Cancer de la vulve - Traitements

Le traitement d’un cancer invasif requiert une coordination étroite entre différentes disciplines médicales et paramédicales. Et indépendamment des besoins liés au cancer, il faut aussi tenir compte de divers soins médicaux et non-médicaux pour le patient. C’est la raison pour laquelle la stratégie thérapeutique n’est jamais fixée par un seul médecin. Le profil de chaque patient est discuté lors d’une Consultation Oncologique Multidisciplinaire (COM), à laquelle sont présents des médecins spécialisées dans différentes disciplines ainsi que des experts d’autres domaines (par ex. soins infirmiers, psychologues, diététicien…).

Cette approche permet de mettre en place le traitement qui convient le mieux à chaque patient. Les médecins établissent un traitement sur mesure, en fonction de chaque situation spécifique, et qui prend en compte différentes variables :

  • le type de cancer
  • le stade (le degré de progression) du cancer
  • la situation générale de la santé du patient

Les traitements du cancer

Il existe plusieurs types de traitements appliqués séparément ou en combinaison. En fonction des décisions prises en COM (et donc e.a. en fonction du type de cancer), un ou plusieurs de – mais rarement tous – ces traitements seront appliqués :

Les traitements du cancer de la vulve

Si l'on constate une anomalie précancéreuse

Dans ce cas, un traitement local suffit généralement :

  • traitement à base de pommades
  • destruction du tissu anormal à l'aide d'un laser
  • ablation chirurgicale du tissu anormal

En général, on combine ces différents traitements. La présence d'anomalies précancéreuses de ce type demande toutefois un contrôle sur le long terme (parfois même à vie) chez le gynécologue.

Si l'on constate un cancer de la vulve

Ici aussi, le meilleur trajet de soins est déterminé lors d'une COM. 3 traitements sont possibles :

Une combinaison de ces trois méthodes est souvent nécessaire.

Dernière adaptation le: 12/07/2017

Témoignages

Christelle le répète, « le cancer, ça n’arrive pas qu’aux autres. Il vaut mieux prévenir que guérir. » Découvrez son témoignage.Lire la suite