Grossesse et chimiothérapie ne sont plus incompatibles !

ZwangerschapMardi, 13 Février 2018

Lorsqu’un cancer est diagnostiqué chez une femme enceinte, une chimiothérapie peut être administrée à la future maman sans que cela n’induise des dommages chez l’enfant.

Source : The Lancet Oncology, 10-02-18

Commentaire de la Fondation contre le Cancer

Le professeur Frédéric Amant (KU Leuven) est un chercheur dont les travaux ont été financés à plusieurs reprises  par la Fondation contre le Cancer. Avec Jorine de Haan (VUmc, Pays-Bas), ils ont mené une étude portant sur le suivi de 1700 femmes enceintes chez lesquelles un diagnostic de cancer a été posé entre 1996 et 2016. 

Ils ont montré que l’administration d’une chimiothérapie après la 12ème semaine de grossesse n’affectait pas le développement de l’enfant durant les premières années après la naissance.  Aucune différence n’a été notée sur le plan neuro-cognitif (développement des facultés intellectuelles), ni sur le plan de la croissance, de la santé générale, de l’ouïe, des fonctions cardiaques et du comportement. Seul bémol : dans près de 40 % des cas, le poids des enfants à la naissance est généralement plus faible que celui des autres bébés. Mais les enfants récupèrent un poids normal, ainsi qu’une taille et un tour de tête normaux après deux mois.

La survie des mamans est de surcroît comparable à celle des patientes atteintes des mêmes cancers mais qui n’étaient  pas enceintes au moment de leur traitement.

Il y a encore 20 ans, lorsqu’une femme enceinte apprenait qu’elle était atteinte d’un cancer, l’interruption de grossesse était souvent la seule option, afin d’entamer immédiatement les traitements. C’est encore le cas aujourd’hui lorsqu’il n’est pas possible d’attendre la 12ème semaine de grossesse pour commencer la chimiothérapie, car c’est la période de développement des organes de l’enfant, ce qui augmente le risque de malformations.

Ces résultats sont particulièrement encourageants et porteurs d’espoir pour les femmes enceintes chez qui on a diagnostiqué un cancer, non seulement pour elles-mêmes mais aussi pour les enfants à naître !