Peau (chimio- et radiothérapie) | Fondation contre le Cancer

Peau (chimio- et radiothérapie)

Certaines chimiotherapies ont un impact sur la peau. Les symptômes possibles, (généralement) passagers, sont les suivants :

  • peau sèche ;
  • peau décolorée ;
  • éruption soudaine ;
  • coloration ou brûlure plus rapide de la peau par le soleil ;
  • taches brunes, coloration brune ou taches blanches dépigmentées.

Conseils pour éviter les problèmes cutanés

  • Protégez la peau à l'aide d'une crème solaire à indice de protection élevé (de préférence le plus élevé).  
  • Vérifiez avec prudence la manière dont votre peau réagit à l'exposition au soleil. 
  • Ne vous exposez pas au soleil pendant 6 à 8 semaines après la chimiothérapie. 
  • Attention au soleil sur le cuir chevelu. Couvrez-vous la tête si vous avez perdu vos cheveux à cause de la chimiothérapie.

Syndrome main-pied

Certains médicaments peuvent provoquer un syndrome main-pied, une réaction cutanée de la paume des mains et de la plante des pieds. Les symptômes possibles sont les suivants :

  • démangeaisons ;
  • douleur ou sensibilité ;
  • rougeurs ;
  • desquamation ;
  • gonflement ;
  • formation de vésicules ;
  • Infections. 

La radiothérapie et la peau

Même si les techniques d'irradiation sont beaucoup plus précises que par le passé, un risque de réaction subsiste lorsque la peau est irradiée. La réaction est souvent plus forte si une chimiothérapie a déjà été administrée auparavent ou si la radiothérapie est associée à une chimiothérapie. Les premiers symptômes sont l'apparition d'une rougeur légère, généralement deux à quatre semaines après le premier traitement. 

Une pigmentation supplémentaire apparaît de quelques semaines à plusieurs mois après la radiothérapie. La peau devient plus sombre. Souvent aussi elle s'assèche et desquame. La formation de vésicules à la fin de la période d'irradiation est plutôt exceptionnelle. La peau se crevasse généralement à ces endroits. Les réactions cutanées sont les plus aiguës dans les plis cutanés (par exemple dans l'aine ou sous les aisselles), sous les seins et au voisinage des cicatrices. Elles guérissent en général en quatre à six semaines après la fin de la radiothérapie, même si la peau s'est crevassée. Parfois, la peau reste légèrement plus sombre et rêche à ces endroits. 

Un patient qui a suivi une radiothérapie doit être très prudent s'il s'expose au soleil. Il est conseillé, pendant la première année suivant la radiothérapie, de se protéger du soleil : restez à l'ombre, couvrez votre peau et utilisez une crème solaire à fort indice de protection sur les parties exposées. Si la peau a fortement rougi pendant la radiothérapie, il convient de ne pas rester trop longtemps au soleil.

Conseil pour ménager la peau pendant la radiothérapie

Demandez au radiothérapeute quels sont les moyens préconisés par l'hôpital pour protéger la peau pendant la radiothérapie. Les précautions les plus usuelles sont les suivantes :

  • Ne pas utiliser de savon sur la peau irradier, ou utiliser un savon à pH neutre.
  • Pour sécher la peau irradiée, la tamponner avec une serviette douce (ne pas frotter).
  • Éviter les vêtements rêches, abrasifs et trop serrés.
  • Porter des vêtements en tissu « respirant » (coton, laine, lin, soie ou viscose).
  • En cas de démangeaison, ne pas gratter la peau irradiée.
  • Si la peau du visage a été irradiée, utiliser exclusivement un rasoir électrique et ne pas appliquer de lotion après rasage.
  • Garder la peau sèche aussi souventque possible (demander conseil au radiothérapeute).
  • Ne jamais utiliser de crèmes ou pommades autres que celles prescrites par le radiothérapeute.
  • Toujours consulter le radiothérapeute si la peau se crevasse, même après la radiothérapie.
  • Ne jamais appliquer de pansement sur la peau irradiée.
  • Ne pas exposer la peau irradiée à un rayonnement UV.

En cas d'immunothérapie

L'administration prolongée d'interleukine-2, peut s'accompagner d'une coloration rouge qui s'installe sur toute la surface de la peau. Cette dernière peut également s'assécher, et même desquamer et démanger. Dans ce cas, il est conseillé de consulter un dermatologue et de lui demander une crème permettant d'hydrater la peau au maximum. Cette crème ne peut pas, par exemple, contenir d'anti-inflammatoires (comme les corticoïdes) parce que ces derniers ont un impact négatif sur le traitement.  

L'injection de produits comme l'interféron alpha et l' interleukine-2 peut également provoquer des réactions locales. Le site d'injection peut rougir, gonfler et devenir chaud. Des indurations sous-cutanées peuvent se former, accompagnées ou non de démangeaisons. Des compresses froides peuvent apporter un soulagement.

Dernière adaptation le: 20/07/2017

Témoignages

Van Weynbergh Gaelle
l'amour et l'amitié il n'y a rien de plus beau et de plus fort dans toutes les épreuves de la vie quelles soit bonnes ou mauvaisesLire la suite