Nouvelles normes GSM | Fondation contre le Cancer

Nouvelles normes GSM

Mercredi, 6 Mars 2013

La ministre de la Santé, madame Laurette Onkelinx, a proposé d’appliquer de nouvelles normes GSM, afin de réduire l’exposition des utilisateurs aux rayonnements électromagnétiques. L’objectif est de fournir une information spécifique sur le débit d’absorption des GSM (la valeur SAR, qui varie de 0,7 à 2 selon les modèles). Il est également prévu d’interdire la vente d’appareils GSM destinés spécifiquement aux enfants, de même que toute publicité ciblant les moins de 14 ans. Enfin, il est prévu d’obliger les constructeurs à fournir une oreillette avec tout nouveau GSM vendu.

Sources : Journal du Médecin, 25-02-13;  Het Nieuwsblad, 26-02-13

Commentaire de la Fondation contre le Cancer

En prévoyant de telles mesures, la Belgique aura les normes GSM les plus strictes d’Europe. Interphone est l’enquête la plus récente – et la plus étendue – menée à ce jour sur les dangers des téléphones mobiles. Elle a été réalisée par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC ou IARC), et ses résultats publiés en mai 2010 ne font pas apparaître de lien évident entre l’usage du GSM et les tumeurs cérébrales.

Cependant, un groupe de travail rassemblant 31 scientifiques de 14 pays a, pour sa part, analysé une centaine d’articles scientifiques concernant l’impact des ondes radio sur la santé. Ils en ont conclu que l’usage intensif du GSM (30 minutes par jour durant 10 ans) entraîne un risque accru de tumeurs cérébrales. Le CIRC a donc classé ce type d’ondes dans la catégorie 2B, c'est-à-dire ‘potentiellement cancérigènes pour l’homme’.

Des études complémentaires sont souhaitables, surtout si l’on tient compte des durées d’appel qui s’allongent et des usages sans cesse changeants de la téléphonie mobile, surtout chez les jeunes. C’est dans ce but que l’Union Européenne finance un nouveau projet de recherche consacré aux risques de tumeurs cérébrales induites par l’utilisation du GSM durant l’enfance et l’adolescence.

Peu de personnes utilisant un GSM depuis 10 ans ou plus étaient incluses dans l’étude Interphone. Elle livre peu d’information sur les effets à long terme, car la période de développement d’un cancer peut être bien plus longue. Les résultats portant sur les dangers potentiels du GSM sont donc intéressants, mais des études plus longues et menées auprès de plus grandes populations restent nécessaires. Dans l’intervalle, nous conseillons de suivre ces quelques règles de précaution :

  • Ne mettez pas de GSM à proximité des parties sensibles du corps, comme les organes génitaux (ou le ventre chez les femmes enceintes). L’oreillette permet de limiter l’exposition au niveau de la tête.
  • Évitez les longues conversations, surtout dans les zones où la réception est mauvaise. En effet, le GSM augmente alors automatiquement sa puissance d’émission.
  • N'utilisez pas de GSM en voiture ou en train. En effet, l’appareil recherche alors automatiquement de nouvelles stations relais, utilisant pour cela une puissance maximale.
  • Servez-vous intelligemment de votre GSM : évitez les appels inutiles et ne prolongez pas la conversation. Les enfants réserveront l’usage aux contacts strictement indispensables. Certains experts recommandent de ne pas laisser les enfants de moins de 12 ans utiliser de GSM.