Les dépenses liées au traitement du cancer ont augmenté de 73 % au cours des trois dernières années

Un point sur les dépenses dans le cadre du traitement du cancer en Belgique

Uitgaven kankerbehandelingenJeudi, 5 Septembre 2019

Les dépenses liées au traitement du cancer ont augmenté de 73 % au cours des trois dernières années. Les chiffres provisoires indiquent qu’en 2018, la Belgique aurait déboursé plus d’un milliard d’euros pour le traitement des personnes atteintes du cancer. Ces dépenses sont par la suite en partie remboursées par les entreprises pharmaceutiques. L’immunothérapie, un traitement qui stimule le système immunitaire pour combattre les cellules cancéreuses, représente un pourcentage croissant de ce montant.

Bien que l’immunothérapie ne soit utilisée que pour un nombre limité de patients, son coût est bien plus élevé que celui de la chimiothérapie. Le nombre de patients et les types de cancer traités par immunothérapie a par ailleurs augmenté.

Commentaires de la Fondation contre le Cancer

Depuis des années, le gouvernement conclut avec les entreprises pharmaceutiques des accords secrets sur de nouveaux médicaments onéreux, sans que filtre la moindre information quant aux détails de ces transactions. En mai, l’Organisation Mondiale de la Santé a adopté à Genève une résolution par laquelle elle appelle tous les États membres de l’ONU à prendre d’urgence des mesures visant à renforcer la transparence, qui fait défaut actuellement et qui justifie l’absence d’informations sur la fixation des prix des médicaments.

Actuellement, les autorités bénéficient de remises en échange de leur silence sur le coût réel des médicaments, ce qui donne aux États l’impression de faire une bonne affaire, sans avoir pu toutefois comparer ces prix. Les entreprises pharmaceutiques en profitent.

Mais comment ces prix élevés sont-ils justifiés ? Quelle est la part des coûts de recherche et développement ? Autant de questions auxquelles le manque de transparence ne permet pas de répondre.

Une négociation plus efficace des prix et des remboursements ne sera envisageable qu’à partir du moment où la transparence sera de mise dans le secteur pharmaceutique. Le gouvernement pourra ainsi négocier des prix équitables et les médicaments contre le cancer deviendront, espérons-le, plus abordables.