La Belgique reconnue bien au-delà de ses frontières pour la qualité de ses soins oncologiques

Vendredi, 11 Septembre 2020

 

Quel est le point commun entre Bernard Tapie, le Sultan d’Oman, le Dalaï Lama et le Cardinal De Kesel ? Les résultats de la recherche contre le cancer et la qualité des soins en Belgique ! La Fondation contre le Cancer est fière de contribuer à cette notoriété. En 30 ans, elle a consacré plus de 182 millions d’euros pour financer 920 projets de recherche scientifique.  Et il y a encore beaucoup à faire… En effet, les cancers sont de plus en plus fréquents.

Recherche scientifique de pointe, et médecine de qualité

Le fait que la Belgique soit si forte dans la recherche sur le cancer profite directement aux patients, explique le professeur Van Cutsem, responsable de l'oncologie digestive UZ Leuven, professeur à la KU Leuven et co-président de la Fondation contre le Cancer : « Les chances de survie des patients atteints de cancer dans les hôpitaux belges sont parmi les meilleures d' Europe. Cela s'explique en partie par le fait que nous avons un bon accès aux soins de santé. Mais c’est aussi grâce à nos scientifiques de pointe, innovants et créatifs. Et la Fondation contre le Cancer joue un rôle fondamental à cet égard, en finançant leurs travaux de recherche. »

La Belgique peut en outre se féliciter d’avoir un excellent réseau hospitalier et une densité de cerveaux qui se consacrent à la recherche inversement proportionnelle à la taille de notre petit pays.

Les chercheurs belges, pionniers en cancérologie

Pour le professeur Pierre Coulie, professeur d'immunologie (UCL), chercheur à l'Institut de Duve et co-président du Conseil d'Administration de la Fondation contre le Cancer : « L’immunothérapie a fait ces dernières années la une de l’actualité en cancérologie. C’est le fruit d’un long effort de recherche dans lequel la Belgique occupe une place plus qu’honorable. Et la Fondation contre le Cancer y a largement contribué par le financement de nombreuses équipes universitaires. »

La recherche en immunothérapie s’étale sur plusieurs décennies, montrant à quel point les progrès sont le fruit d’un engagement à long terme :

  • 1991 : découverte, en Belgique par le Pr T. Boon, des premiers antigènes tumoraux
  • 1997 : premiers essais de vaccination thérapeutique de patients atteints de mélanomes avancés
  • 2011 : commercialisation de l’ipilimumab pour les patients atteints de mélanome avancé
  • 2013 : découverte des régulateurs immunitaires PD-1/PD-L1
  • 2015 : approbation de nouveaux médicaments d’immunothérapie ciblant PD-1/PD-L1 (pour les mélanomes et certains cancers du poumon et du rein)

Cette persévérance est aussi une caractéristique de la Fondation contre le Cancer. En 2019, elle a financé 136 équipes de recherches, réparties dans les différentes universités du pays, après sélection par des conseils scientifiques indépendants.

En 2020, un nouvel appel à projets de recherche est en cours. 245 nouveaux dossiers ont été introduits et 129 d’entre eux sont en phase finale de sélection, parmi lesquels 15 nouveaux projets dans le domaine de l’immunothérapie.

Les priorités pour les années à venir

Avec un nombre annuel de nouveaux cas toujours en croissance, les cancers sont ou plutôt devraient être positionnées au top des priorités de santé publique. En matière de recherche - et sans rentrer dans des détails techniques - la biologie moléculaire ouvre de nouveaux domaines à explorer qui révolutionneront la cancérologie d’après-demain… Sans oublier tous les défis en matière de qualité de vie des malades, pendant et après leurs traitements. Les attentes pour le futur sont à la mesure des progrès déjà accomplis !

Des financements de plus en plus importants

Les besoins financiers de la recherche grandissent au fur et à mesure que celle-ci se perfectionne et se complexifie. La technologie et l'expertise nécessaire sont toujours plus pointues, et plus coûteuses. Et si la Fondation contre le Cancer peut contribuer à financer de manière indépendante et professionnelle les meilleurs projets de recherche, c'est grâce à la générosité de ses donateurs et partenaires. Un soutien de toute première importance, car chaque donateur qui investit dans la recherche augmente les chances de guérison des patients - dont lui-même ou ses proches font ou pourraient un jour faire partie - et contribue à faire reculer la maladie, en Belgique et même au-delà de nos frontières. 

Faire un don