transverse
  • côlon descendant
  • côlon sigmoïde
  • rectum (qui se termine à l'anus) 

Au total, le gros intestin mesure environ 1,5 mètre de long. Il est situé dans la cavité abdominale (le ventre en langage courant).

La paroi du gros intestin se compose de plusieurs couches concentriques. De l'intérieur vers l'extérieur, elle comprend trois couches :

  • la couche muqueuse 
  • la couche musculaire 
  • la couche séreuse, formée par le péritoine (une membrane lisse et brillante)

Quelques chiffres

En 2011, selon les chiffres du Registre du Cancer, 8.509 nouveaux cas de cancer colorectal ont été enregistrés en Belgique, dont 4.766 chez les hommes et 3.743 chez les femmes.

Cette maladie est un peu plus fréquente chez l’homme que chez la femme. Pourtant, il s’agit du 2ème cancer chez la femme (après le cancer du sein) et du 3ème chez l’homme (après les cancers de la prostate et du poumon).

Bien que le cancer colorectal soit exceptionnel avant 40 ans, sa fréquence augmente nettement avec la cinquantaine. Plus de la moitié des cancers du gros intestin se situent dans sa partie terminale (sigmoïde et surtout rectum).

Classification

Un cancer du gros intestin se développe presque toujours au départ d’une excroissance (un polype bénin) de la muqueuse. Au fur et à mesure de sa progression, ce cancer envahit les couches profondes de la paroi intestinale.

Lorsque les cellules cancéreuses atteignent les vaisseaux lymphatiques, elles peuvent s’échapper et coloniser des ganglions. Si elles atteignent les vaisseaux sanguins, elles peuvent coloniser des organes distants (souvent le foie, parfois les poumons ou les os).

Le degré de développement d’un cancer du gros intestin est déterminé en fonction des couches de la paroi intestinale atteintes et de la présence ou non de métastases (dans les ganglions ou d’autres parties du corps).

Deux classifications existent pour décrire le stade de la maladie : “Dukes” et “TMN”. Si vous entendez le médecin employer ces termes au sujet de votre cancer, faites-vous expliquer ce qu’ils signifient dans votre cas.

www.cancerintestin.beDu centre de référence pour le dépistage des cancer

Causes

La majorité des cancers du gros intestin atteignent des individus qui ne présentent apparemment pas de risques particuliers autres que l’âge .

Symptômes

Un cancer colorectal peut s’accompagner d’un grand nombre de symptômes qui ne sont toutefois pas spécifiques à cette maladie.

Examens

Dépistage du cancer colorectal En Fédération Wallonie-Bruxelles, un Programme organisé de dépistage du cancer colorectal est opérationnel depuis mars 2009 pour la population âgée entre 50 et 74 ans . Aujourd'hui, c'est une compétence régionale. Le Dr Marc Polus insiste sur l'utilité du

Traitements

Les traitements du cancer colorectal nécessitent une coordination étroite entre différentes disciplines médicales et paramédicales car ils associent, en fonction des besoins, chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie et nouveaux traitements ciblés. Ces différents traitements peuvent être utilisés

Témoignages

Jacqueline a 47 ans quand des douleurs abdominales et une fatigue généralisée la poussent à consulter son médecin. Après examen, le diagnostic tombe pour cette infirmière à domicile : cancer des ovaires. Pour mieux supporter les effets de la maladie et des traitements, elle décide de se tourner vers les médecines non conventionnelles.Lire la suite