Cancer du col de l'utérus - Généralités

Le cancer du col de l'utérus en chiffres 

L’infographie ci-dessous a été réalisée sur la base des chiffres du Registre du Cancer. Les chiffres y sont transposés sous forme de graphiques représentant le nombre de nouveaux cas par an, les tranches d’âge les plus touchées et le nombre de décès dus à ce type de cancer.

Anatomie du système reproducteur féminin

Le cancer du col de l’utérus n’est pas très fréquent en Belgique, grâce à l’excellente qualité du dépistage précoce pratiqué depuis très longtemps dans notre pays.  On estime que près de 90 % des cancers du col de l’utérus qui se déclarent auraient pu être évités par un dépistage régulier et précoce (frottis). Ce type de cancer se développe en effet progressivement au départ de lésions dites précancéreuses, que les frottis réguliers permettent de détecter.

Le cancer du col de l'utérus n'est pas un des cancers gynécologiques les plus fréquents en Belgique (643 nouveaux cas par an).

Mais il est responsable, dans notre pays, de près de 190 décès par an. On considère que près de 90 % d'entre eux pourraient être évités grâce à un dépistage régulier. En effet, ce type de cancer se développe progressivement, à partir de lésions dites précancéreuses. Les frottis systématiques permettent de découvrir et de traiter précocement les lésions suspectes. 

Épidémiologie

Des études réalisées chez de jeunes étudiantes américaines montrent que 30 à 40 % d'entre elles sont infectées par le virus HPV. Cette infection passe le plus souvent inaperçue, car le virus est éliminé chez la plupart des femmes sans avoir donné lieu à des symptômes particuliers.

Mais lorsque le virus n'est pas éliminé, l'infection chronique peut provoquer des lésions qui, si elles ne sont pas traitées, sont susceptibles de se transformer en cancer après une période assez longue (une dizaine d'années généralement).

La fréquence du cancer du col utérin est extrêmement variable d'une région du globe à l'autre. Ceci s'explique par :

  • des conditions sociologiques et médicales différentes
  • des cultures sexuelles variables
  • une susceptibilité génétique potentielle à l'HPV

Le cancer du col occupe la tête du classement dans la mortalité par cancer chez les femmes de certaines contrées en voie de développement. 

Cancer du col de l'utérus : la vaccination

En plus du dépistage régulier, un autre moyen de se protéger contre le cancer du col de l'utérus est maintenant disponible : la vaccination. C'est une bonne nouvelle pour toutes les les femmes et les adolescentes !

De nombreuses femmes nous posent régulièrement des questions à ce sujet :

  • Le cancer du col utérin est-il contagieux ?
  • Une fois qu'on est infecté par un papillomavirus, va-t-on automatiquement développer ce cancer ?
  • Le nouveau vaccin permettra-t-il d'éviter tous les cancers du col ?
  • Le vaccin remplacera-t-il le dépistage ?
  • Le vaccin fera-t-il rapidement diminuer la fréquence des cancers du col de l'utérus ?
  • Toutes les femmes devraient-elles être vaccinées ?
  • Le vaccin est-il aussi destiné à traiter les cancers du col ?

Toutes ces questions montrent combien le besoin d'information reste grand. C'est pourquoi, la Fondation a réalisé, en étroite collaboration avec les associations de gynécologues francophones (GGOLFB) et néerlandophones (VVOG), un dépliant destiné au grand public.

Dernière adaptation le: 2/11/2020

Causes

Entre 85 et 90 % des cancers du col se développent à partir d'une lésion bénigne , appelée "condylome" ou "papillome" du col.

Symptômes

Le cancer du col de l'utérus est précédé par des lésions précancéreuses qui peuvent être détectées par un frottis de col.

Examens

Ce dépistage s'effectue par frottis du col de l'utérus. Le frottis est un test simple et indolore qui peut être réalisé par le gynécologue ou le médecin de famille.

Traitements

Le type de traitement dépend du stade du cancer au moment du diagnostic. Chirurgie et cancer du col de l'utérus La chirurgie est utilisée dans différents contexte pour traiter un cancer du col de l'utérus. Les lésions précancéreuses sont traitées par : une ablation chirurgicale partielle du

En savoir plus?

Témoignages

Luc Vautmans
Les gagnants sont juste des perdants qui n’abandonnent jamais.Lire la suite