Cancer du sein et activité physique

Diminution du risque chez les femmes en postménopause

Les études de cohorte (qui suivent pendant une longue période un groupe de personnes répondant à des caractéristiques précises) récemment publiées le confirment: les femmes en postménopause bénéficient, grâce à l'activité physique, d'un effet protecteur

20 % de risque en moins pour les femmes les plus actives

Ce pourcentage n’a pas pu être estimé à l’aide de méta-analyses, mais d’après une revue de la littérature portant sur les études de cohorte, la diminution du risque pour les femmes les plus actives par rapport aux moins actives est estimée à environ 20 %.

3 % de risque en moins grâce à l'activité physique de loisir 

Une méta-analyse dose-réponse réalisée sur les études de cohorte montre qu’une augmentation de l’activité physique de loisirs de 7 MET-heure/semaine diminue le risque de cancer du sein de  3 %.

Pour info: le MET-heure est une mesure de dépense énergétique. Plus le chiffre est élevé, plus la dépense énergétique est importante.

Et les femmes en préménopause ?

Cet effet protecteur n’a pas été observé chez les femmes avant la ménopause.

Témoignages

Legaat
Jacqueline a les yeux rieurs et respire la joie de vivre. Malgré les épreuves qu’elle a rencontrées, elle transmet un message positif dès qu’on franchit la porte de son appartement à Bruxelles, où elle a emménagé avec son mari en 1971. Ils n’ont pas eu d’enfants. Ensemble, ils ont beaucoup voyagé et elle a pu à ses côtés profiter de la vie et découvrir le monde. Mais à chaque départ en voyage avec son mari, elle pensait à laisser un message sur la table du salon, pour indiquer à qui leurs biens devaient être légués, au cas où il leur arriverait quelque chose...Lire la suite