A l’occasion de la journée mondiale du cancer du poumon, la Fondation contre le Cancer rappelle l'importance de prendre soin de ses poumons

cancer du poumonJeudi, 30 Juillet 2020

A l'occasion de la journée mondiale du cancer du poumon ce 1e août, la Fondation contre le Cancer souhaite mettre en lumière les dernières statistiques, ainsi que les facteurs de risques et l'importance d’une détection précoce. Prendre soin de ses poumons est plus que jamais nécessaire en ces temps de crise sanitaire.

Le cancer du poumon dans le monde

Le cancer du poumon est le cancer le plus répandu dans le monde et aussi le plus mortel, avec environ 1,8 million de décès par an (Source : ,Globocan - IARC, 2018). On estime que d'ici 2030, ce chiffre passera même à 2,45 millions. On diagnostique autant de cancers du poumon que de cancers du sein, soit 11,6 %, mais le cancer du poumon tue chaque année plus de personnes que les cancers du sein, du côlon et de la prostate réunis. (Source : Goldcopd.org/world-lung-cancer-day

Le cancer du poumon en Belgique

Dans notre pays, le cancer du poumon est la première cause de mortalité par cancer avec 6295 décès en 2016. De plus, il s'agit du troisième cancer le plus fréquent avec 8472 nouveaux cas en 2017 (données de la Fondation du registre du cancer, 2020).*

Voir : Cancer du poumon sur le site de la Fondation contre le Cancer.

Facteurs de risque du cancer du poumon

Dans au moins 83 % des cas, le tabagisme est à l’origine du cancer du poumon. En outre, la pollution de l'air, le radon et des facteurs génétiques peuvent également jouer un rôle. La meilleure des préventions est de ne jamais commencer à fumer mais également d’arrêter de fumer. Tabacstop, le service gratuit de la Fondation contre le Cancer pour l’arrêt tabagique est là pour aider les personnes qui souhaitent arrêter de fumer ! Les tabacologues de Tabacstop répondent à toutes les questions relatives au tabac au numéro gratuit 0800 111 00, ou par e-mail à info@tabacstop.be ou enfin via la page Facebook et Messenger.

Le bénéfice du dépistage du cancer du poumon est à l'étude en Belgique

En Belgique, il n'existe pas encore de programme de dépistage pour le cancer du poumon contrairement au cancer du sein, du côlon et du col de l'utérus.

Découvert tardivement dans deux tiers des cas, c'est un cancer dont le patient a peu de chances de guérir. Or, chez les gros fumeurs, dépister précocement un cancer du poumon par un scanner du thorax augmente les chances de guérison. Aux États-Unis, ce type de dépistage est en place depuis 2015. En Belgique la faisabilité de la mise en place d’un programme de dépistage pour des gros fumeurs est à l’étude via un groupe d’experts. Parmi les questions à l'examen, il y a la manière d'atteindre les gros fumeurs et leurs dispositions à se soumettre à un dépistage.

Et en parallèle, Il est évidemment crucial de continuer à conseiller en priorité l’arrêt tabagique.

Soyez attentifs aux signaux d'alarme, et consultez dès qu’ils se présentent

Certains cancers se manifestent par des signaux assez facilement identifiables. Il est important d’y être attentif.

Les symptômes les plus courants du cancer du poumon sont les suivants :

  • Toux irritante, pendant plus d'un mois
  • Sang dans le mucus expectoré
  • Un enrouement de plus d'un mois sans cause évidente

Des symptômes plus généraux du cancer sont :

  • Fatigue sans cause évidente
  • Perte de poids sans cause apparente
  • Manque d'appétit

La Fondation contre le Cancer conseille de toujours consulter un médecin si ces signaux d'alarme persistent ou se répètent souvent. Le fait de consulter rapidement augmente les chances de détecter un éventuel cancer à un stade plus précoce. Ainsi, un traitement moins agressif peut suffire, et les chances de guérison sont accrues. Le vieillissement étant un facteur supplémentaire de risque de cancer, il faut donc être de plus en plus attentif aux signaux d'alarme au fil des années.

(*) chiffres disponibles à ce jour auprès de la Fondation Registre du Cancer.