MyPeBS : vers un dépistage plus ciblé du cancer du sein

Dépistage du cancer du sein: lancement officiel du programme MyPeBS, co-financé en Belgique par la Fondation contre le Cancer.Jeudi, 4 Octobre 2018



Le 28 septembre dernier, à Paris, a été annoncé officiellement le lancement de l’étude MyPeBS (My Personnal Breast Screening). Un projet soutenu par la Fondation contre le Cancer à hauteur de 300.000 euros, grâce à la générosité de ses donateurs.

MyPeBS est une recherche portant sur 85.000 femmes belges, françaises, israéliennes, italiennes et britanniques. Le recrutement débutera au mois de décembre 2019. Parmi ces femmes, 10.000 Belges, âgées de 40 à 70 ans pourront s’inscrire pour y participer ; leur suivi durera 4 ans. MyPeBS est un programme européen, initié et financé par l’Union Européenne afin d’améliorer l’efficacité du dépistage du cancer du sein.

Actuellement, en Belgique, il existe un dépistage systématique, organisé par les pouvoirs publics, et basé sur les recommandations internationales. Il invite les femmes à y participer en fonction de leur âge : de 50 à 69 ans, hormis celles qui présentent un risque très élevé. Mais depuis plusieurs années, cette approche fait débat. Et si l’on parvenait à mieux définir le niveau de risque des femmes et de leur proposer ainsi un dépistage plus ciblé ? C’est l’idée au cœur du projet européen MyPeBS.

Sources : Belga, 28-09-18 ; L’Avenir, 28-09-18 ; Le Figaro, 01-10-18

Commentaire de la Fondation contre le Cancer

Le dépistage tel qu’il est organisé aujourd’hui permet de diagnostiquer des lésions cancéreuses à des stades précoces, augmentant ainsi les chances de guérison et ce, grâce à des traitements plus légers. Mais il présente également certains inconvénients. Par exemple, il peut être à l’origine de surdiagnostics, à savoir que des tumeurs « dormantes » qui n’auraient pas mis en péril la vie de la femme sont détectées. Comme il est impossible, au stade de la découverte, de les différencier des autres, elles seront traitées… inutilement. Ce screening expose également les femmes à des rayons X ou encore à des faux positifs qui vont générer des biopsies inutiles.

Pour les femmes situées dans la tranche d’âge de 50 à 69 ans, les avantages du dépistage sont supérieurs aux inconvénients. Cependant, l’ambition de cette nouvelle recherche, myPeBS, est de faire mieux encore. Le challenge consiste à définir différents niveaux de risque, en tenant compte non plus seulement de l’âge de la femme, mais également de ses antécédents personnels et héréditaires, de la densité mammaire et de certaines analyses génétiques.

Cette approche permettra de proposer aux femmes un dépistage plus ciblé en fonction du niveau de risque qui aura été établi. Les résultats sont attendus en 2025.

La Belgique a reçu 600.000 euros de l'Union Européenne pour réaliser cette étude. Comme c'est très peu, la Fondation contre le Cancer participe aussi au budget et met à disposition son call center Cancerinfo pour le recrutement des volontaires belges.

La Fondation contre le Cancer se réjouit donc que MyPeBS soit sur les rails, vous invite à y participer si vous êtes concernées, et vous informera de son avancement !