La Fondation contre le Cancer présente les conclusions et recommandations de la 5e conférence internationale sur les UV et la prévention du cancer de la peau

UVMardi, 9 Novembre 2021

 

Cette conférence organisée par EUROSKIN avec le soutien de la Fondation contre le Cancer s’est déroulée sur trois jours en septembre dernier. Au cours de 7 ateliers, 20 conférences principales et de nombreuses interventions d’experts internationaux, les spécialistes ont fait un état des lieux du cancer de la peau. Ils ont mis en évidence les nouveaux développements et les recommandations pour une meilleure prévention de ces cancers dans les décennies à venir.

L'incidence du cancer de la peau reste en forte augmentation dans la population mondiale et dans la plupart des pays européens. La surexposition au soleil, tant au travail en extérieur que pendant les loisirs, en est la principale cause. L’utilisation de bancs solaires entraine également un très grand facteur de risque. Nous ne savons pas actuellement comment le changement climatique manifesté par la hausse des températures affectera notre comportement et notre exposition aux UV. C'est pourquoi, plus que jamais, il faut se concentrer sur les préventions primaire et secondaire du cancer de la peau en modifiant à la fois les comportements et l'environnement.


«  Pour la Belgique, et par extension pour le monde entier, un plan d'action national est nécessaire pour renforcer la prévention, améliorer le dépistage et mettre en place des traitements efficaces sans que la facture des soins de santé ne soit beaucoup plus élevée » commente Brigitte Boonen, experte UV à la Fondation contre le Cancer.
 

EUROSKIN est convaincu que seule une prévention basée sur des études et de meilleures connaissances scientifiques pourra réduire le tsunami de cancers de la peau à l'avenir.

Pour rappel, environ 40% de tous les cancers détectés aujourd'hui sont des cancers de la peau, d'un type ou d'un autre. En 2018, on en dénombrait 43 745 en Belgique. C'est le cancer qui connaît la plus grande augmentation de cas et on s'attend à ce que ce chiffre double au cours des dix prochaines années!

 

Conclusions et recommandations

 

Lors de la 5e Conférence internationale sur les UV et la prévention du cancer de la peau, de nouvelles avancées ont été présentées et des recommandations formulées afin de mettre en œuvre une meilleure prévention au cours des prochaines décennies.

Les conclusions et recommandations montrent que les initiatives existantes en matière de prévention ne sont pas suffisantes à court et à moyen terme. La prévention doit être plus largement déployée, tant pour la prévention primaire que pour la prévention secondaire. Un vaste plan d'action coordonné entre les pays est nécessaire pour encourager les changements de comportement et interdire définitivement les bancs solaires, en Belgique et ailleurs.

La communication à destination du grand public doit davantage utiliser les médias sociaux et les applications fiables pour mieux informer sur des sujets tels que la vitamine D, les directives en matière de protection solaire, les dépistages réguliers, la compréhension des indicateurs UV, etc. Les connaissances de la population en matière de prévention doivent être actualisées en permanence.

En termes de recherche, nous devons encourager les dépistages et utiliser les nouvelles technologies comme l'intelligence artificielle ou les applications sur smartphone (à condition qu'elles soient validées).

Des recherches sur les relations entre la santé, le changement climatique, et les UV combinés à la pollution atmosphérique sont également nécessaires. Certaines lacunes devront être analysées plus en détail pour éviter des coûts supplémentaires, et il est nécessaire d'organiser des formations pour avoir plus de conseillers en la matière.  La recherche sur les facteurs de risque, génétiques ou autres, doit être intensifiée pour mieux identifier les personnes à haut risque et leur fournir de meilleures informations et un traitement plus ciblé.

Toutes ces mesures devraient donc permettre de réduire le tsunami de cancers de la peau, et de maintenir et garantir des soins de qualité et accessibles sans faire exploser les coûts des soins de santé.