Voice over Cancer : une campagne pour sensibiliser aux cancers de la tête et du cou

Lundi, 23 Septembre 2013

Du 23 au 27 septembre et pour la première fois en Belgique, l’EHNS (European Head & Neck Society) lance une campagne de sensibilisation intitulée "Voice over Cancer". Le but de cette action est de sensibiliser le public à la problématique des cancers de la tête et du cou, afin d’améliorer le diagnostic précoce et le pronostic des patients qui en sont atteints. Cette campagne a reçu le soutien de la Fondation contre le Cancer.

La campagne en résumé

Quatrième cancer chez les hommes

On parle assez rarement des cancers de la tête et du cou, c’est-à-dire touchant la bouche, la cavité nasale, le pharynx ou le larynx. Pourtant, en 2008, dans notre pays, ils étaient en quatrième position en termes d’incidence chez les hommes (après le cancer de la prostate, du poumon et du gros intestin) et en 9ème position chez les femmes.

C’est pour sensibiliser le public à ces maladies qu’une semaine d’action sera organisée du 23 au 27 septembre prochains. Des  brochures seront également distribuées à cette occasion.

Facteurs de risque : tabac, alcool et HPV

Le tabac et l’alcool sont les facteurs de risque principaux des cancers de la tête et du cou, surtout s’ils sont combinés (entre 85 et 90% des patients atteints de ce type de cancer fument et boivent). Même le tabagisme passif semble être un facteur de risque non négligeable. Une infection latente de la gorge par le HPV (Papilloma virus humain), constitue également un facteur de risque récemment identifié.

Signaux d’alarme

Plusieurs signaux d’alarme doivent vous motiver à consulter votre  médecin traitant, même si la plupart d’entre eux ne signent pas automatiquement la présence d’un cancer de la tête et du cou. Pour être significatifs, ces symptômes doivent être persistants (plus de 3 semaines) ou répétés.

Ainsi, une douleur ou une gêne dans la gorge qui persiste plus de trois semaines nécessite une consultation. Ceci est d’autant plus important si vous fumez ou consommez régulièrement de l’alcool, et si ces symptômes ne sont pas atténués par des anti-douleurs, des antibiotiques ou un autre traitement local. Il en va de même en cas d’enrouement de longue durée, de problèmes de déglutition (avec éventuelle surproduction de salive dans la bouche), de douleurs (ou crampes) rayonnant vers l’oreille, de nez bouché ou de saignement de nez (limité à un côté). Enfin, tout gonflement (ganglion) persistant dans le cou doit être examiné, surtout s’il  est indolore.

Des progrès dans les traitements

Des progrès substantiels ont été réalisés ces dernières années dans le traitement des cancers de la tête et du cou : améliorations des techniques chirurgicales et de radiothérapie, chimiothérapie plus efficace et traitements ciblés. Ces progrès ont permis d’augmenter les chances de guérison, surtout si la tumeur est détectée à un stade précoce, et que le patient est rapidement pris en charge par un spécialiste (stomatologue, ORL, oncologue).

En savoir plus :