Maladie de Kahler (myélome multiple) - Traitement

Myélome multiple (maladie de Kahler) - Traitements

Traitement de le maladie de Kahler (myélome multiple)

Pas de traitement - surveillance 

Les personnes diagnostiquées à un stade très précoce (stade 1) de la maladie peuvent simplement faire l’objet d’un suivi médical attentif (surveillance active). Cela permet au patient de poursuivre sa vie durant des années sans mise en route d’un traitement agressif. Celui-ci ne serait débuté que lors de l’apparition des symptômes. 

Chimiothérapie

La chimiothérapie est le traitement classique en cas de forme 'active' du myélome multiple.

Cliquez ici pour plus d'informations générales sur la chimiothérapie >> 

Radiothérapie

La plupart du temps, on recourt à la radiothérapie lorsqu’un patient souffre de douleurs dans le dos ou dans le cou, ou en cas de risque de fracture. 

Cliquez ici pour plus d'informations générales sur la radiothérapie >>

Autogreffe de cellules souches

Des cellules souches sont prélevées chez le patient. Elles sont traitées afin d'éliminer toute trace de cellules cancéreuses, puis sont congelées. Le patient est ensuite placé en 'apasie' : la moelle osseuse est totalement détruites, y compris les plasmocytes, à l'aide de fortes doses de chimiothérapie et de radiothérapie. On injecte ensuite au patient ses propres cellules souches, qui reformeront la moelle osseuse.

Autres traitements

Des recherches sont actuellement en cours. On étudie par exemple l'usage de thalidomide ; ou encore la 'vaccination' par une greffe allogénique de cellules souches.

Il existe également des traitements spécifiques contre les douleurs osseuses et l'hypercalcémie (augmentation du taux de calcium dans le sang), ou pour traiter d'éventuelles complications (par ex. des fractures).

 

Dernière adaptation le: 6/08/2018

Témoignages

Nathalie et Sabrina répondent au Cancerinfo de la Fondation contre le Cancer
Sabrina et Nathalie, coordinatrices du service Cancerinfo, vous écoutent et vous répondent par e-mail ou par téléphone. Si besoin, elles transmettent votre demande aux différents experts avec qui nous collaborons. Elles nous racontent comment se passe leur travail.Lire la suite