Le secteur financier apporte une bouffée d’oxygène à la lutte contre le cancer du poumon | Fondation contre le Cancer

Le secteur financier apporte une bouffée d’oxygène à la lutte contre le cancer du poumon

À l’heure actuelle, ce ne sont plus tant les autorités qui tirent les ficelles, mais les grandes multinationales et les réseaux sociaux.Mercredi, 3 Juillet 2019

Suzanne Gabriels, experte en prévention tabac, Fondation contre le Cancer

Des institutions financières soutiennent Générations sans tabac

AXA Belgium, BNP Paribas Fortis et KBC sont les premières institutions financières en Belgique à signer la charte de l’Alliance pour une société sans tabac. Toutes trois s’engagent ainsi à œuvrer pour l’émergence d’une première génération sans tabac. En excluant le tabac de leurs portefeuilles de fonds, elles prennent leurs distances par rapport à cette industrie. Il s’agit là d’un tournant important et l’Alliance pour une société sans tabac exhorte les autres institutions financières à leur emboîter le pas. Rêvons que tous les acteurs du secteur bancaire et de l’assurance suivent le mouvement !

Des institutions pionnières en matière de banque responsable s’impliquent activement dans la lutte contre le tabagisme

AXA Belgium a été le premier assureur à annoncer, en 2016 déjà, la vente de tous ses investissements en actions et obligations de l’industrie du tabac. « Ces investissements ne sont pas compatibles avec notre mission d’assureur, a déclaré AXA Belgium. Depuis, nous sommes allés encore plus loin en cessant effectivement d’assurer l’industrie du tabac. » Fin 2017, BNP Paribas Fortis a décidé de ne plus financer les entreprises actives dans le secteur du tabac, mais aussi de ne plus investir dans cette industrie. KBC Belgique applique depuis peu les politiques les plus strictes en ce qui concerne le financement et l’assurance des entreprises liées au tabac.

Tobacco Free Portfolios, un projet fondé par une oncologue australienne

Le Dr King, jeune oncologue australienne et ancienne nageuse de compétition, constatait au quotidien les souffrances des patients atteints d’un cancer du poumon. En discutant un jour avec le gestionnaire de son fonds de pension, elle a réalisé qu’elle s’efforçait sans relâche de venir en aide aux patients de l’hôpital, mais que l’argent ainsi gagné était précisément investi dans l’industrie du tabac, responsable d’innombrables cancers du poumon. Estimant que cela devait cesser, le Dr King a lancé le projet « Tobacco Free Portfolios », qui incitait les banques, les assureurs et les fonds d’investissement à prendre leurs distances avec l’industrie du tabac. AXA et BNP Paribas se sont très vite associés à la démarche au niveau international, en qualité de partenaires fondateurs.

De l’importance de passer à la vitesse supérieure

Un grand nombre de cancers, de maladies cardiovasculaires et de pathologies des voies respiratoires sont liés au tabac. Près de 90 % des cancers du poumon sont causés par le  tabagisme. Eurostat, l’Office statistique de l’Union européenne (UE), a publié de nouveaux chiffres sur la mortalité liée au cancer du poumon à l’occasion de la Journée mondiale sans tabac. La Belgique fait malheureusement partie du peloton de tête et enregistre proportionnellement un taux de décès par cancer du poumon supérieur à celui de bien d’autres pays européens. Dans les 26 États membres de l’Union européenne pour lesquels on dispose de données pour 2016, environ 25 % de l’ensemble des décès signalés résultaient d’un cancer. Le cancer du poumon représentait 21 % de tous les décès liés à un cancer. La proportion de décès liés au cancer du poumon dans l’ensemble des cancers mortels était la plus élevée en Hongrie (27 %). Venaient ensuite la Pologne, la Grèce et les Pays-Bas (trois pays où le pourcentage s’élevait à 24 %). La Belgique occupait la cinquième place, avec 23 %. Et comme vous le savez, les ravages du tabac en termes de cancer ne se limitent pas au poumon, on pourrait citer les données concernant toutes les voies respiratoires supérieures ou encore la vessie, etc… Ces chiffres démontrent clairement que la lutte contre le cancer et contre le tabagisme a bien besoin d’une bouffée d’oxygène. Il faut dès lors saluer cette décision majeure du secteur financier en Belgique, qui manifeste ainsi sa volonté de prendre ses responsabilités et de contribuer à la lutte.