Y a-t-il un lien entre la consommation d'alcool et le cancer ? | Fondation contre le Cancer

Y a-t-il un lien entre la consommation d'alcool et le cancer ?

Y a-t-il un lien entre la consommation d'alcool et le cancer ?Mardi, 11 Février 2020

Il n’est plus à prouver que l’alcool a des effets néfastes sur la santé. Mais saviez-vous que sa consommation augmente le risque de divers cancers ? En effet, c’est l'une des causes de cancer de la bouche, de la gorge, du larynx, de l'œsophage, du foie, de l'intestin, du sein et de l'estomac.

Comment l'alcool augmente-t-il le risque de cancer ?

Les mécanismes précis qui déterminent la relation entre la consommation d'alcool et certains cancers ne sont pas tout à fait clairs. Cependant, il est évident qu'il existe plusieurs mécanismes :

  • Dommages directs sur l'ADN

L'acétaldéhyde est une substance libérée dans l'organisme lors de la décomposition de l'alcool. Cette substance toxique perturbe la synthèse et la réparation de l'ADN. Elle contribue ainsi au développement du cancer.

  • Stress oxydatif

Une consommation d'alcool plus élevée induit également un stress oxydatif. Cela entraîne une production accrue de substances qui endommagent l'ADN et peuvent donc favoriser le développement du cancer.

  • Autres mécanismes

L'alcool augmente également les niveaux de certaines hormones qui favorisent le développement du cancer. Il peut augmenter les niveaux d'œstrogènes et d'autres hormones associées à certains cancers du sein. Il peut aussi faciliter l'entrée des cancérigènes dans les cellules du corps. Enfin, il empêche probablement l'absorption d'acide folique dans l'organisme, ce qui augmente probablement le risque de cancer.

Le type de boisson alcoolisée fait-il une différence ?

Tous les types de boissons alcoolisées ont un impact similaire sur le risque de cancer, qu'il s'agisse de la bière, du vin, des spiritueux (liqueurs) ou d'autres sources d'alcool. Les autres sources d'alcool comprennent, par exemple, les desserts contenant de l'alcool tels que certaines pralines, l'advocaat, le tiramisu, etc.

Le facteur le plus important est la quantité d'alcool consommée. De petites quantités de boissons alcoolisées augmenteront légèrement le risque de diverses formes de cancer, et de plus grandes quantités augmenteront ce risque.

Pour prévenir le cancer, il est donc préférable de ne pas boire d'alcool, mais le diminuer est aussi une stratégie. En pratique, un maximum de 10 verres standard par semaine est un moyen de réduire le risque.

En plus d’une diminution ou d’un arrêt total de l’alcool, que puis-je faire pour réduire mon risque de cancer ?

La recherche scientifique actuelle nous en apprend beaucoup sur le cancer et les facteurs qui en sont la cause. Il n'y a cependant aucun type de cancer dont tous les facteurs de risque sont connus.

Néanmoins, grâce aux connaissances actuelles, environ 1 nouveau cas de cancer sur 3 peut être évité.

Le cancer est causé par une accumulation de dommages à notre matériel génétique (ADN). Le vieillissement et la division cellulaire associée, ainsi que l'hérédité sont des facteurs de risque inévitables pour de tels dommages.

D'autres facteurs de risque sont totalement ou partiellement évitables, tels que le tabagisme, l'obésité, le manque d’activité physique, l'exposition aux rayons UV, la consommation d'alcool et l'infection par le virus du papillome humain (VPH) ou le virus de l'hépatite B.

Certains facteurs nous protègent en réduisant le risque de cancer : l’activité physique, l'allaitement, une alimentation riche en fibres, etc.

Notre mode de vie peut donc avoir un impact positif ou négatif sur nos probabilités de développer un cancer.