« Mars bleu », faisons mentir les prévisions ! | Fondation contre le Cancer

« Mars bleu », faisons mentir les prévisions !

dikkedarmkankerLundi, 4 Mars 2019

Chaque année, le mois de mars est consacré à une sensibilisation au cancer colorectal (gros intestin). Les prévisions quant à l’évolution de ce cancer sont pessimistes. Pourtant, vous pouvez agir ! Comment ? Par le dépistage, tout simplement !

En 2016, le cancer colorectal était le 2e cancer le plus diagnostiqué chez la femme et le 3e chez l’homme, avec respectivement 3 754 et 4 714 nouveaux cas.1

La même année, 2 778 personnes sont décédées suite à ce type de cancer (1 492 hommes et 1 286 femmes).2 Cela s’explique non seulement par sa fréquence, mais aussi par le fait que si on attend les symptômes, il sera diagnostiqué tardivement, ce qui réduit drastiquement les chances de guérison.

« Une étude internationale a montré que si rien ne change nous risquons d’assister au niveau mondial à une augmentation de 60% de la mortalité due au cancer du côlon et de 71.5% de la mortalité suite à un cancer du rectum. Cette augmentation est notamment due au vieillissement de la population, car le risque de cancer colorectal augmente avec l’âge »3, explique le Dr Anne Boucquiau, porte-parole de la Fondation contre le Cancer. « C’est inadmissible dans un pays tel que le nôtre, car les traitements sont accessibles et les autorités organisent un programme de dépistage gratuit et efficace. Il permet de dépister les lésions précancéreuses et également les tumeurs débutantes, avec dans ce cas, des chances de guérison qui peuvent atteindre 90% ! »

En pratique

En ce mois de sensibilisation au cancer colorectal, appelé « Mars bleu », nous avons choisi de vous encourager à être attentif à l’invitation à un dépistage, que vous avez peut-être reçue par courrier. Vous pouvez également en faire la demande à votre médecin de famille.

Ce dépistage est particulièrement simple : pour les personnes vivant en Wallonie, il suffit de commander en ligne son kit de test ou d’aller le chercher chez son médecin (le prix du ticket modérateur est la seule dépense) ; pour les résidents bruxellois, il faut se rendre chez son pharmacien pour l’obtenir. Celui-ci permet de réaliser facilement le dépistage en prélevant un petit échantillon de selles. Il suffit ensuite de le renvoyer au laboratoire qui l’analysera.

C’est tout ! Vous recevrez le résultat de votre test en toute confidentialité.

Facile, et pourtant peu de Belges, surtout du côté francophone, pratiquent ce dépistage dont l’efficacité est reconnue pour autant que vous le fassiez tous les deux ans. Pour avoir un impact positif sur la mortalité, il faudrait que le taux de participation soit d’au moins 50% de la population invitée (les plus de 50 ans). Jusqu’à 2015, il n’était que de… 10% !4 Nous comptons sur vous ! Et surtout, prenez soin de vous, faites-le test.

Votre médecin de famille pourra répondre à vos questions, ou vous pouvez appeler gratuitement Cancerinfo au 0800 15 801.

Face au cancer, transformons l’espoir en réalité !

Si vous désirez plus d’informations sur le cancer colorectal cliquez-ici. Vous pouvez également télécharger notre brochure 

Références :
1. Chiffres 2016 de la Fondation Registre du Cancer
2. Chiffres 2016 de Statbel
3. Araghi M et al. Global trends in colorectal cancer mortality: projections to the year 2035. Int J Cancer. 2018 Dec 10 [Epub ahead of print]. doi: 10.1002/ijc.32055. PMID: 30536395

4. http://educationsante.be/article/programme-de-depistage-du-cancer-colorectal-en-federation-wallonie-bruxelles/