Enquête belge 2018 sur les UV & nouvelles recommandations européennes en matière de protection contre les UV

ZonneproductenVendredi, 15 Juin 2018

De nouvelles recommandations européennes ont été émises en matière de protection contre les UV (voir bas de ce communiqué). Ces recommandations tombent à point nommé pour la Belgique. En effet, selon l’enquête sur le comportement face aux UV réalisée en 2018 par la Fondation contre le Cancer, nous sommes encore trop souvent victimes de coups de soleil, en particulier dans notre pays. Nous connaissons pourtant les recommandations en matière de prévention du cancer de la peau (éviter les brûlures du soleil et ne pas faire de banc solaire), mais nous ne les appliquons pas suffisamment. Fin 2017, IPSOS a réalisé pour le compte de la Fondation contre le Cancer une enquête auprès de plus de 1000 Belges âgés de 15 à 65 ans. Les participants ont été interrogés sur leurs connaissances, leur attitude et leur comportement face au soleil et au banc solaire. Voici une partie des conclusions de cette enquête.

 
En ce qui concerne les rayons UV naturels, nous prenons plus souvent des mesures de protection en vacances, mais pas suffisamment dans notre pays : pas moins de 80 % des personnes interrogées ont déjà été brûlées d’une manière ou d’une autre par le soleil, contre 67 % en 2015, et ce, surtout en pratiquant des activités de plein air dans leur pays. Les enfants ont par ailleurs eu plus de coups de soleil en 2017 (39 %) qu’en 2011 (26 %). Les risques de cancer cutané d’origine professionnelle sont également trop souvent négligés. 

Nous prenons progressivement conscience des dangers du banc solaire

La population prend petit à petit conscience du risque de cancer de la peau dû à la pratique du banc solaire. Elle est par exemple plus favorable qu’avant l’interdiction du banc solaire (de 39 % pour l’interdiction fin 2011 à 58 % fin 2017). Quant aux utilisateurs de banc solaire, ils sont de moins en moins nombreux : de 14 % des Belges en 2011 à 10 % en 2017. Le nombre d’utilisateurs réguliers (minimum 5 fois par an) s’est presque réduit de moitié et est passé de 13 % de la population à 7 %. La fréquence d’utilisation est également en baisse. De très nombreux particuliers se sont d’ailleurs débarrassés du banc solaire qu’ils avaient chez eux (baisse de 15 %). 
 
Les utilisateurs restent surtout des femmes de 25 à 44 ans, avec une peau de phototype 1 (4 %) et 2 (68 %). Les centres de bronzage sont légalement tenus de refuser l’accès au banc solaire aux personnes ayant un type de peau 1. Les peaux de type 2 sont elles aussi très claires et, par conséquent, extrêmement sensibles aux effets nocifs des UV. Pourtant, 68 % des utilisateurs de banc solaire ont une peau de type 2 !

Le consommateur est conscient de la problématique, mais veut plus d’informations fiables

Le grand public est de plus en plus conscient du risque de cancer de la peau : 84 % des personnes interrogées craignent de développer un cancer provoqué par leur exposition aux UV. 40 % estiment toutefois que la probabilité d’un cancer de la peau est faible. Les femmes sont mieux informées que les hommes sur les dangers, les Flamands mieux que les Wallons, et les plus âgés mieux que les jeunes. Les utilisateurs de banc solaire sont par contre moins conscients des dangers. 
 
Mais il est évident que les consommateurs attendent plus d’informations de meilleure qualité sur le cancer de la peau. Un peu plus d’un consommateur sur 4 n’est pas satisfait des informations disponibles sur les risques de cancer cutané, jugées « insuffisantes ». Bien que le cancer de la peau soit devenu un sujet de conversation accessible en famille et entre amis, 56 % des personnes interrogées déclarent qu’au cours des 3 derniers mois, elles n’ont (pratiquement) rien vu ni entendu en matière de prévention du cancer de la peau. Les citoyens sont principalement informés par les médias, mais beaucoup moins par les médecins ou pharmaciens.

Idées reçues

Certaines idées reçues ont la dent dure, comme la fausse croyance selon laquelle le banc solaire serait idéal pour préparer la peau au soleil et être ainsi mieux protégé pendant les vacances. C’est même la principale raison pour laquelle les gens font du banc solaire ! Enfin, le port obligatoire de lunettes UV est encore beaucoup trop peu respecté. 
 

Nouvelles recommandations

En avril, la fédération qui chapeaute les associations, ligues et fondations contre le cancer en Europe (Association of European Cancer Leagues, dont la Fondation est membre) a publié de nouvelles recommandations en matière de protection contre les rayons UV. Certaines de ces recommandations sont nouvelles, d’autres apportent plus de précisions, mais dans tous les cas, il est prudent de les suivre si vous voulez réduire votre risque de cancer de la peau !
 
  1. Réduisez le plus possible votre exposition à la mi-journée. Évitez une exposition directe au soleil lorsque l’ensoleillement est maximal, généralement entre 11 et 15h. Mais cette période peut être plus longue, en fonction de l’endroit où vous vous trouvez.
  2. Cherchez l’ombre. Mettez-vous à l’ombre durant les heures où le rayonnement UV est le plus intense. A l’ombre, prenez également en considération le fait que la réverbération des rayons UV sur l’eau, le sable ou la neige augmente ce rayonnement.
  3. Protégez-vous avec des vêtements et des lunettes de soleil. Couvrez vos bras et vos jambes. Optez pour des tissus aux mailles serrées, pour une meilleure protection contre les UV. Portez un chapeau à larges bords pour garder votre visage et votre cou à l’ombre. Portez aussi des lunettes qui absorbent les rayons UV, afin de réduire les risques d’atteintes aux yeux, causées par les rayons UV. 
  4. Utilisez de la crème solaire. Aucun écran solaire n’assure une protection totale. L’application de crème solaire doit être combinée à d’autres mesures de protection comme la recherche des endroits ombragés, le port du chapeau ou des lunettes de soleil ; elle ne peut pas s’y substituer. N’utilisez jamais une crème solaire pour prolonger votre exposition au soleil. Utilisez une crème solaire avec un indice de protection SPF 30 au minimum, contenant des filtres qui protègent contre les UVA et UVB. Appliquez-la 30 minutes avant de vous exposer au soleil. Ensuite, étalez-en encore toutes les 2-3 heures. N’oubliez pas les zones sensibles comme les oreilles et les lèvres.
  5. Protégez vos enfants. Appliquez strictement toutes les recommandations énoncées ci-dessus, en particulier chez les enfants. Plus ils sont jeunes, plus ils sont fragiles. Les enfants de moins de 6 mois doivent être tenus à l’écart du soleil.
  6. Sachez comment votre peau réagit au soleil. Vous avez les cheveux roux, la peau claire ou des taches de rousseur ? Vous êtes donc plus sensible aux rayons du soleil.
  7. Prenez en considération les indices UV pour vous protéger. Informez-vous sur l’indice UV du jour via des sources officielles. Sachez que les UV causent déjà des dégâts sur la peau à partir de l’indice 3 (modéré).
  8. Ne recourez pas aux bancs solaires. Les bancs solaires augmentent le risque de cancer de la peau, causent un vieillissement prématuré de la peau et abîment les yeux. Il n’existe pas de bronzage sain ou sans danger. La couleur de peau n’est pas un gage de protection. Les séances de bancs solaires ne préparent pas la peau au soleil.
  9. Connaissez votre peau. Examinez régulièrement votre peau. Soyez attentif à tout changement de vos grains de beauté (couleur, forme, taille) ou à l’apparition de nouveaux. Consultez un médecin en cas de doute.
 
Dans tous les cas, méfiez-vous du soleil où que vous soyez : à la maison, en promenade, à l’école, au travail… et pas uniquement lorsque vous êtes en vacances à la mer ou à la montagne !
 
Plus vous respecterez ces recommandations, plus vous réduirez votre risque de cancer de la peau !