Cancer du larynx - Examens

Examens de diagnostic

Le cancer du larynx ne fait pas l’objet d’un dépistage systématique. Tous les examens servent à établir un diagnostic précis. Une personne qui présente un ou plusieurs de ces symptômes et qui consulte son médecin passera, avant tout, un examen clinique. Si nécessaire, le médecin lui prescrira des médicaments: un sirop contre la toux, un médicament pour fluidifier les glaires et, éventuellement, des antibiotiques.

Après une semaine, le malade devra revenir pour un contrôle chez son médecin, qui discutera avec lui de l’évolution des symptômes. Si aucune amélioration n’est constatée, le médecin renverra alors généralement le patient chez un ORL (oto-rhino-laryngologiste) qui procédera à un examen plus approfondi afin de déterminer si les symptômes observés sont dus ou non à un cancer du larynx.

Miroir laryngé

L’ORL fera d’abord un premier examen approfondi de la gorge à l’aide d’un miroir laryngé. Il s’agit d’un miroir pourvu d’une longue poignée, un peu comparable à celui qu’utilise le dentiste. Pour cet examen, le patient est assis, légèrement penché en avant. Le médecin abaisse la langue du patient avec un abaisse-langue et lui demande de respirer lentement par la bouche. Ensuite, il place son miroir, préalablement réchauffé, au fond de la gorge, ce qui lui permet d’examiner l’entrée du larynx et les cordes vocales.

Dans la majorité des cas, cet examen permet au médecin de déterminer immédiatement la cause des symptômes. S’il voit une tumeur, un examen plus détaillé du larynx s’avère alors nécessaire.

Laryngoscopie

Lorsqu’un cancer du larynx est soupçonné, l’ORL examinera la gorge à l’aide d’un laryngoscope. Il s’agit d’un tuyau creux qui contient un système optique équipé de verres fortement grossissants. Cet appareil permet au médecin de visualiser l’ensemble de la région du larynx et l’entrée de l’œsophage. Il peut ainsi se faire une idée de la taille de la tumeur.

Pendant la laryngoscopie, le médecin peut également prélever un morceau de tissu tumoral, à l’aide d’une pincette spécialement conçue à cet effet. Il s’agit d’une biopsie. Un autre spécialiste, un anatomopathologiste, examine ce prélèvement au microscope afin de déterminer si le tissu contient ou non des cellules cancéreuses.

Lors d’une laryngoscopie, l’ORL introduit le laryngoscope par le nez et le glisse ensuite par le pharynx afin d’atteindre le larynx. Cet examen de diagnostic du cancer du larynx se pratique sous anesthésie locale ou générale.

BronchoscopieBronchoscopie

Pendant cette même anesthésie, outre une laryngoscopie, le médecin effectue souvent une bronchoscopie afin de contrôler les voies respiratoires. Cet examen se fait à l’aide d’un bronchoscope, un fin tuyau flexible équipé d’un système optique qui se glisse dans la trachée jusque dans les poumons. Il permet au spécialiste d’examiner les ramifications de la trachée et, le cas échéant, de prélever un morceau de tissu qui est envoyé pour analyse à l’anatomopathologiste.

Ponction ganglionnaire

Certains patients présentent un gonflement des ganglions lymphatiques du cou. Pour trouver la cause de ce gonflement, l’ORL peut procéder à une ponction, souvent en combinaison avec une échographie. Lors de cet examen, il aspire, à l’aide d’une fine aiguille, des cellules du ganglion lymphatique. L’anatomopathologiste les examine au microscope et vérifie s’il y a, oui ou non, inflammation ou présence de cellules cancéreuses.

Imagerie médicale

Une “simple” radiographie du larynx fournit également des informations utiles sur l’extension de la tumeur et sur la mobilité des cordes vocales. Afin de préciser le diagnostic d’un cancer du larynx, les médecins peuvent avoir recours à ces examens complémentaires:

  • Tomographie : une série de radiographies plus détaillées du larynx donne une image précise de la tumeur et de son extension au niveau des tissus environnants. Cet examen permet également d’évaluer la mobilité des deux moitiés du larynx.
  • Scanner : cet examen donne au médecin un bon aperçu du larynx, des tissus adjacents et de l’éventuelle présence de métastases au niveau des ganglions lymphatiques du cou.
  • Radio du thorax : le plus souvent, deux radios d’ensemble peuvent être réalisées pour déceler des anomalies au niveau des poumons.
  • IRM ou RMN (Résonance Magnétique Nucléaire) : cette technique d’examen utilise des champs magnétiques. Un écran d’ordinateur permet de visualiser les différents organes.
  • Echographie : À l’aide d’ultrasons, cet examen donne une image agrandie des ganglions lymphatiques du cou.
  • PET-scan : cet examen s’effectue surtout en cas de suspicion de récidive locale du cancer dans la région précédemment traitée. Un sucre faiblement radioactif est d’abord injecté par intraveineuse. Il se concentre dans les cellules cancéreuses particulièrement avides d’énergie. Ceci permet ensuite de les repérer au PETscan.

La Fondation contre le Cancer vous fournit tous les détails du déroulement des différents examens.

Dernière adaptation le: 23/09/2016

Témoignages

Nathalie et Sabrina répondent au Cancerinfo de la Fondation contre le Cancer
Sabrina et Nathalie, coordinatrices du service Cancerinfo, vous écoutent et vous répondent par e-mail ou par téléphone. Si besoin, elles transmettent votre demande aux différents experts avec qui nous collaborons. Elles nous racontent comment se passe leur travail.Lire la suite