Rémission: comment réagir?

L'épée de Damoclès

"Je suis en rémission, certes, mais pour combien de temps?” 

Est-il possible de faire comme si de rien n’était? Pendant une période plus ou moins longue, le patient va vivre avec l’impression d’une menace permanente, telle une épée de Damoclès. Certains réagissent en prenant des précautions exagérées pour leur santé, allant même jusqu’à oublier de profiter de la vie. D’autres, au contraire, rejetant la plus élémentaire prudence, vivent passionnément chaque instant sans se poser de limites. Dans les deux cas, la personne se sent en sursis… La peur d’une rechute, partagée par l’entourage, incite parfois le patient et ses proches à se cacher mutuellement leurs émotions. 

Quelques conseils

Pour résoudre les difficultés qui accompagnent le "statut" particulier de la rémission, le malade ne doit pas hésiter à exprimer ce qu’il vit par rapport à sa peur, son besoin d'écoute et d'aide, son manque de confiance...

La peur

En osant mettre un nom sur ses peurs, à condition de pouvoir en parler, le malade apprendra progressivement à apprivoiser ses émotions. S’il peut trouver écoute, disponibilité et compréhension auprès de ses proches ou de professionnels de la santé, la parole va lui permettre d’avancer à nouveau sur les chemins de la vie.

L’écoute

Parler ouvertement de ses sentiments face à la maladie permet parfois des rapprochements inattendus. Mais pour savoir écouter, il faut être capable de regarder ses propres peurs en face. D’où l’utilité pour l’entourage de se faire également aider, si nécessaire…

La confiance en soi

En l’associant pleinement aux décisions familiales ou professionnelles difficiles, on évitera de donner au patient le sentiment qu’il sort fragilisé ou diminué de sa maladie. Réaliser que les autres lui rendent sa place, pleine et entière, l’aidera à reprendre progressivement confiance en lui.

L’aide

Le patient ne doit pas craindre de demander de l’aide si besoin est. L’entourage doit veiller cependant à bannir toute surprotection du patient. 

À qui s'adresser?

  • Le Cancerinfo (0800 15 801) est à votre écoute. Des professionnels de la santé vous écoutent tous les jours ouvrables de 9h à 18h. 
  • La Fondation contre le Cancer propose un accompagnement psychologique ponctuel. Pour en beneficier, une demande peut être introduite via le Cancerinfo. 
Dernière adaptation le: 14/02/2018

Témoignages

" Je dois avouer que j’ai toujours eu de la chance côté santé. C’est vrai, j’ai des problèmes de dos et je ne peux plus bouger comme je l’aimerais. Mais j’ai de quoi m’occuper : j’aime les activités culturelles comme les concerts classiques et la danse contemporaine. Je vis sainement, je me sens en bonne santé… Pour mon entourage, tout ne se passe pas aussi bien. "Lire la suite