Immunothérapie : efficacité prouvée pour les cancers du sein ?

Immunothérapie : efficacité prouvée pour les cancers de seinMercredi, 6 Juin 2018

Première mondiale : un traitement expérimental par immunothérapie aurait permis de guérir une patiente atteinte d’un cancer du sein à un stade avancé et ne répondant plus à d’autres traitements. Cette avancée a été réalisée par l’équipe du Professeur Rosenberg au NCI ‘s Center for Cancer Research, aux Etats-Unis.

Source : Nature Medicine, 04-06-18

Commentaires de la Fondation contre le Cancer

Il ne se passe presque plus une semaine sans que l’on ne parle des succès de l’immunothérapie. Pour rappel, il s’agit d’un traitement qui vise à stimuler les défenses immunitaires des patients atteints de cancer, afin que leur organisme parvienne à éliminer lui-même la tumeur.

Différentes immunothérapies font déjà partie des traitements possibles face à différents cancers (les mélanomes, certains cancers du poumon et du rein notamment) et des études cliniques se poursuivent  auprès de patients atteints d’autres formes de cancers.

L’étude citée ci-dessus va-t-elle permettre de soigner plus efficacement un grand nombre de cancers du sein jusqu’ici résistants aux traitements traditionnels ? Peut-être … mais restons prudents et gardons à l’esprit que le résultat positif mis en évidence ici ne concerne encore qu’une seule patiente ! Il est évident qu’une étude à plus large échelle doit être menée pour confirmer ce résultat porteur d’espoir.

Ce qu’il faut surtout bien comprendre, c’est que l’approche développée par les chercheurs nécessite préalablement l’identification de mutations spécifiques au sein des tumeurs analysées. Si ces mutations peuvent être reconnues par des globules blancs particuliers du patient (lymphocytes infiltrant les tumeurs ou TILs, en jargon scientifique) un traitement immuno-thérapeutique peut alors être envisagé. Cela signifie aussi que toutes les patientes atteintes d’un cancer du sein ne pourront pas bénéficier de cette thérapie. En effet, celle-ci ne peut être efficace que pour les tumeurs présentant ces mutations spécifiques. 

« Il s’agit bel et bien d’une avancée dans la mise en évidence de la puissance du système immunitaire pour s’attaquer aux cancers même les plus difficiles à traiter, » estime le professeur Alan Mercher de l’Institut de recherche sur le Cancer à Londres. Mais il s’agit aussi d’une approche particulièrement individualisée, complexe et onéreuse …