FAQ's : coronavirus et cancer | Fondation contre le Cancer

FAQ's : coronavirus et cancer

FAQ's coronavirusMercredi, 18 Mars 2020

 

Dernière adaptation le 07/04/2020

Cancer et coronavirus - ces articles vous intéresseront également :

La FAQ en allemand est disponible ici

FAQ

PERSONNES AYANT UN CANCER

PERSONNES AYANT EU UN CANCER

ENFANTS

FAMILLE, AMIS, SOIGNANTS

FUTUR

UPDATE DEPISTAGES

Plus d’informations sur les mesures prises par la Flandre ici.

Votre question ne se trouve pas dans notre FAQ ?

Posez votre question à Cancerinfo


PERSONNES AYANT UN CANCER

Actuellement un traitement contre le cancer dans un établissement de santé : sera-t-il reporté ? Dois-je encore me rendre à mes rendez-vous à l'hôpital ?

Vous ne devez pas interrompre vos traitements de votre propre initiative et vous devez contacter votre médecin oncologue ou hématologue, ou votre médecin traitant et suivre leurs recommandations.Si nécessaire, votre médecin pourra adapter votre prise en charge pour éviter tout risque de contamination tout en maintenant un traitement efficace.

Prenez contact avec votre oncologue ou votre hématologue avant de vous rendre aux rendez-vous dans le cadre de votre traitement.

Quels médicaments puis-je prendre ?

Si vous n’avez pas les symptômes du COVID-19 ou si vous en avez guéri (selon un professionnel de santé), vous pouvez continuer vos traitements et soins en respectant les ajustements proposés par votre oncologue ou hématologue. Ils pourront si c’est nécessaire modifier les modalités de prise du traitement si cela est réalisable et opportun. 

Si vous avez les symptômes du COVID-19, ou si ce diagnostic est confirmé (par un professionnel de santé), prévenez  sans attendre l’équipe médicale qui vous suit pour le traitement du cancer. Et signalez au médecin qui a posé le diagnostic d’infection à COVID-19 que vous êtes suivi pour un cancer afin qu’il puisse entrer en contact avec votre oncologue ou hématologue.

On m'a prescrit la pratique d'activité physique adaptée (apa). Comment faire durant cette période de confinement ?

La pratique d’une activité physique régulière peut avoir un impact bénéfique important chez un patient atteint de cancer, pendant comme après la maladie. Pour certains cancers, elle favorise ainsi la diminution de la fatigue, l’augmentation des capacités de récupération de l’organisme, et l’amélioration de la tolérance aux traitements (notamment post-opératoires et de radiothérapie). Elle contribue à une diminution des risques de récidive et de mortalité après traitement.

L’activité physique adaptée  constitue l’un des « soins oncologiques de support » qui contribuent au maintien de l’état de santé général et à la prévention des séquelles après un cancer.

Il convient donc de ne pas interrompre la pratique régulière d’APA prescrite pendant et après la maladie, en veillant cependant à l’adapter aux circonstances actuelles et à respecter les consignes en vigueur concernant les déplacements à l’extérieur du domicile.

C’est la pratique collective d’une activité physique qui n’est pas permise pendant toute la durée de la période de confinement. Les établissements sportifs couverts sont fermés durant celle-ci et les cours collectifs ne peuvent avoir lieu jusqu’à nouvel ordre ; la pratique d’une activité individuelle en extérieur, telle que la course à pied, reste toutefois possible, à condition de l’exercer seul et non en groupe, à proximité de son domicile.

La pratique d’une activité physique à domicile, lorsqu’elle est possible, ne fait quant à elle l’objet d’aucune restriction liée au contexte actuel. Elle est vivement conseillée.

Je suis atteint d’un cancer qui n’a aucun rapport avec les poumons ou le système respiratoire. Suis-je tout de même plus vulnérable au coronavirus ?

Le coronavirus affecte particulièrement les personnes affaiblies par une maladie chronique en général. Les personnes atteintes d'un cancer sont d'autant plus concernées que leurs défenses immunitaires peuvent être très affaiblies par les traitements du cancer. Donc qu’il s’agisse d’un cancer lié ou non aux poumons ou au système respiratoire, respectez bien les mesures de confinement et de sécurité.

J’ai entendu que les asthmatiques doivent limiter leurs traitements à base de cortisone, qui font partie de ceux qui aggravent la maladie lorsqu’elle se déclare. Or, mon oncologue m’en prescrit en vue de ma chimiothérapie, pour limiter les effets secondaires. Dois-je le prendre malgré tout ?

Il est vrai que les traitements à base de cortisone (corticothérapie) font partie des médicaments déconseillés durant cette pandémie. Mais cela ne vaut que pour les affections bénignes, notamment ORL. Dans le cas du traitement contre le cancer, il ne s’agit pas d’un traitement de confort, et il vous est conseillé de respecter scrupuleusement les prescriptions de votre oncologue.

Mon traitement de chimiothérapie terminé depuis plusieurs semaines, je suis actuellement un traitement par immunothérapie. Cela signifie-t-il que mon système immunitaire est plus efficace, donc que je cours moins de risque face au coronavirus ?

L'immunothérapie ne renforce pas votre immunité contre le coronavirus. Il est donc essentiel aussi pour vous de respecter le confinement et les mesures de sécurité valables pour tout le monde.

J’ai subi une opération très récemment suite à un cancer du sein. Je ne suis pas encore de traitement mais je me demandais si je suis plus vulnérable du fait même de l’opération ?

En effet, une intervention chirurgicale fragilise l’organisme. Il est donc essentiel de bien respecter toutes les mesures de précautions, et même un peu plus scrupuleusement que d’autres…

Les personnes plus âgées qui ont un cancer sont-elles plus à risque de complications si elles attrapent le COVID-19 ?

Les personnes âgées sous traitement contre un cancer, plus encore que les plus jeunes, seraient plus vulnérables. C’est en tout cas une conclusion logique qui a été tirée par des chercheurs chinois. Comme leur immunité est diminuée à cause des traitements, ils sont donc plus sensibles à la fois à une infection par le COVID-19 et à ses complications.

C’est la raison pour laquelle les proches doivent absolument redoubler de vigilance envers eux. Le lavage des mains approfondi est, encore plus qu’ailleurs, indispensable. Votre confinement si vous vivez sous le même toit est à respecter scrupuleusement, ainsi que celui de la personne malade, évidemment. Et les contacts avec l’extérieur doivent vraiment être strictement limités ; s’ils sont indispensables, il faut alors bien veiller à ne pas se rendre dans les lieux trop fréquentés et à bien respecter les distances de sécurité.

Si je suis en cours de traitement/en rémission/avec un cancer chronique dois-je avoir un comportement différent par rapport au coronavirus ? 

Si vous êtes en traitement (y compris pour un cancer chronique) appliquez strictement les conseils de prudence et demandez à vos proches d’en faire autant (éviter / réduire au strict minimum les contacts, garder toujours une distance de sécurité d’au moins 1,50 m, d’observer un lavage des mains méticuleux…), demandez de l’aide pour les courses, faites-vous livrer... Si vous êtes en rémission, appliquez ces mêmes conseils de prudence, comme le reste de la population.

A ce jour, il n’existe pas de traitement spécifique contre ce virus. Certains médicaments sont actuellement testés en milieu hospitalier mais il est trop tôt pour en tirer des conclusions formelles. 

Etant atteint d’un cancer, pourrais-je être testé si je pense être atteint de coronavirus ? Si j’ai les symptômes ? 

Cela sera déterminé par votre équipe soignante, en fonction des symptômes que vous présentez. Mais actuellement, la définition des cas pour les tests n’intègre pas le fait de présenter d’autres pathologies.

Que se passera-t-il avec mon traitement ? Sera-t-il postposé ? Dois-je encore me rendre à mes rendez-vous à l’hôpital ? 

D’une manière générale, tous les examens et les traitements non urgents sont reportés à une date ultérieure. 

Si vous êtes en cours de traitement pour le moment, il sera poursuivi sauf avis contraire de l’équipe médicale qui vous suit. 

Donc, sauf avis contraire de l’hôpital, vous devez vous rendre à vos rendez-vous. La décision éventuelle de reporter un traitement du cancer sera prise au cas par cas par votre équipe soignante.

Quels seront les symptômes chez moi ? Seront-ils différents que chez les autres personnes ? A quoi dois-je être particulièrement attentif ? 

Les symptômes causés par le COVID-19 sont identiques à ceux des autres infections respiratoires. Si vous êtes en traitement pour un cancer et que vous êtes atteints de toux ou de fièvre, consultez votre équipe soignante. Si vous avez des doutes, consultez le site suivant (https://www.info-coronavirus.be/fr/)

Que dois-je faire si mon médecin traitant est lui-même atteint de Covid19 ? 

Si votre médecin est atteint du COVID-19, il vous orientera vers un autre médecin.

J’ai eu une chimio cardio toxique qui nécessite un suivi cardiaque particulier, suis-je davantage à risque ?

Vous devez être suivi avec attention compte tenu de ce risque cardiaque. Votre équipe soignante en est consciente et fera le nécessaire.

Les traitements contre le coronavirus entraveront-ils les traitements contre mon cancer si jamais je devais l’attraper ?

A ce jour, il n’y a pas de traitement spécifique face au coronavirus. Malgré les nombreuses recherches en cours, il est très peu probable qu’un traitement spécifique soit disponible avant la fin spontanée de l’épidémie en cours.  Il faut attendre que les défenses du corps éliminent spontanément le virus et Les traitements consistent à soulager les symptômes de l’affection (comme la fièvre) s’ils sont présents et en fonction de leur intensité. Si vous êtes en cours de traitement pour un cancer et si ce traitement diminue vos défenses immunitaires, il se peut que les traitements suivants soient retardés. C’est votre équipe soignante qui adaptera le rythme ou les doses de traitement si nécessaire. Ne modifiez pas de votre propre initiative votre traitement. 

J’ai un cancer et du diabète, qu’en sera-t-il si j’ai attrapé le coronavirus ?

Vous pourriez être simplement infecté sans développer la maladie, être atteint de symptômes légers ou d’une forme plus virulente de l’infection. C’est pour éviter ce dernier risque que l’on vous conseillera des mesures strictes de précaution, à vous comme à votre entourage. Mais il est clair que le risque de développer des complications est plus élevé, et que vous devez dès lors appliquer toutes les mesures de prudence à la lettre.

Si le système de soins de santé se met à saturer à cause de l’épidémie, est-ce que cela impactera mes traitements ? 

En principe non, car les services hospitaliers qui risquent d’être saturés sont les services de réanimation et de soins intensifs, pas ceux de cancérologie ! Mais il faudra s’adapter si dans les semaines à venir le personnel soignant des hôpitaux tombe malade ou est réquisitionné, ce qui n’est actuellement pas du tout le cas. 

Risque ton d’avoir un problème d’approvisionnement en médicaments ? 

Pas à court terme.

Est-ce que la maladie va durer plus longtemps si j’ai un cancer ? 

Impossible à prévoir. Vous pourriez être simplement infecté sans développer la maladie, être atteint de symptômes légers ou d’une forme plus virulente de l’infection. C’est pour éviter ce dernier risque que l’on vous conseillera des mesures strictes de précaution, à vous comme à votre entourage.

PERSONNES AYANT EU UN CANCER 

Je suis en rémission d’un cancer du sein depuis deux ans, mais je continue à prendre des traitements d’hormonothérapie. Dois-je prendre des précautions particulières ?

L’hormonothérapie n’a pas d’impact négatif sur vos défenses immunitaires. Vous n’êtes donc pas particulièrement fragilisée par rapport au coronavirus. Vous ne devez donc pas prendre de mesures supplémentaires à celles qui valent pour tout un chacun : confinement et respect des mesures de sécurité.

Est-ce que le fait d’avoir eu un traitement contre le cancer augmente mes risques même si je suis en rémission ? 

Non, si vous êtes en rémission sans séquelles et avec une immunité normale, vous n’avez pas de risque augmenté.

ENFANTS

Comment le coronavirus peut-il affecter mon enfant qui est en traitement pour un cancer ?

Il y a un risque supérieur d’infection si votre enfant reçoit un traitement qui diminue les défenses immunitaires. Ceci étant, la maladie semble habituellement moins virulente chez les enfants. 

Quelles précautions nous devons prendre comme parents ?

Le confinement imposé vous forcera, pour votre bien à tous, à éviter / réduire au maximum les contacts sociaux et les limiter au cercle familial. Maintenez une distance de sécurité d’1,50 mètre au moins si l’âge de votre enfant le permet, procédez à un lavage très soigneux des mains, et prévenez l’équipe soignante si votre enfant présente des signes d’infection (toux, fièvre…).

Est-ce que nous devons porter des masques ?

Le port du masque est réservé aux soignants (pour diminuer leur risque de se faire infecter par le coronavirus suite à leurs contacts répétés avec des malades) et aux personnes déjà affectées par le coronavirus (pour diminuer le risque qu’elles contaminent d’autres personnes). Si les défenses immunitaires de votre enfant sont fortement diminuées par le traitement, l’équipe soignante vous conseillera des mesures particulières de précaution, en ce compris le port d’un masque si nécessaire.

Est-ce que mon enfant risque de ne pas avoir accès aux médicaments nécessaires à cause du coronavirus ?

Il n’y a pas à notre connaissance de risque particulier de pénurie de médicaments à court terme.

Qu’en est-il des visites à l’hôpital ?

En principe toutes les visites sont interdites. C’est à discuter avec l’équipe soignante.

S’il y a des patients suspects d’avoir attrapé le coronavirus dans l’hôpital, est-ce que mon enfant est en danger ?

En principe non. Toutes les mesures de précaution sont bien entendu appliquées pour réduire le risque de contamination en milieu hospitalier.

Est-ce que mon enfant (traité pour un cancer) peut aller à l’école ? au cinéma ? jouer au football ?

Pour notre bien à tous, dès les 18 mars, nous resterons confinés à la maison.  les écoles sont fermées, de même que les cinémas et clubs de sport. Le problème ne se pose donc pas ! Cette décision forte d’interruption des contacts sociaux fait partie des mesures de prévention.

FAMILLE, AMIS, SOIGNANTS

Je suis aide-soignant(e) pour des patients atteints de cancer, dois-je me comporter différemment ?

 Appliquez strictement les conseils de prévention.

J’ai été exposé au virus et je suis un(e) aide-soignant(e) d’une personne atteinte d’un cancer. Que faire ? 

Vous êtes (ou devriez être) en quarantaine et avoir le moins de contact possible avec des tiers.

Peut-on rendre visite à un proche atteint d’un cancer ? 

C’est à priori interdit en raison du confinement imposé par le gouvernement. A nuancer en fonction du lien de parenté, bien sûr.  Manifestez-vous plutôt par téléphone, mail, réseaux sociaux…

FUTUR

Est-ce que les patients atteints de cancer seront prioritaires pour des vaccins/si et quand ils existeront ? 

Le problème ne se pose pas : l’épidémie en cours aura spontanément pris fin bien avant qu’un vaccin ne soit disponible ! 

UPDATE DEPISTAGES

Suite aux directives gouvernementales concernant l’épidémie de Coronavirus, la suspension des actes médicaux non justifiés cliniquement a débuté ce vendredi 13 mars. Par conséquent, les différentes régions prennent les mesures nécessaires concernant les programmes de dépistage organisé des cancers.

En Wallonie

  • Le dépistage du cancer du sein

Les invitations à effectuer un Mammotest sont suspendues pour le moment et seront envoyées plus tard aux femmes concernéeset les centres de radiologie ont été invités  à reporter les rendez-vous de mammographie jusqu'en mai ou juin, selon l’évolution de l’épidémie.

  • Le dépistage du cancer du côlon

L’envoi des invitations est reportées pour le dépistage du cancer colorectal au mois de mai ou juin, selon l’évolution de l’épidémie.

À Bruxelles

  • Le dépistage du cancer du sein

Les centres de radiologie ont été invités à reporter les rendez-vous de mammographie jusqu'en mai ou juin selon l’évolution de l’épidémie. Les invitations à détecter le cancer du sein continuent à être envoyées.

  • Le dépistage du cancer du côlon

L’envoi des invitations à participer au programme de dépistage est suspendu jusqu’à une date encore indéterminée, en fonction de l’évolution de l’épidémie, de même que l’analyse des tests.

Plus d’informations sur les mesures prises par la Flandre ici.