Lettre ouverte de 95 organisations de santé à Philip Morris Int.

sign_on_logos_open_letter_PMIJeudi, 14 Septembre 2017

95 organisations du monde entier publient aujourd’hui une lettre ouverte à l’attention de Philip Morris International (PMI). Dans celle-ci, il demande à PMI l’arrêt immédiate de la production, de la promotion et de la vente de cigarettes. 

C’est une évaluation commanditée par PMI auprès du Danish Institute for Human Rights qui est à la source de cette initiative. L’institut danois avait conclu que PMI ne pourrait jamais respecter les normes globales en matière des droits de l’homme tant que l’entreprise continuerait à vendre des produits du tabac.

En dessous de la lettre vous trouverez le communiqué et la lettre en anglais. 

 

Letter ouverte

 

André Calantzopoulos
Chief Executive Officer
Philip Morris International
Avenue de Rhodanie 50
1007 Lausanne
SUISSE

Monsieur le Président Directeur Général,

Nous nous permettons de vous écrire au nom des organisations signataires de la présente, représentant la santé dans le monde, les droits de l'homme, les consommateurs.
Toutes ces organisations de protection dans le domaine de la santé ou agissant dans d’autres secteurs, vous invitent à cesser immédiatement la production, la commercialisation et la vente de cigarettes.

Une telle disposition comporte d’ores et déjà un demi-siècle de retard, avec des dizaines de millions de personnes décédées à cause de leur consommation de tabac, décès prématurés qui auraient pu être évités.

En 1954, Philip Morris s’engageait à "cesser toute activité le lendemain même" s’il était démontré que les cigarettes nuisent à la santé1. Cette promesse a été répétée pendant des décennies, y compris en 1997 par le PDG de Philip Morris, Geoffrey Bible. A la question, "Que ferez-vous de vos usines si les scientifiques prouvent que les cigarettes causent des cancers ? », celui-ci a rétorqué « Je les fermerai instantanément» 2.

Or, nous savons par des documents internes de Philip Morris que la société savait combien ses cigarettes étaient toxiques, y compris en 1954.
En 1997, la réponse de M. Bible constitue un non sens au regard de la quantité de preuves scientifiques écrasantes à ce sujet.

Le dispositif même des cigarettes ne peut être transformé pour en faire des produits acceptables pour le commerce mondial. Ces produits sont intrinsèquement toxiques. Il n'existe pas de seuil de risque en deçà duquel une consommation serait sans danger et ces produits ne répondent à aucun besoin nécessaire de leurs consommateurs.

Compte tenu de la nature mortelle de la fumée du tabac et du caractère extrêmement addictif de la nicotine, le marketing et la vente de cigarettes contreviennent à plusieurs droits fondamentaux des êtres humains, universellement admis, et notamment au droit à la vie et au droit à la santé.

En mai 2017, une organisation de défense des Droits de l'Homme, l'Institut danois des Droits de l'Homme, qui comptait jusqu’alors Philip Morris International comme partenaire, a mis fin à cette relation avec votre société, indiquant que « Selon les Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme des Nations Unies3, les entreprises se doivent d’éviter de mettre à mal ou de contribuer à mettre à mal les Droits de l'Homme. Lorsque de telles atteintes se produisent, les entreprises devraient cesser immédiatement les activités qui causent de telles atteintes ou y contribuent. Le tabac est profondément nuisible à la santé humaine, et il ne fait aucun doute que la production et la commercialisation du tabac sont inconciliables avec le droit de chaque être humain à la santé. Selon les principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux Droits de l’Homme, l’industrie du tabac se doit de cesser toute production et commercialisation du tabac »4.

La page d’accueil du site de Philip Morris International présente une vidéo des employés intitulée «Construisons un avenir sans fumée5. Votre raison d'être inclut la prise en compte que "la société s'attend à ce que nous agissions de manière responsable »5

Si, selon vos propres termes, agir de manière responsable signifie cesser de vendre des cigarettes, sur quelle base éthique pouvez-vous alors continuer à les vendre ?
La seule explication possible est que vous considérez que cette activité vous permet d’en tirer profit. Cette décision – à poursuivre une activité commerciale que vous avez reconnu être « irresponsable » - est dès lors inacceptable. Et continuer ainsi à profiter d'un produit dont vous savez pertinemment qu’il tuera plus de la moitié de ses consommateurs, est inqualifiable.

Philip Morris International, ses actionnaires, et vous-même, vous êtes personnellement enrichis en tuant sciemment vos clients. Vous avez en votre pouvoir immédiat la capacité de changer le sort de millions de personnes, peut-être des centaines de millions. Faites dès lors le bon choix en cessant immédiatement la production, la commercialisation et la vente de cigarettes.

 

Signé,

Cliquez ici pour le communiqué de presse de ces 95 organisations (en anglais).
Cliquez ici pour la lettre ouverte (en anglais).

 

1      Weissman, George, Philip Morris Inc. Facts versus fancy. 26 februari 1954. Bates Nr. 1002366389-1002366397.
2      Cerriden M. Tobacco exec stuns observers. Dallas Morning News. 22 augustus 1997. Bates Nr. 86329862-86329865. 
3      Deens Instituut voor Mensenrechten, Human Rights assessment in Philip Morris International, Web, 4 mei 2017. Gevonden op https://www.humanrights.dk/news/human-rights-assessment- philip-morris-international.
4      Philip Morris International, https://www.pmi.com.
5      Philip Morris International, https://www.pmi.com/who-we-are/designing-a-smoke-free- future.