Mon élève/étudiant(e) a un cancer…

Avoir dans sa classe un(e) élève ou étudiant(e) malade peut être perturbant pour ses camarades, surtout à l'adolescence. Bien qu'il ne soit pas contagieux, le cancer fait peur, surtout à un âge où l'on est censé avoir toute la vie devant soi…

Des absences prévisibles

Lutter contre un cancer, avec tout ce que cela implique (traitements, effets secondaires, hospitalisations…), obligera sans doute votre élève ou étudiant(e) à s'absenter quelque temps ou quelques fois de l'école ou des bancs de l'université. Si poursuivre sa scolarité ou ses études avec un cancer est possible, cela nécessite toutefois quelques aménagements: suivi scolaire à domicile, (re)passage des interros ou examens différé, délais supplémentaires pour la remise des travaux, autorisation exceptionnelle de redoubler, etc. Plus d'infos en suivant ce lien >>

En parler… ou pas?

La loi n'oblige personne à tenir l'école ou l'université au courant de son état de santé. L'élève ou l'étudiant(e) malade peut également ne pas souhaiter que ses condisciples soient au courant de son état. Mais comme ces derniers ne manqueront pas de remarquer ses absences et, peut-être, de vous interroger à ce sujet, il n'est pas inutile de demander à votre direction, aux parents, voire à l'élève lui-même (elle-même) dans quelle mesure vous pouvez (ou pas) aborder sa maladie avec ses condisciples.

Cancer et études: quelques liens

Besoin de plus d'infos sur cancer et études?

  • La Communauté française: www.cfwb.be.
  • L'Administration générale de l'enseignement de la Communauté française de Belgique: www.enseignement.be.
  • L’ASBL «L’École à l’hôpital et à domicile», un groupe d'enseignants volontaires qui proposent des cours supplémentaires: www.ehd.be.
  • Le site www.hospichild.be s'adresse plus particulièrement aux mineurs.

©Vivio

Dernière adaptation le: 28/05/2019

Témoignages

Legaat
Jacqueline a les yeux rieurs et respire la joie de vivre. Malgré les épreuves qu’elle a rencontrées, elle transmet un message positif dès qu’on franchit la porte de son appartement à Bruxelles, où elle a emménagé avec son mari en 1971. Ils n’ont pas eu d’enfants. Ensemble, ils ont beaucoup voyagé et elle a pu à ses côtés profiter de la vie et découvrir le monde. Mais à chaque départ en voyage avec son mari, elle pensait à laisser un message sur la table du salon, pour indiquer à qui leurs biens devaient être légués, au cas où il leur arriverait quelque chose...Lire la suite