La consommation de poisson permet d’éviter la perte de poids | Fondation contre le Cancer
La consommation de poisson permet d'éviter la perte de poids

La consommation de poisson permet d’éviter la perte de poids

PEUT-ÊTRE, MAIS RESTEZ PRUDENT

Les poissons, et surtout les poissons gras (anguille, flétan, hareng, maquereau, sardine, saumon...), sont riches en deux acides gras oméga-3 importants : EPA (acide eicosapentaénoïque) et DHA (acide docosahexaénoïque). Aujourd’hui, on leur attribue de très nombreux effets bénéfiques. De plus, il est possible de prendre des oméga-3 issus de poissons par le biais de compléments alimentaires.

Ces acides gras oméga-3 auraient un effet anti-inflammatoire et pourraient influencer positivement la perte de poids (extrême) non désirée durant un cancer. Toutefois, les études menées à ce sujet n’aboutissent pas toutes à cette conclusion.

Certaines études ont montré qu’un apport en EPA et DHA sous forme de compléments alimentaires pouvait contribuer à une réduction de la perte de poids et, parfois, à l’amélioration de la qualité de vie des patients atteints de cancer.

EN REVANCHE, il a été établi qu’un composé présent dans les compléments alimentaires d’huile de poisson rendrait les cellules cancéreuses résistantes à la chimiothérapie, en particulier dans le cas de traitement par Irinotecan® ou par chimiothérapies à base de sels de platine (Carboplatine®, Cisplatine®, etc.). La consommation de poissons gras (principalement le hareng et le maquereau) semblerait produire le même effet. Bien que nous ne disposions que de peu de données, il serait judicieux d’éviter tout complément en oméga-3 – pourtant utiles dans d’autres circonstances – durant la chimiothérapie, ainsi que dans les 24 heures qui la précèdent et la suivent. 

Si vous décidez de prendre des compléments d’EPA et de DHA, votre médecin ou pharmacien vous conseillera généralement une posologie de 2 à 6 g par jour. Trouver une telle quantité quotidienne d’oméga-3 directement en consommant du poisson engendrerait d’autres inconvénients (p. ex., un déséquilibre alimentaire ou une exposition élevée à certains contaminants présents dans le poisson). Il vaut donc mieux assurer cet apport par le biais de compléments alimentaires, dans le respect des mesures de prudence  décrites ci-dessus.

Cliquez ici pour en savoir plus sur le lien entre les oméga-3 ou acides gras du poisson et le cancer >>

Dernière adaptation le: 15/02/2017

Témoignages

Après son cancer du sein, Maria s’est investie en tant que bénévole auprès de la Fondation contre le Cancer, plus précisément comme conseillère en beauté. Sa motivation principale : rendre à d’autres l’attention qu’elle avait elle-même reçu durant sa maladie. Lire la suite