Huile de cannabis /Huile de CBD | Fondation contre le Cancer

Huile de cannabis /Huile de CBD

Vous suivez un traitement contre le cancer et vous cherchez des informations concrètes sur les compléments alimentaires (vitamines, plantes, herbes…) ? Ce guide vous fournira des informations sur les 20 compléments les plus fréquemment utilisés ainsi que sur les précautions, avantages et inconvénients liés à leur usage.



Avant d’avoir recours à des compléments alimentaires, nous vous conseillons vivement de lire attentivement les informations essentielles liées à leur utilisation. Nous vous proposons également en téléchargement un tableau récapitulatif des compléments alimentaires illustrant leur double statut ami/ennemi.

Comment utiliser l’application



Faire des recherches sur base d’un complément :

  • Faites votre choix dans le menu déroulant « Sélectionnez un complément ».
  • La fiche d’information complète relative à votre choix s’affiche sous le menu déroulant.

Faire des recherches sur base d’un traitement :

  • Faites votre choix dans le menu déroulant « Sélectionnez un traitement ».
  • Sous le menu déroulant, vous obtenez la liste de tous les compléments susceptibles d’interférer, de façon positive ou négative, avec le traitement choisi.
  • Vous pouvez ensuite cliquer sur un complément pour obtenir une fiche d’information complète à son sujet.

Sélectionnez un complément

Sélectionnez un traitement

Cette huile est extraite du cannabis, une plante qui contient plus de cinq cents substances chimiques dont un petite centaine – appelées cannabinoïdes – lui sont propres. Trois cannabinoïdes importants sont présentés ci-dessous :

  1. Le THC (delta-9-tétrahydrocannabinol) est le cannabinoïde le plus psychoactif. C’est la substance euphorisante qui fait « planer ».
  2. Le CBD (cannabidiol) n’est pas euphorisant. Contrairement au THC, il aurait une action apaisante, analgésique et antipsychotique.
  3. Le CBN (cannabinol) se retrouve surtout dans les plantes anciennes ou conservées dans de mauvaises conditions. Il s’agit d’une substance légèrement psychoactive dont l’action est principalement apaisante (1).

Différents produits contenant des dérivés du cannabis existent sur le marché. Nous en détaillons quelques-uns ci-dessous :

  1. L’huile de cannabis est un produit à base de cannabis que l’on extrait à l’aide de solvants organiques tels que l’alcool éthylique et l’éther de pétrole. Étant donné que la production se déroule souvent en milieu non professionnel, le contrôle sur le contenu du produit est faible, voire inexistant. Il est donc impossible de savoir avec certitude quelle est la teneur en THC et en CBD de l’huile ainsi obtenue.
  1. L’huile de CBD pure ne contient aucune trace de THC et ne fait donc pas « planer ». Cependant, il existe des huiles de CBD, de réalisation artisanale ou autres produits que l’on trouve sur Internet, qui contiennent du THC dont la composition n’est donc pas établie et qui peuvent donc également être contaminées par des pesticides, des métaux lourds ou autres substances nocives (1).
  1. Le Sativex® est actuellement le seul médicament contenant des cannabinoïdes autorisé en Belgique. Il contient une quantité contrôlée de THC et de CBD. Ce médicament est utilisé dans le traitement de la spasticité modérée à sévère provoquée par la sclérose en plaques (MS) (4). Le Sativex® est également testé dans le cadre du traitement de la douleur en oncologie. Les études qui devraient déboucher sur l’octroi de cette indication sont toujours en cours (4).

Situations liées aux traitements du cancer

Certaines études en laboratoire montrent que les cannabinoïdes pourraient bloquer la prolifération des cellules cancéreuses ou perturber la néovascularisation tumorale (2). Aucune étude chez l’homme n’a cependant prouvé que les cannabinoïdes étaient capables d’enrayer la croissance tumorale. Il n’y a donc aucune preuve que les cannabinoïdes peuvent traiter ou guérir le cancer (2,3).

En revanche, certains dérivés du cannabis peuvent être utilisés pour soulager certains symptômes, tels que la douleur (2,3). Ils diminueraient aussi les nausées et les vomissements induits par la radiothérapie ou la chimiothérapie, ou secondaires aux cancers les plus avancés (2,3). Il n’a pas été prouvé que les dérivés de cannabis soient plus efficaces que d’autres thérapies mieux connues ciblant les mêmes symptômes.

Leur effet bénéfique dans la lutte contre l’inappétence et d’autres symptômes comme la cachexie (perte de poids et de masse musculaire) est encore incertain (2).

Effets négatifs possibles sur les traitements du cancer

Certains cannabinoïdes influenceraient le fonctionnement d’enzymes (Cyt P450 3A4) nécessaires à la métabolisation de certaines substances utilisées dans le traitement du cancer (2,3) (cf. « Interactions avec d’autres médicaments et compléments alimentaires »).

Effets secondaires généraux

Les principaux effets secondaires des cannabinoïdes se situent au niveau du système nerveux central : changement d’humeur (action euphorisante ou déprimante), angoisse, paranoïa, dépersonnalisation (dissociation), hallucinations, perte de mémoire et d’attention, troubles de la vue et nausée (2,3). Les carabinoïdes peuvent également agir sur le système nerveux périphérique et le système immunitaire. On ne connaît pas encore toutes leurs actions (1).

Parmi les autres effets indésirables possibles, citons la sécheresse buccale, l’hypotension et la tachycardie (2).

Interactions avec d’autres médicaments et compléments alimentaires

Certains cannabinoïdes influenceraient des enzymes (par exemple Cyt P450 3A4) servant à métaboliser, entre autres, certains médicaments et compléments alimentaires au niveau du foie.

Cette interaction met en compétition le médicament d’une part, et les cannabinoïdes d’autre part. Plus le patient consomme des cannabinoïdes, moins il a d’enzymes disponibles pour métaboliser ses médicaments. Deux conséquences sont possibles : soit le médicament est moins efficace, soit il devient plus toxique. Cet antagonisme s’explique par le fait que les enzymes Cyp P450 3A4 peuvent activer ou inactiver les médicaments, en fonction de leur nature.

Ainsi, les dérivés du cannabis sont déconseillés dans le traitement de la maladie de Parkinson par lévodopa et analogues.

Par ailleurs, les informations sont peu nombreuses sur les interactions avec les autres substances qui agissent sur le système nerveux central, comme les médicaments utilisés en psychiatrie ou en phytothérapie (2).

Dosage pour les adultes

Ce n’est que dans de très rares cas qu’il est possible de fixer une dose sans danger, car la teneur en cannabinoïdes des dérivés du cannabis n’est généralement pas connue. De plus, l’utilisation de plusieurs de ces dérivés est illégale. Les seuls médicamentsdont le dosage peut être déterminé sont d’une part le médicament sous licence Sativex®, et d’autre part les préparations magistrales délivrées par les pharmacies.

Certains groupes sont par ailleurs davantage exposés aux effets néfastes des dérivés du cannabis. Ceux-ci sont généralement déconseillés chez les personnes ayant des antécédents (familiaux) de troubles psychotiques, mais aussi chez les personnes mineures, les femmes enceintes ou allaitantes, tout comme chez les hommes et les femmes désireux de procréer (2).

Certains dérivés contiennent des additifs (comme l’huile de sésame) qui peuvent provoquer des réactions allergiques chez les sujets sensibles (2,3).

La consommation de dérivés du cannabis peut influencer l’aptitude à la conduite de véhicules (2). Cela vaut aussi pour les médicaments prescrits par le médecin.

Références: 
  1. https://www.vad.be/assets/dossier-cannabis
  2. www.cam-cancer.org
  3. www.mskcc.org
  4. FAGG www.fagg-afmps.be/sites/default/files/content/INSP/NARC/faq_cannabis.pdf
  5. https://www.vad.be/artikels/detail/wat-zegt-de-wet-over-cannabis
  6. https://www.fagg.be/sites/default/files/content/omzendbrief_648_nl_thc_for_web.pdf

 

Plus d’information: http://www.afsca.be/consommateurs/viepratique/autres/basecannabischanvre/_documents/2019_07_12_FAQ_Cannabis_FR_new_002.pdf

En savoir plus ? Pas trouvé ce que vous cherchiez ?

Vous cherchez des informations encore plus détaillées ? Vous n’avez pas trouvé un complément en particulier ? Vous trouverez peut-être des réponses à vos questions sur les sites suivants:

Cette application a été réalisée par la Fondation contre le Cancer. Elle a été développée sous la supervision du docteur An Vandebroek, oncologue médicale à la ZNA Antwerpen, et du docteur Fanny Bauvet, oncologue médicale à l’Hôpital Sainte-Anne Saint-Remi de Bruxelles. Le contenu des différentes fiches a également été validé par le Fonds Anticancer.



Le contenu de ces fiches est purement informatif, uniquement destiné à un usage personnel et ne remplace en aucun cas une consultation médicale. La fiche ne peut être diffusée, de quelque manière que ce soit, sans mentionner la Fondation contre le Cancer en tant que source.

Témoignages

Elaine
Elaine est le visage de la campagne « une bonne nouvelle » encourageant le public à faire un legs à la Fondation contre le Cancer. Elle a accepté d’être accompagnée par un photographe lors d’une visite de contrôle chez son oncologue. Il a capturé l’instant précis où Elaine apprend une bonne nouvelle… Pour nous, Elaine revient sur l’histoire de sa maladie.Lire la suite