Cancer du rein - traitement | Fondation contre le Cancer

Cancer du rein - Traitements

Le traitement d’un cancer invasif requiert une coordination étroite entre différentes disciplines médicales et paramédicales. Et indépendamment des besoins liés au cancer, il faut aussi tenir compte de divers soins médicaux et non-médicaux pour le patient. C’est la raison pour laquelle la stratégie thérapeutique n’est jamais fixée par un seul médecin. Le profil de chaque patient est discuté lors d’une Consultation Oncologique Multidisciplinaire (COM), à laquelle sont présents des médecins spécialisées dans différentes disciplines ainsi que des experts d’autres domaines (par ex. soins infirmiers, psychologues, diététicien…).

Cette approche permet de mettre en place le traitement qui convient le mieux à chaque patient. Les médecins établissent un traitement sur mesure, en fonction de chaque situation spécifique, et qui prend en compte différentes variables :

  • le type de cancer
  • le stade (le degré de progression) du cancer
  • la situation générale de la santé du patient

Les traitements du cancer

Il existe plusieurs types de traitements appliqués séparément ou en combinaison. En fonction des décisions prises en COM (et donc e.a. en fonction du type de cancer), un ou plusieurs de – mais rarement tous – ces traitements seront appliqués :

Les traitements du cancer du rein

C'est l'équipe multidisciplinaire qui détermine le meilleur trajet de soins pour chaque patient. Nous présentons ici les options les plus fréquemment appliquées.

Les traitements les plus fréquemment appliqués en cas de cancer du rein sont la chirurgie, les traitements ciblés et l'immunothérapie (traitement visant à renforcer les défenses immunitaires du patient contre les cellules tumorales). Le cancer du rein est malheureusement peu sensible à la chimiothérapie.

Lorsqu'un traitement vise la guérison définitive, on lui donne le nom de traitement curatif. Dans le cas d'un traitement qui cherche à ralentir la maladie et/ou à soulager des symptômes, on parle de traitement palliatif.

La chimiothérapie

Le cancer du rein est généralement résistant à la chimiothérapie, mais les recherches se poursuivent pour trouver des nouveaux médicaments ou des nouvelles combinaisons de médicaments plus efficaces.

Plus d'informations générales sur la chimiothérapie >>

La chirurgie

En cas de cancer du rein, la chirurgie est jusqu'à présent le traitement de référence

Lors de cette intervention chirurgicale, outre le rein, on retire habituellement aussi la glande surrénale (au-dessus du rein) et le tissu adipeux situé autour du rein. Parfois, le chirurgien élimine également les ganglions lymphatiques avoisinants. Dans certains cas, il est possible d'épargner une partie du rein. Ceci ne peut s'envisager que lorsque la tumeur est de très petite taille.

Convalescence après une chirurgie

Comme la plaie chirurgicale se situe juste sous le diaphragme, il est souvent douloureux pour le patient de respirer profondément dans les jours qui suivent l'opération. Un kinésiste peut lui proposer des exercices pour améliorer sa respiration.

Après sa sortie de l'hôpital, un délai est nécessaire avant que le malade ne se sente complètement rétabli.

Plus d'informations générales sur la chirurgie >>

L'immunothérapie

L'immunothérapie est généralement utilisée après l'ablation chirurgicale de la tumeur rénale. Il s'agit d'un traitement complémentaire afin d'éliminer des cellules cancéreuses résiduelles. Chez un certain nombre de patients, ce traitement a lieu dans le cadre d'une recherche scientifique.

Effets secondaires de l'immunothérapie

Au cours de l'immunothérapie, des effets secondaires sévères peuvent se manifester:

  • sensation générale d'apathie 
  • frissons
  • forte fièvre
  • nausées, vomissements
  • perturbation des fonctions hépatiques et rénales
  • accumulation de liquide dans certains tissus de l'organisme, par exemple au niveau des poumons ou des membres, parce que le liquide s'échappe du courant circulatoire en réaction au traitement (ce phénomène est associé à une chute de la tension artérielle)

En raison de l'importance de ces effets secondaires, une condition indispensable à la participation au traitement par immunothérapie est un bon état général.

Plus d'informations générales sur l'immunothérapie >>

Arrêt d'un traitement contre le cancer

Il peut arriver que vous-même, ou votre médecin, ayez l'impression que la contrainte liée à un traitement ou ses éventuels effets secondaires soient (ou deviennent) trop importants par rapport aux résultats que l'on peut en attendre. 

En cas de doute sur l'utilité d'un traitement (ou de sa poursuite), n'hésitez pas à en discuter en toute franchise avec votre médecin. Tout le monde a le droit de renoncer à un traitement ou à sa poursuite.

Votre médecin respectera votre décision. Il vous dispensera les soins médicaux requis et continuera à vous conseiller pour combattre le mieux possible les conséquences désagréables de la maladie.

Dernière adaptation le: 12/06/2018

Témoignages

Delphine et An-Sofie ont à peine 24 et 27 ans. Elles n’ont donc pas le profil type de « patientes cancéreuses ». Et pourtant, elles ont toutes deux dû affronter un mélanome, le plus dangereux des cancers de la peau. Mais elles l’affirment elles-mêmes : si elles avaient su, à l’époque, tout ce qu’elles savent aujourd’hui sur les UV, les choses n’auraient pas été si loin. A présent, ces jeunes filles débordantes de vie sont en rémission et veulent porter un message qui pourra peut-être un jour vous sauver la vie : « protégez-vous du soleil ! » Lire la suite