L’acrylamide contenu dans le café serait-il cancérigène ?

L’acrylamide contenu dans le café serait-il cancérigène ?Vendredi, 13 Avril 2018

 

En Californie, 90 marques de café, dont Starbucks, ont reçu l’obligation de signaler sur leurs emballages la présence d’acrylamide, une substance potentiellement cancérigène.

Sources : De Morgen, 31-03-18; Het Laatste Nieuws, 31-03-18
 

Commentaire de la Fondation contre le Cancer

Potentiellement cancérigène
L’acrylamide est une substance présente dans notre alimentation.Le centre international de recherche sur le cancer (CIRC) la classe parmi les produits probablement cancérogènes pour l’homme. L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA en anglais) met également en garde contre cette substance. 

Dans le café, mais pas uniquement
D’après des chiffres de l’EFSA, le café serait responsable d’environ 34 % de la quantité journalière d’acrylamide ingérée par les adultes  via l’alimentation. Toutefois, le café (et ses succédanés, comme la chicorée) n’est pas le seul aliment à contenir de l’acrylamide. Cette substance se forme naturellement durant la cuisson au four ou la friture (à plus de 120 °C) de certains aliments, comme les chips, les frites, les biscuits, les céréales de petit-déjeuner, les biscottes et le pain. Les produits fabriqués à base de pomme de terre et cuits au four ou frits représentent à eux seuls 49 % de notre consommation quotidienne d’acrylamide.
L’acrylamide est également présent dans la fumée de tabac. Le tabagisme (passif) est le premier responsable de l’exposition à l’acrylamide.

Cadre légal
L’Europe a établi des normes de référence pour de nombreux aliments, dont le café, à l’intention des entreprises agroalimentaires.
Cette année, elle imposera également des teneurs maximales d’acrylamide dans les denrées alimentaires.

Que faire à votre niveau ?
De très nombreux produits possèdent des propriétés potentiellement cancérigènes. Il y a toujours une relation dose/effet, c’est-à-dire que plus on en consomme et plus le risque augmente et vice-versa. L’important est donc de limiter la quantité, pas nécessairement de l’éliminer. C’est pourquoi les experts insistent sur le fait  qu’il faut toujours considérer l’alimentation dans son ensemble.

La consommation excessive de cette substance concerne principalement les personnes dont les habitudes alimentaires ne sont pas équilibrées. 
Pour éviter d’ingérer trop d’acrylamide, la règle d’or à respecter est encore une fois d’opter pour une alimentation saine et variée.
Par ailleurs, les effets du tabac, de l’alcool et du surpoids sur le risque de développer un cancer restent bien plus importants que ceux de l’acrylamide.

Plus d’infos sur l’alimentation et d’autres facteurs de la prévention du cancer.