Le tabac et fictions télévisées: écrans enfumés ?

tabak_televisieVendredi, 15 Décembre 2017

La lutte contre le tabac a remporté de nombreuses victoires au fil des décennies. Une des plus marquantes – et des plus efficaces – aura été l’interdiction de la publicité pour le tabac, notamment à la télévision. Mais si la cigarette a disparu des plages publicitaires, elle reste confortablement coincée aux lèvres de certains héros du petit écran.
 

La Fondation contre le Cancer (FCC) a voulu avoir une idée plus précise du taux de présence du tabac à l’écran, et a chargé le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) de réaliser une étude à ce sujet.  Relever la présence du tabac et du tabagisme à l’écran s’est révélé un véritable travail de fourmi. Les enquêteurs ont scruté les fictions cinématographiques et télévisuelles diffusées sur 8 chaînes francophones actives ou diffusées en Fédération Wallonie-Bruxelles.

1 programme sur 5 concerné

Sur 148 programmes de fiction analysés, 32 présentent un produit du tabac et/ou un comportement tabagique. Le tabac ne se distribue pas massivement sur tous les personnages : il se concentre stratégiquement sur les personnages principaux. 

Dans la grande majorité des cas (près de 70%), ces personnages sont associés à un trait de caractère généralement perçu comme positif : le personnage est sûr de lui, déterminé, calme ou encore réfléchi et rusé. Dans la plupart des autres cas, le tabac sert principalement à combattre la nervosité. Dans un cas sur deux, les scènes présentant un comportement tabagique sont marquées par une atmosphère pesante. La cigarette est donc souvent présentée soit comme une preuve d’assurance face à la pression, soit comme un moyen d’alléger celle-ci.

Un placement délibéré ?

Le placement produit (payer pour placer un produit à l’image) du tabac est interdit en Belgique. Mais cela ne concerne pas les rediffusions d’anciens programmes, ni ceux réalisés à l’étranger. Il ne serait donc pas étonnant de voir l’industrie du tabac utiliser le placement produit pour « renormaliser » le comportement tabagique et influencer les consommateurs. Cette stratégie semblerait d’autant plus utile à l’industrie du tabac que presque toute forme de publicité leur est interdite…

Selon l’étude du CSA, il est cependant difficile d’affirmer avec certitude que le placement de produits du tabac soit une réalité. Mais devant la complexité de la chaîne de production-diffusion audiovisuelle, n’est-il pas légitime de craindre que, à un moment ou l’autre, les cigarettiers pourraient exercer leur influence pour présenter la cigarette sous un jour favorable dans certaines fictions ? 

La protection des mineurs, un enjeu essentiel

Actuellement, une signalétique existe pour informer de la présence de violence ou de scène à caractère sexuel dans les fictions. Elle vise notamment à protéger les plus jeunes des scènes susceptibles de nuire à leur épanouissement physique, mental ou moral. Mais cette signalétique n’intègre pas la présence de tabac à l’écran. Cela pourrait pourtant constituer un levier théorique pour dissuader d’insérer du tabac dans les fictions. Les producteurs préfèrent logiquement avoir une assise de public la plus large possible.

Et demain ?

L’objectif de cette étude était avant tout de dresser un premier aperçu de la situation, et de soulever un ensemble de questions qui alimentent la réflexion. La Fondation contre le Cancer en a aussi profité pour lancer un appel aux responsables politiques à prendre en considération l’importance des enjeux en matière de santé publique en appliquant au moins 4 mesures concrètes. A savoir : adaptation de la signalétique relative à la protection des mineurs ; interdiction de tout lien entre l’industrie du tabac et la chaîne de production ; diffusion de messages anti-tabac avant et après les fictions comportant des scènes de tabagisme ; information et sensibilisation du secteur audiovisuel.

L’objectif n’est pas d’interdire totalement toute présence de tabac à l’écran. Le but n’est pas de placer un cache noir devant chaque cigarette visible dans les documentaires ou les œuvres de fiction du passé. Le tabac fait malheureusement partie de l’histoire de nos sociétés et nous ne demandons pas une réécriture de cette histoire. Il est par contre impératif que les intérêts des cigarettiers ne priment pas sur la protection de la santé.

Voir fumer encourage à fumer !

Certaines personnes sont plus enclines à imiter le comportement des stars de télé ou de ciné que d’autres. Les adolescents forment un groupe particulièrement influençable, notamment via les fictions. Un acteur qui fume banalise et normalise ce comportement. Et un héros rebelle qui fume et qui ne suit pas les conventions peut aussi devenir un modèle incitant au rejet des conseils de prévention. Il faut aussi penser à tous les ex-fumeurs, qui luttent encore pour laisser la cigarette définitivement derrière eux. Chaque cigarette qui apparaît à l’écran peut être celle qui les fera rechuter.