Tournée Minérale : un mois sans alcool

logo_tournee_mineraleMercredi, 15 Juin 2016

Bruxelles, 15 juin 2016 – Ne pas boire une goutte d’alcool durant un mois ? Entre défi personnel et tendance santé, c’est un concept qui se répand de plus en plus ces dernières années. Généralement il s’agit d’une action spontanée et individuelle. La Fondation contre le Cancer et l’asbl flamande VAD, spécialisée en prévention des addictions, ont décidé d’embrayer le pas à cet enthousiasme et de lui donner un cadre. Elles ont donc joint leurs efforts afin de lancer ‘Tournée Minérale’, une nouvelle campagne de sensibilisation à l’alcool. Le coup d’envoi est prévu début 2017. L’action encouragera les Belges à ne pas boire une goutte d’alcool durant le mois de février.

Alcool : familier, mais pas sans danger

Boire de l’alcool, quoi de plus normal ? Lors d’une enquête effectuée en 2013, 82% des Belges ont répondu qu’ils en consommaient. Boire un verre de vin en mangeant, une bière après le travail… autant d’habitudes, parfois quotidiennes. Pourtant, la consommation d’alcool n’est pas sans risque, même quand elle n’est pas excessive.
 
L’alcool exerce une influence sur presque chaque organe, et sa consommation est liée à une soixantaine d’affections. Presque tout le monde a vécu la « gueule de bois », un classique relativement innocent... Mais l’alcool peut avoir des conséquences plus graves : black-out, troubles cardiaques, maladies du foie et cancers. « L’alcool est lié à un risque accru pour plusieurs types de cancers : bouche et gorge, larynx, œsophage, foie, sein (chez les femmes) et colorectal (chez les hommes) » explique le docteur Didier Vander Steichel, directeur médical de la Fondation contre le Cancer, en poursuivant « dans les pays développés, on considère que l’alcool est la cause de 3% (chez les femmes) à 10% des décès dus au cancer. »

L’alcool exerce aussi une influence négative sur la qualité de vie. Citons par exemple les troubles du sommeil et de la mémoire, les problèmes relationnels et d’addiction, etc. Sans parler des soucis liés à la sécurité, que ce soit sur la route ou au travail par exemple.

Pour la santé… et une bonne cause

Les raisons pour tenter de passer un mois sans alcool ne manquent pas. Et cette pause permet au corps de récupérer des effets d’une consommation régulière. Beaucoup de personnes ayant relevé le défi reconnaissent notamment avoir mieux dormi, et se sentir en meilleure forme générale. L’alcool étant assez calorique, arrêter de boire permet même de perdre un peu de poids. Et l’aspect économique n’est pas en reste, chaque boisson non consommée correspondant à quelques euros économisés.

Arrêter de boire durant un mois peut aussi mener à une réduction ultérieure de la consommation. « Ce type de campagne permet de réaliser à quel point la consommation d’alcool peut s’installer comme une habitude », explique Marijs Geirnaert, directrice de la VAD. « Des études ont été effectuées dans des pays où des campagnes similaires existent depuis un moment. Elles ont montré que les participants à l’action réduisaient leur consommation, même relativement longtemps après la fin de l’action. »

Mais la campagne vise aussi un objectif caritatif. Les participants sont en effet invités à se faire parrainer au profit de la Fondation contre le Cancer. Ce parrainage est un bel incitant à garder leur motivation tout au long du mois, car l’argent récolté sera consacré à la recherche contre le cancer.

Février sans alcool

La préparation de la campagne bat actuellement son plein. Elle sera prête fin 2016-début 2017, et ‘Tournée Minérale’ se déroulera en février 2017. « Ce mois ne compte que 28 jours », explique Didier Vander Steichel, de la Fondation contre le Cancer, en souriant, « mais ce n’est bien entendu pas la raison principale de ce choix. Le fait est que décembre et janvier sont traditionnellement des périodes d’excès, notamment sur le plan de l’alcool. Février est donc le moment idéal pour se rincer l’organisme et débuter l’année en meilleure forme. »

 

Télécharger le Logo Tournée Minérale in .jpeg.