Une chimiothérapie mieux ciblée | Fondation contre le Cancer

Une chimiothérapie mieux ciblée

Vendredi, 1 Mars 2013

Des études sont actuellement menées dans le but de rendre les chimiothérapies plus ciblées. Cela les rendrait plus efficaces, tout en entraînant moins d’effets secondaires.
Source : De Standaard, 18-02-13

Commentaire de la Fondation contre le Cancer

La chimiothérapie, pour de nombreuses personnes, évoque des effets secondaires particulièrement désagréables : chute des cheveux, fatigue, vomissements, etc. Cependant, ces dernières années, de réels progrès ont été réalisés dans le domaine de la qualité de vie du patient au cours d’une  chimiothérapie. Et des études prometteuses sont actuellement menées afin de rendre cette forme de thérapie mieux ciblée.

Dans notre pays, un tel médicament novateur est actuellement utilisé dans le traitement des cancers du sein et des ovaires : le Caelyx. Il s’agit en fait d’une substance déjà utilisée depuis longtemps en chimiothérapie (doxorubicine), mais « emballée » de manière à éviter presque totalement les dégâts au cœur, les nausées et les vomissements. On peut comparer cet emballage à un manteau chimique recouvrant le médicament, qui s’enlève lorsque celui-ci arrive au cœur de la tumeur, là où l’acidité est la plus haute.

Une autre solution est également à l’étude. Il s’agit de joindre deux protéines « à tête chercheuse » au médicament. Ces protéines vont aller se lier aux récepteurs correspondant sur les cellules cancéreuses. Lorsque ces deux « clés » sont entrées dans les « verrous », l’agent chimiothérapeutique est libéré. Cela permet d’éviter quasiment tout dégât aux cellules saines. Cette méthode est actuellement testée aux Etats-Unis et au Japon. Enfin, on est actuellement en train d’expérimenter l’application de pansements moléculaires sur les gènes impliqués dans le développement de certains cancers.

L’espoir est donc permis, grâce aux nouveaux développements de la chimiothérapie. Mais il faut cependant garder à l’esprit que des années, voire des décennies, sont parfois nécessaires pour passer de l’expérimentation à l’utilisation généralisée.