Cancer du sein - Examens

Les examens de dépistage du cancer du sein

Le mammotest

Le dépistage précoce du cancer du sein augmente les chances de guérison complète et permet dans certains cas un traitement moins intrusif. En Belgique, le dépistage est une compétence communautaire. Chaque Communauté a donc sa propre politique de dépistage.

Pour les femmes entre 50 et 69 ans
En Fédération Wallonie-Bruxelles, les femmes peuvent bénéficier tous les deux ans d'une mammographie de dépistage gratuite appelée «MAMMOTEST», entre le 1er janvier de l'année de leurs 50 ans et le 31 décembre de l'année de leurs 69 ans. Cet examen est recommandé tous les 2 ans :

  • soit sur base d'une prescription du médecin généraliste ou du gynécologue,
  • soit suite à la réception de la lettre d'invitation qui leur est adressée personnellement.
    Cette lettre, qui vaut prescription, est envoyée :

    • soit, au courant du mois de l'anniversaire, en 2014 pour les femmes nées un jour pair, en 2015 pour les femmes nées un jour impair, et ensuite tous les deux ans…
    • soit 2 ans après le mammotest précédent.

Pour les femmes de moins de 50 ans ou de plus de 70 ans
Le médecin traitant évaluera au cas par cas l’utilité, les inconvénients et la fréquence des éventuels examens payants du cancer du sein.

Cas particuliers
Un dépistage génétique peut être proposé lorsque l’on suspecte un risque héréditaire. Il permet d’identifier les femmes effectivement porteuses d’une anomalie génétique qui augmente la probabilité de développer un cancer du sein. Si tel est le cas, un dépistage particulier ou un traitement préventif peut leur être proposé.

Vous trouverez plus d’informations sur le dépistage du cancer du sein sur le site du Centre communautaire de Référence pour le dépistage des cancers.

 

À qui s'adresse le mammotest gratuit et pourquoi ?

Le mammotest s'adresse à toutes les femmes âgées de 50 à 69 ans qui ne sont pas en traitement pour un cancer du sein  qui n’ont pas de risque particulier ni e de  plainte ou anomalie au niveau des seins.
C'est en effet entre 50 et 69 ans que le dépistage par mammographie a montré la meilleure balance bénéfice/risque pour diminuer la mortalité due aux cancers du sein.

 

 

 

Et les autres ?

Avant 50 ans ou à partir de 70 ans, cela se discute au cas par cas en fonction de votre profil de risque. Parlez-en à votre médecin traitant pour savoir quel dépistage serait indiqué dans votre cas particulier. L'examen ne sera cependant pas gratuit puisqu'il ne répond pas aux conditions du dépistage organisé par les autorités.

Quel est le test de dépistage utilisé dans le cadre du cancer du sein ?

C’est la mammographie, une radiographie des seins, qui est actuellement l'examen de référence en matière de dépistage. Il porte le nom de "mammotest" dans le cadre du dépistage organisé gratuit. Le mammotest fait l’objet d’une assurance de qualité particulière . Par exemple, les centres ne peuvent être agréés que s’ils utlilisent des appareils diffusant le minimum de rayons X nécessaires pour réaliser un examen de qualité.

Comment se déroule le mammotest ?

Lors d'un mammotest, on prend 2 clichés par sein. Ils seront lus successivement par deux radiologues indépendants. Cette double lecture permet d’augmenter grandement la sensibilité du test.En cas de divergence dans les protocoles, une troisième lecture est alors  demandée à un troisième radiologue. Si c'est nécessaire, des examens complémentaires (par exemple une échographie) seront réalisés dans un deuxième temps. Pour en savoir plus sur l'organisation de ce dépistage:   

La mammographie permet-elle d'éviter le cancer?

La mammographie permet de découvrir un éventuel cancer du sein à un stade précoce, mais ce n'est pas une méthode permettant d'éviter ce cancer. Le dépistage sert à déceler, chez une femme qui ne présente aucun symptôme, des lésions extrêmement petites qui ne seraient pas encore visibles ou palpables. Le but du dépistage n'est pas d'éviter la maladie, mais bien d'augmenter les chances de guérison grâce à un traitement précoce. 

Comment procéder ?

Vous avez entre 50 et 69 ans? Vous avez le choix entre deux possibilités.

  • Vous attendez l'invitation que le Centre de coordination vous fera parvenir. Celle-ci est accompagnée d’une liste d’Unités de mammographie agréées pour votre province (et un numéro de téléphone pour connaître les Unités d'une autre province). 
  • Vous prenez les devants et vous en parlez à votre médecin traitant ou à votre gynécologue qui vous fournira toutes les informations nécessaires. Il peut également vous prescrire un mammotest à réaliser dans une Unité de mammographie agréée

L'examen est-il dangereux ?  

DIl est exact que des rayonnements sont utilisés lors de la réalisation d'une mammographie et ce n’est pas sans toxicité. Mais les appareils modernes utilisent des doses minimes de rayons. 
Pour la tranche d’âge de 50 à 69 ans, il y a plus de bénéfice à attendre de cet examen que de risque. Pour la tranche d’âge de 40 à 49 ans,les risques sont trop importants par rapport au bénéfices.  Pour plus d’infos : rapport du KCE ( mettre le lien).Il serait plus risqué de rater la découverte d'un cancer du sein à un stade précoce, faute de mammographie.

 

Une mammographie est-elle douloureuse ?  

Certaines femmes jugent la mammographie désagréable, voire douloureuse, parce que le sein est comprimé entre deux plaques lors de l'examen. Il est nécessaire de procéder ainsi pour obtenir des clichés détaillés de l’ensemble du sein. Cette gêne disparaît rapidement après l'examen. Pour réduire encore ce désagrément, il est recommandé aux femmes qui ne sont pas encore ménopausées de faire réaliser la mammographie entre le quatrième et le quatorzième jour suivant le début des règles. 

Comment et quand les résultats de l'examen sont-ils communiqués ?

Comme deux radiologues au moins travaillant de façon indépendante l'un de l'autre, vont examiner les clichés, le résultat ne peut donc pas être communiqué immédiatement après l'examen. Le médecin traitant reçoit les résultats de l'examen dans un délai de quinze jours.

À quoi dois-je m'attendre?    

Dans 90 à 95% des cas, aucune anomalie n'est constatée et aucun examen complémentaire n'est nécessaire avant le prochain rendez-vous de dépistage deux ans plus tard. 

Par contre, en cas d'anomalie, le médecin traitant conseillera des examens complémentaires. Néanmoins, une anomalie à la mammographie ne veut pas automatiquement dire qu’un cancer est présent. Inutile de paniquer ! Dans 90% des cas, ces examens complémentaires ne révèlent aucun cancer du sein.

En savoir plus sur le dépistage du cancer du sein?

La Fondation propose une brochure sur la prévention et le dépistage du cancer du sein: "Cancer du sein : ce que chaque femme peut faire".

N’hésitez pas à la diffuser parmi les membres de votre famille, vos amies ou connaissances. Vous contribuerez ainsi à la lutte contre le cancer du sein. 

L'auto-surveillance des seins

L'auto-surveillance des seins reste préconisée chez les femmes qui ont été soignées pour un cancer du sein. Il permet parfois de constater une récidive en se basant sur la recherche de modifications par rapport aux examens précédents. La palpation du sein étant parfois source d'anxiété ou difficile à réaliser, il est préférable de recourir à l'inspection visuelle qui vise à rechercher, notamment, une anomalie de la forme ou de la surface du sein.

Il est souhaitable de pratiquer l'auto-surveillance chaque mois, une semaine après le début des règles. Après la ménopause, l'examen se fait chaque mois à date fixe. Si l'auto-surveillance décèle une anomalie, il convient de consulter son médecin.

L'examen médical

L'interrogatoire et l'examen médical sont orientés en fonction des anomalies constatées. L'examen médical à proprement dit comprend l'inspection et la palpation des seins. 

L'inspection du sein par le médecin

Celui-ci recherche surtout :

  • une anomalie de la forme du sein
  • une modification de la coloration de la peau
  • une anomalie au niveau du mamelon

L'examen clinique est d'abord réalisé avec les bras tendus le long du corps. Le médecin demande ensuite de relever les bras au-dessus de la tête puis de mettre les mains à la taille. La modification la plus évocatrice d'un cancer du sein est une rétraction localisée de la peau. 

La palpation du sein par le médecin

Elle concerne chaque sein ainsi que certains endroits où se trouvent des ganglions (sous les bras, au-dessus et en dessous des clavicules). Certains cancers du sein se manifestent par un eczéma au niveau du mamelon ou, plus rarement, par un écoulement ou une rétraction du mamelon. 

Remarques :

  • un traumatisme au niveau du sein motive, dans certains cas, la réalisation d'une mise au point. Cependant, bien que le traumatisme soit parfois l'occasion de découvrir un cancer du sein, il n'est pas à l'origine du développement de celui-ci. 
  • La douleur au niveau d'un sein est d'origine variable. Elle peut être cyclique (avant les règles) ou non-cyclique (en cas d'abcès, de kyste, etc.). La douleur est rarement un signe de cancer du sein

Les examens de diagnostic

Lorsqu'il suspecte la présence d'un cancer du sein, sur base d'une mammographie, d'une plainte de la patiente ou d'un examen clinique, le médecin aura recours à une série d'examens pour confirmer son diagnostic et établir, si nécessaire, un bilan d'extension.

La mammographie

Une mammographie peut être effectuée si cela n'a pas été fait précédemment.

La mammographie (radiographie du sein) est l'examen central du dépistage du cancer du sein. En cas de seins inhabituellement denses, elle peut être complétée d’une échographie. Ces examens sont aussi utilisés pour orienter le diagnostic lorsqu'une anomalie est constatée dans un sein. Après traitement d'un cancer du sein, la mammographie reste utile dans le cadre de la surveillance du sein traité (si celui-ci n'a pas été enlevé) et pour le dépistage au niveau de l'autre sein. La fréquence des mammographies sera alors déterminé par le médecin traitant.

L’échographie des seins

Une échographie est réalisée en complément de la mammographie.

La ponction

Il existe deux sortes de ponction :

  • La ponction à l’aiguille fine : Cet examen a pour but de prélever des cellules. La ponction ne permet pas toujours un diagnostic certain et doit alors être complétée par une biopsie ;
  • La microbiopsie : Il s’agit d’un prélèvement de plus grande taille, réalisé sous anesthésie locale, à l’aide d’une aiguille de plus grand diamètre. C’est l’analyse microscopique du prélèvement qui permet de poser un diagnostic certain de cancer du sein et d’en déterminer le type.

La prise de sang

Elle permet notamment de rechercher la présence de marqueurs tumoraux. Ce sont des substances présentes dans le sang de chacun d'entre nous, mais qui peuvent être sécrétées en quantités anormalement élevées par des cellules cancéreuses. Ces substances sont généralement dosées dans le sang après la découverte du cancer. La détermination de leur concentration dans le sang est importante pour le suivi du traitement. Dans le cas du cancer du sein, deux marqueurs sont habituellement dosés :

  • le CA 15-3 (CA pour Cancer Antigen)
  • le CEA (Antigène Carcino-Embryonnaire)

L’imagerie médicale

Divers examens (radiographie du thorax, échographie du foie, scintigraphie osseuse, scanner, etc.) peuvent être réalisés afin de découvrir d’éventuelles métastases.

Diagnostic précis du cancer du sein

Certains examens décrits ci-dessus seront répétés régulièrement afin de suivre l'évolution de la maladie. Au terme de cette mise au point, un diagnostic précis est établi, grâce auquel un traitement optimal peut être mis en œuvre. Si un ou plusieurs de ces examens vous sont prescrits, n’hésitez pas à demander des explications sur le pourquoi et le comment. 

Témoignages

Elaine
Elaine est le visage de la campagne « une bonne nouvelle » encourageant le public à faire un legs à la Fondation contre le Cancer. Elle a accepté d’être accompagnée par un photographe lors d’une visite de contrôle chez son oncologue. Il a capturé l’instant précis où Elaine apprend une bonne nouvelle… Pour nous, Elaine revient sur l’histoire de sa maladie.Lire la suite