Quels risques si je fume ?

Quels risques si je fume du tabac ?

Les cancers, les maladies respiratoires et les maladies cardiovasculaires (liées au cœur et aux artères) sont les principales conséquences du tabagisme.

Cancers et tabac

Le tabac est lié à un tiers de tous les cancers. Chaque année, plusieurs milliers de personnes meurent dans notre pays à cause de leur tabagisme.

  • Cancer des poumons, le plus fréquent. 
  • Cancers des fosses nasales, de la bouche, de la gorge, du pancréas, de la vessie, du col de l'utérus, etc.

Maladies des voies respiratoires

  • Le tabagisme est responsable de la majorité des maladies pulmonaires appelées "broncho-pneumopathies chroniques obstructives" ou BPCO. Les plus connues sont la bronchite chronique et l'emphysème.
  • Les fumeurs souffrent davantage de complications liées à l’asthme. 
  • Le tabagisme favorise également les infections pulmonaires.

Maladies cardiovasculaires

  • L’angine de poitrine, l'insuffisance cardiaque et l’infarctus du myocarde sont plus fréquents et plus sévères chez les fumeurs.
  • Le tabagisme augmente le risque de thrombose, responsable d’accidents vasculaires cérébraux et d'obstruction des artères des membres inférieurs. 
  • Les femmes qui combinent la prise de la pilule contraceptive et le tabagisme augmentent leur risque de développer ce type de complication. 

Autres conséquences moins connues du tabagisme

La présence quotidienne dans le sang de plusieurs milliers de substances toxiques fragilise et atteint l’ensemble de notre organisme :

  • Les os : ostéoporose précoce, une fragilisation des os qui favorise les fractures osseuses, avec des conséquences graves pour les personnes âgées. 
     
  • Le pancréas (la glande qui produit l’insuline et permet la régulation du taux de sucre dans le sang) : effet direct sur le diabète.  
     
  • La glande thyroïde : perturbation du fonctionnement et risque de formation d’un goitre (augmentation de volume de la thyroïde). 
     
  • La sexualité : action nocive du tabac sur les artères en général et sur les organes génitaux en particulier, qui peut aboutir à des problèmes d’érection chez l’homme. La lubrification génitale est diminuée chez la femme.
     
  • L’immunité de l’organisme : la diminution de l’immunité entraîne un risque accru d’infections. 
     
  • La fertilité : la ménopause est plus précoce, ce qui diminue la fertilité de la femme à terme. Chez l’homme, la quantité et la qualité du sperme sont diminuées.
  • Le fœtus : durant les premières semaines de vie du fœtus, la formation des organes peut être perturbée. Le risque de malformations, par ex. du palais (bec-de-lièvre), est plus grand chez les femmes qui fument durant les premiers mois de la grossesse. Les enfants dont la mère a fumé pendant la grossesse risquent davantage de développer plus tard un diabète. Le tabagisme (actif ou passif) exerce des effets nocifs sur la glande thyroïde du fœtus. On constate aussi qu'à la naissance, certains bébés présentent un véritable état de manque parce que leur cerveau a été imprégné de nicotine durant la grossesse.

Les fumeurs peuvent ressentir les symptômes suivants :

  • fatigue persistante
  • infections à répétition du nez et de la gorge
  • toux, expectorations
  • essoufflement
  • diminution de l'appétit, du goût et de l'odorat
  • vieillissement prématuré de la peau (rides du visage plus nombreuses et plus profondes)
  • irritation des yeux
  • voix rauque
  • inflammation des gencives
  • ...  

Tous les fumeurs courent-ils les mêmes risques ? 

Les risques de maladies liées au tabac dépendent de plusieurs facteurs, principalement :

  • de l'âge du début du tabagisme 
  • du nombre total d'années pendant lesquelles on a fumé
  • de la quantité de tabac consommée quotidiennement 
  • de la façon de fumer (aspirations profondes, nombre de bouffées, cigarette maintenue entre les lèvres, etc.)
  • du type de tabac (additifs, teneur en goudrons et en nicotine)
  • de facteurs génétiques individuels.

Et si je ne fume que très peu ?

Il n'existe pas un nombre minimal de cigarettes qui soit inoffensif.  Toute cigarette consommée entraîne, bouffée après bouffée, le passage dans le sang de milliers de substances chimiques toxiques.

Le tabac à rouler est-il moins toxique que les cigarettes classiques ?

Non ! Beaucoup d’idées fausses circulent sur le tabac à rouler. Certains fumeurs le consomment non seulement parce qu’il est moins cher, mais aussi parce qu’ils le considèrent comme un moindre mal, car plus « naturel ». C’est faux. S’il est moins cher, le tabac à rouler est bien plus nocif.

La quantité de nicotine, de goudron et de carbone qu’inhale une personne qui fume une cigarette roulée à la main est 3 à 6 fois plus importante par rapport aux cigarettes industrielles. Ce chiffre varie en fonction du type de tabac, du papier à cigarette et de la façon dont la cigarette a été roulée.

On sait que la fumée provenant d’une cigarette classique contient pas moins de 7000 substances chimiques dont 40 sont cancérigènes. Au tabac à rouler, on ajoute encore des produits supplémentaires afin d’éviter que le tabac ne s’agglutine.

De plus, même si le tabac est tassé dans la cigarette, il y aura toujours plus d’air entre les fibres, ce qui attise la combustion. Par cette chaleur plus élevée, les substances toxiques se libèrent plus intensément et pénètrent plus profondément dans les voies respiratoires.

Enfin, la plupart des fumeurs du tabac à rouler inhalent davantage de fumée pour compenser le manque de nicotine.

Arrêter de fumer vaut toujours la peine !

De nombreux fumeurs pensent qu’il est déjà trop tard. Mais ce n’est pas le cas ! Arrêter de fumer est toujours une bonne chose. Bien sûr, mieux vaut arrêter le plus rapidement possible.

Mais même à un âge plus avancé, avec un long passé de fumeur, l’arrêt du tabac offre de nombreux avantages : des effets positifs que l’on ressent très vite, et d’autres à plus long terme comme réduire son risque de cancer ou d’une autre maladie grave.

Même si vous avez déjà développé un cancer, il est toujours important d’arrêter de fumer. Les traitements seront plus efficaces si vous arrêtez le tabac.  

Vous ne parvenez pas à arrêter de fumer ? N'abandonnez pas. Tabacstop, la ligne téléphonique gratuite d'aide à l'arrêt, est là pour vous aider.

www.tabacstop.be

Dernière adaptation le: 14/07/2017

Témoignages

Tom, le mari de Sophie, a eu un cancer et l’a vaincu. 3 ans et demi plus tard, tout est sous contrôle et, pour la première fois, le couple ose à nouveau rêver. D’un avenir, d’une grande rénovation et de continuer à développer le magasin de vélo de Tom. Malgré des premiers contacts positifs, contracter une assurance solde restant dû se révèle tout à fait impossible. Même s’il n’y a plus de trace du cancer. Même en payant une prime supplémentaire. « Comme si le cancer devait nous hanter toute notre vie. »Lire la suite