Tous les partis politiques se rallient derrière Générations Sans Tabac | Fondation contre le Cancer

Tous les partis politiques se rallient derrière Générations Sans Tabac

Alliance pour une societé sans tabacVendredi, 22 Mars 2019

Un soutien massif pour des mesures antitabac efficaces

Tous les grands partis politiques soutiennent le principe de linitiative Générations Sans Tabac, qui veut que tout enfant né à partir de 2019 puisse grandir sans tabac et ne se mette pas à fumer. Il existe en outre un soutien massif de la part des milieux politiques, qui désirent prendre les mesures nécessaires afin que la première génération sans tabac devienne une réalité dici 2037. Telles sont les conclusions du débat politique organisé ce matin à Bruxelles par lAlliance pour une Société sans Tabac. LAlliance souhaite que le principe défendu par linitiative Générations Sans Tabac soit intégré aux accords de gouvernement fédéral et régionaux et que les prochains gouvernements élaborent un plan antitabac ambitieux et cohérent.

Principe de « Générations Sans Tabac » dans les accords de gouvernement

Ce matin, l’Alliance pour une Société sans Tabac a présenté les résultats d’une enquête qu’elle avait organisée auprès de tous les grands partis politiques. L’Alliance souhaite que les prochains gouvernements adoptent un ensemble cohérent de mesures visant à préserver les enfants d’un premier contact avec le tabac pour prévenir le risque d’addiction tabagique et à aider les fumeurs dans leur sevrage. Il ressort de cette enquête que tous les partis politiques se rallient derrière le principe de Générations Sans Tabac et qu’ils l’ont intégré dans leur (projet de) programme électoral. Ce principe veut que tout enfant né à partir de 2019 puisse grandir sans tabac et ne se mette pas à fumer. L’Alliance attend également des représentants politiques qu’ils l’intègrent dans les différents accords de gouvernement.  

Un soutien massif pour des mesures importantes en faveur d’un avenir sans tabac

À en juger par les réactions des partis politiques, ces derniers soutiennent massivement l’idée de joindre les actes à la parole. Ils sont motivés à profiter de la prochaine législature pour mettre en place un train de mesures efficaces qui, en Belgique, permettront à la première génération sans tabac de voir le jour d’ici 2037. Tous s’accordent ainsi à dire qu’il est nécessaire d’investir des moyens supplémentaires dans la prévention du tabac et les campagnes antitabac de grande envergure, ainsi que dans la mise à disposition gratuite de substituts nicotiniques pour les fumeurs ayant droit à une intervention majorée.

On notera également que six autres propositions de l’Alliance ont obtenu le soutien de huit des neuf partis, au rang desquelles l’augmentation drastique des taxes sur le tabac, à l’instar de la France et des Pays-Bas, et la suppression des différences de prix entre le tabac à rouler et les cigarettes ordinaires. L’Alliance a donc très bon espoir, puisqu’il s’agit, selon l’OMS et la Banque mondiale, des mesures les plus efficaces pour décourager les jeunes de se mettre à fumer et faire reculer le nombre de fumeurs.

Une majorité tout aussi importante soutient l’idée d’interdire toute publicité dans les points de vente et toute exposition des produits tabagiques. Deux mesures qui, d’après les études réalisées en la matière, sont d’une efficacité redoutable afin de dénormaliser le tabac et de protéger les jeunes contre la dépendance au tabac.

Une politique antitabac ambitieuse : c’est possible !

Vu l’ampleur du soutien en faveur des mesures présentées dans son mémorandum, l’Alliance compte sur les prochains gouvernements pour élaborer un plan antitabac cohérent et ambitieux. Les investissements que requièrent les mesures d’une telle politique seront plus que rentabilisés. L’étude SOCOST de 2016* montre en effet que les coûts que représente la consommation de tabac en Belgique sont considérables. En 2012, les coûts directs (de soins de santé, comme les visites médicales, les hospitalisations et les soins ambulatoires) étaient de 615 millions d’euros, tandis que les coûts indirects (notamment la baisse de productivité) ont atteint 746 millions d’euros. À ces montants, il faut encore ajouter 12 milliards d’euros de coûts intangibles (coûts liés à la diminution du nombre d’années de vie et de la qualité de vie).

Comme l’ont prouvé les exposés des éminents experts venus de France, des Pays-Bas et d’Irlande lors du débat politique de ce matin, une politique antitabac ambitieuse est tout à fait réalisable. Ces dernières années, ces pays ont en effet enregistré d’énormes progrès à ce niveau. Et les résultats sont là pour en témoigner, puisqu’en 2017, le nombre de fumeurs a diminué d’un million en France. Après concertation avec tous les acteurs en présence, les Pays-Bas ont conclu un accord de prévention national dans le cadre duquel le gouvernement s’est expressément engagé à faire de la première génération sans tabac une réalité d’ici 2040. L’Irlande désire aller encore plus vite et ambitionne de passer sous la barre des 5% de fumeurs d’ici 2025. 

Pour de plus amples informations  :

- Mémorandum de l’Alliance pour une Société sans Tabac :

- Récapitulatif des positions des partis politiques

- Explications des partis politiques (partis FR et partis NL) au sujet de leurs positions

L’Alliance pour une Société sans Tabac, l’organisation à l’origine du projet Générations Sans Tabac, est une initiative, de la Fondation contre le Cancer, Kom op tegen Kanker, de la Ligue Cardiologique Belge, du Fonds des affections respiratoires, du Service d’Étude et de Prévention du Tabagisme, de l’Observatoire de la Santé du Hainaut, du Vlaams Instituut Gezond Leven, de la Vlaamse Vereniging voor Respiratoire Gezondheidszorg en Tuberculosebestrijding et du Gezinsbond. L’Alliance pour une Société sans Tabac souhaite que le prochain gouvernement adopte un ensemble cohérent de mesures. Ces mesures visent à préserver les enfants d’un premier contact avec le tabac pour prévenir leur addiction tabagique et à mieux aider les fumeurs dans leur sevrage. Des dizaines d’associations médicales et d’organisations actives dans le domaine de la santé ont signé une charte à travers laquelle elles s’engagent, en collaboration avec leurs membres, à faire de la première génération sans tabac une réalité.

Smoke Free Partnership: https://smokefreepartnership.eu/

European Network for Smoking and Tobacco Prevention: http://ensp.network/