Interruption de carrière en cas de cancer

L'interruption de carrière en cas de cancer

Pendant les traitements, ou après ceux-ci, vous pouvez souffrir de certains effets secondaires comme, par exemple, une fatigue intense. L’interruption de carrière peut être une solution pour arrêter ou réduire temporairement votre temps de travail. Voici un petit aperçu des différentes formes d’interruption de carrière.

Le crédit-temps 

Le système du crédit-temps vous offre la possibilité d’interrompre votre carrière de manière complète ou partielle. Il existe plusieurs formes de crédit-temps. Les conditions et la durée dépendent

  • du type de crédit-temps
  • de votre secteur d’activité
  • de votre régime de travail initial

Prenez donc toujours la peine de bien vous informer sur les différentes possibilités propres à votre situation. 

Depuis 2007, le crédit-temps complet moyennant allocations est limité à un an. Après cette période d’un an, et si la convention collective de travail de votre entreprise le prévoit, vous pouvez encore prendre quatre années d’interruption mais sans allocations.

Attention ! Sur toute sa carrière professionnelle, le travailleur a droit à un maximum de 12 mois d’allocations pour le crédit-temps dans le cadre d’une interruption de carrière sans motif spécifique. 

L'ONEM verse une indemnité dont le montant varie selon le type de crédit-temps choisi.

Le congé pour assistance médicale 

Si vous avez besoin de l’assistance d’un proche durant votre maladie, sachez que l’interruption de carrière pour assistance médicale permet à l’un de vos proches de suspendre partiellement ou totalement ses activités professionnelles pour être présent auprès de vous qui souffrez d’une maladie grave. 

Cette personne doit impérativement répondre à l’une des deux conditions suivante :

  • habiter avec vous, qu’il y ait ou non un lien de famille entre vous
  • avoir un lien de parenté avec vous allant jusqu’au 2e degré

Dans les deux cas, l’accord d’un médecin est requis, attestant que toute forme d’assistance sociale, familiale ou morale est nécessaire pour votre convalescence. Cette suspension légale du contrat de travail permet au proche de se libérer de son travail tout en percevant une allocation d’interruption forfaitaire (versée par l’ONEM), et en conservant ses droits lorsqu’il reprendra le travail auprès de son employeur. 

La durée du congé pour assistance médicale varie d’une situation à l’autre. Tous les travailleurs n’ont pas droit à l’interruption de carrière pour assistance médicale. Renseignez-vous auprès de votre employeur ou du service social de votre mutualité. 

Le congé pour raisons impérieuses 

Vous pouvez bénéficier d’un congé pour raisons impérieuses dans certains cas imprévisibles et urgents (maladie, accident ou hospitalisation d’un proche, par exemple). Vous avez le droit de vous absenter le temps nécessaire pour assurer cette intervention urgente, avec un maximum de 10 jours de travail par année civile (moins si vous travaillez à temps partiel). Ces absences ne sont en principe pas rémunérées, sauf convention contraire entre vous et votre employeur. Renseignez-vous.

Pour en savoir plus, contactez :

  • le service du Personnel de votre employeur
  • le service social de votre mutualité
  • le Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale: www.emploi.Belgique.be
  • le site de l’asbl Aidants Proches: www.aidants-proches.be

Témoignages

Début 2012, on retire à Gustave un polype à la vessie. Une opération de routine, rien d’alarmant à priori. Jusqu’au 4 avril. Juste avant le repas pour célébrer son 40ème anniversaire de mariage, Gustave doit passer voir son urologue pour connaître les résultats… qui s’avèrent plus inquiétants que prévu : on a trouvé des cellules cancéreuses dans la paroi de sa vessie. Commence alors un lourd traitement par chimiothérapie, suivi d’une longue revalidation.Lire la suite