Marco aime son boulot, pas les hôpitaux

News cancers professionnelsMardi, 4 Avril 2017

La campagne Prolongitudine vous propose chaque mois une nouvelle vidéo avec un conseil pour réduire votre risque de cancer. Découvrez le conseil d'avril.

Au travail aussi, il est important de penser à se protéger du cancer ! Suivez l’exemple de Marco et respectez les consignes de santé et de sécurité sur votre lieu de travail pour vous protéger des substances cancérigènes.

 

En Belgique, 7% des cancers chez les hommes et 1% chez les femmes sont liés une exposition à des agents cancérigènes sur le lieu de travail.

On distingue actuellement trois types d’agents cancérigènes :

  • agents physiques : rayons ionisants (notamment pour les travailleurs actifs dans l’imagerie médicale ou le nucléaire)
  • agents chimiques : certaines substances inorganiques (arsenic, nickel), des minéraux (fibre d’amiante), des hydrocarbures (benzène), des amines et leurs dérivés (benzidine, 4 aminodiphényles)
  • agents biologiques : certains virus ou parasites (par exemple les virus de l’hépatite B et C...)

Un problème sur le long terme

L’amiante est une fois de plus au cœur de l’actualité, et les récentes décisions de justice montrent à quel point les cancers professionnels posent un problème sur le long terme.

En effet, le délai entre l’exposition à un agent cancérigène et l’apparition de la maladie est très long.

Par ailleurs, se pose également la question du délai pour la reconnaissance du préjudice encouru par les travailleurs exposés.

L’identification des risques, un enjeu de taille

Il est crucial d’identifier le plus précocement possible les risques induits par chaque (nouvelle) substance utilisée sur les lieux de travail, et de protéger correctement les travailleurs.

La récente norme européenne REACH encourage une meilleure identification des substances afin d’évaluer les dangers et les risques de celles-ci. De plus, elle impose aux entreprises ou particuliers qui utilisent des substances chimiques de promouvoir une utilisation sûre de ces produits.

En savoir plus sur la norme REACH

L’urgence de poursuivre les recherches sur les cancers liés à l’amiante

Le cancer ne se développe généralement que des années, voire des dizaines d’années après l’exposition initiale à la substance cancérogène. Par ailleurs, alors que l’usage d’amiante a été interdit dans notre pays à partir de 1998, des quantités parfois importantes de ce produit sont toujours présentes dans de nombreux bâtiments. De ce fait, il faut craindre une hausse du nombre de cancers du poumon, de la plèvre (membrane entourant les poumons) et du larynx causés par l’amiante dans les 20 années à venir. Afin d’offrir à ces (futurs) patients les meilleurs traitements possible, la Fondation contre le Cancer soutient différents projets de recherche sur les cancers liés à l’amiante.

En savoir plus sur notre soutien à la recherche

 


La campagne Prolongitudine

ProlongitudineLe Code européen contre le cancer de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) formule 12 recommandations afin de prévenir le cancer. Plus vous suivrez de conseils, plus vous ferez baisser votre risque de cancer. Les spécialistes estiment qu’appliquer ces 12 conseils peut faire diminuer votre risque de cancer de plus d’un tiers !

La Fondation contre le Cancer a créé la campagne Prolongitudine afin de faire connaître à tous les Belges ces 12 conseils bénéfiques. Cette campagne originale parodie une boîte et de la publicité pour un médicament, le « Prolongitudine », afin de faire passer un message fort : contre le cancer, il n’existe pas de pilule miracle. Mais VOUS pouvez agir pour faire baisser votre risque.

En 2017, vous découvrirez chaque mois une nouvelle vidéo avec un conseil pour réduire votre risque de cancer.

Retrouvez les 12 conseils du Code européen contre le cancer sur www.prolongitudine.be