La ponction lombaire

Qu'est-ce qu'une ponction lombaire?

La ponction lombaire consiste à introduire une aiguille creuse entre deux vertèbres lombaires (dans le bas du dos) pour prélever du liquide céphalo-rachidien.

À quoi sert une ponction lombaire?

Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide, appelé liquide céphalo-rachidien. Celui-ci «porte» le cerveau comme l'eau du bain porte le corps, et le protège des chocs. Composé à 99% d'eau, il est parfaitement stérile et ne contient normalement ni globule rouge ni microbe ni globule blanc (ou quasiment).
Certains cancers peuvent se répandre dans le liquide céphalo-rachidien et y former des métastases. Les cellules cancéreuses peuvent alors venir «s'accrocher» aux nerfs qui sortent de la moelle et du cerveau (carcinomatose méningée). Il importe de poser ce diagnostic au plus vite, afin d'affiner les traitements. C'est le rôle de la ponction lombaire.

Comment se passe une ponction lombaire?

Beaucoup de légendes circulent au sujet de la ponction lombaire. Rassure-toi: cet examen, pratiqué par des spécialistes, n'est ni douloureux ni dangereux. La ponction de liquide céphalo-rachidien se réalise à l'aide d'une fine aiguille qui est insérée entre deux vertèbres dans le bas du dos, afin de recueillir le précieux liquide. Cet examen dure 5 à 10 minutes, anesthésie locale et prélèvement compris. Le liquide est ensuite envoyé en laboratoire pour être analysé par un anatomo-pathologiste.

Précautions particulières

Prélever du liquide céphalo-rachidien implique que le cerveau est moins porté par ce liquide, et donc plus lourd dans la boîte crânienne. Après une ponction lombaire, pour éviter des maux de tête, il est donc impératif de rester couché pendant 3 heures et de se reposer 24 heures, le temps que ce liquide se reconstitue.
La seule contre-indication à une ponction lombaire est la présence d'une masse dans le cerveau, qui augmente la pression dans la boîte crânienne.

©Vivio

Témoignages

Legaat
Jacqueline a les yeux rieurs et respire la joie de vivre. Malgré les épreuves qu’elle a rencontrées, elle transmet un message positif dès qu’on franchit la porte de son appartement à Bruxelles, où elle a emménagé avec son mari en 1971. Ils n’ont pas eu d’enfants. Ensemble, ils ont beaucoup voyagé et elle a pu à ses côtés profiter de la vie et découvrir le monde. Mais à chaque départ en voyage avec son mari, elle pensait à laisser un message sur la table du salon, pour indiquer à qui leurs biens devaient être légués, au cas où il leur arriverait quelque chose...Lire la suite