Le cancer en chiffres

Le cancer dans le monde

On estime globalement que pour l'année 2018 : 

  • 18.1 millions de personnes recevront le diagnostic de cancer, et 9.6 millions en décéderont.

  • les cancers les plus fréquents seront (en ordre décroissant) ceux du sein, de la prostate, du poumont et du côlon.

  • L'Europe enregistrera des chiffres particulièrement mauvais. Alors que les Européens ne représentent que 9% de la population mondiale, ils constitueront 23,4% des nouveaux diagnostics de cancer et 20,3% des décès.

Des chiffres qui augmentent

On estime que ces chiffres liés au cancer dans le monde, ne pourront qu'augmenter. Cela est dû à trois facteurs essentiels: 

  • l'augmentation de la population mondiale,

  • le vieillissement de la population,

  • les modes de vie se dégradent à travers le monde, ce qui expose à un risque accru de cancer.

Par extrapolation de ces données, on pourrait s'attendre à ce que, d'ici 2030, il y ait, dans le monde, environ 26,4 millions de nouveaux cas de cancer et 17 millions de décès dus au cancer par an.

Source : World Cancer Report 2018 - International Agency for Research on Cancer (IARC)

 

Le cancer en Belgique

Les cancers les plus fréquemment diagnostiqués

En 2015, 67.087 personnes ont reçu un diagnostic de cancer. Plus de 99% concernaient des adultes (20 ans et plus).

Chez les adultes, les cancers les plus fréquents étaient ceux de la prostate, du sein, du poumon et du côlon. Ces 4 cancers représentaient la moitié de tous les cas de cancers !

Chez les enfants et les adolescents (de 0 à 20 ans), les cancers les plus fréquents étaient les leucémies, les lymphomes et les tumeurs du cerveau. Ils représentent ensemble la moitié des cancers dans cette catégorie d'âge.

Répartition des cancers hommes/femmes en Belgique

Cas de cancers

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancers enregistrés (en dehors des cancers de la peau non-mélanomes) s'élevait à 67.087.

  • On a constaté plus de cancers chez les hommes (35.709) que chez les femmes (31.378)

  • Le cancer atteint surtout les personnes plus âgées: parmi toutes personnes atteintes d'un cancer, 67% des femmes et 78% des hommes avaient au moins 60 ans au moment du diagnostic. 

  • 1 homme sur 3 et 1 femme sur 4 auront un cancer avant leur 75e anniversaire.

Cancers les plus fréquents 

Les cancers les plus fréquents sont :

  • pour les hommes: cancers de la prostate, suivis par les cancers du poumon et du côlon (gros intestin) ;

  • pour les femmes: cancers du sein (plus d'un tiers de tous les cancers féminins), suivis par les cancers du gros intestin et du poumon.

Taux de survie

Les taux de survie sont utilisés par les médecins pour mesurer l'efficacité des traitements. Certains malades veulent connaître les statistiques de survie, tandis que d'autres les trouvent inutiles, ou n’ont peut-être même pas envie de les connaître.

Il s'agit tout au plus de données statistiques, calculées sur de grands groupes de patients et qui peuvent donc varier fortement d'un individu à l'autre.

De nombreux facteurs peuvent influer sur les perspectives d'un patient individuel :

  • son état de santé général,

  • le type de cancer dont il est atteint,

  • le degré de développement du cancer,

  • la façon dont il répond au traitement,

  • ... 

Votre médecin connaît votre situation particulière. Il peut vous dire comment interpréter les taux de survie dans votre cas particulier.

 

Le Registre du Cancer

Un Registre du Cancer Belge: Fondation Registre du Cancer

La Belgique dispose depuis 2005 d’un Registre du Cancer performant. Pour notre Fondation, qui a largement financé la création de ce registre, il s’agit de l’aboutissement d’un engagement de longue date. 

Lors de sa création, le registre du cancer avait un sérieux défi à relever: rassembler pour l’ensemble du pays des chiffres complets et fiables. Un système d’enregistrement performant existait déjà en Flandre, mais il faisait largement défaut à Bruxelles et en Wallonie. Depuis, un cadre légal spécifique est venu faciliter le travail du registre. Grâce à un sérieux coup de pouce financier de notre Fondation, les retards ont pu être rattrapés. 

Le registre belge dispose à présent d’un réseau d’enregistrement qui regroupe hôpitaux, mutualités, laboratoires d’anatomopathologie et hématologues. 

À quoi sert un registre?

Le rôle d'un registre est primordial pour la santé publique. Il permet entre autres:

  • l’identification de certains risques,

  • l’évaluation de la prévention,

  • le dépistage et la qualité des soins,

  • la planification des structures et de l’offre de soins.

Avoir un registre belge du cancer permet également d'apporter une contribution au niveau international. En mettant leurs résultats en commun, les registres nationaux permettent des analyses beaucoup plus larges. 

Les données relatives à la Belgique ou aux différentes régions du pays peuvent être consultées sur le site de la Fondation Registre du Cancer.

Dernière adaptation le: 3/10/2018

Témoignages

Five philippe
Rien qu aujourd hui hier est fini et demain n est pas encore laLire la suite