L’activité physique pendant et après les traitements du cancer

Les bienfaits de l’activité physique sont inestimables : elle améliore la qualité de vie, réduit le risque de mortalité ou de survenue d’un nouveau cancer et est associée à une diminution de l’état de fatigue.

Effets de l'activité physique sur la qualité de vie 

Plusieurs essais sur des sujets aléatoirement répartis ont rapporté qu’une activité physique adaptée, d’intensité faible à modérée, pendant et après le traitement en cancérologie: 

  • améliore la qualité de vie (bénéfice sur l’anxiété, la dépression, le sommeil, l’image du corps et le bien-être)
  • diminue la sensation de fatigue des patients atteints d’un cancer, sans effet secondaire

Ces effets positifs sur la qualité de vie sont avérés pour tous les types de cancers, bien que le plus étudié soit le cancer du sein. 

Effets de l'activité physique sur la survie

Une méta-analyse récente sur la relation activité physique et cancer du sein montre :

  • une réduction du risque de la mortalité globale de 18 % et 41 % pour une activité physique pratiquée respectivement avant et après le diagnostic
  • une réduction du risque de décès par cancer du sein de 34 % uniquement pour une activité physique pratiquée après le diagnostic (pas d’effet significatif trouvé pour l’activité physique pratiquée avant le diagnostic) 
  • une réduction du taux de récidive de 24 % pour une activité physique pratiquée après le diagnostic 

De même, plusieurs études de cohorte de patients atteints de cancer colorectal ont montré une association positive entre la survie (globale ou spécifiquement liée au cancer) et la pratique d’une activité physique d’intensité modérée, de 6 à 9 heures par semaine, avant et après le diagnostic.

Une étude de cohorte américaine montre également chez des hommes atteints de cancer de la prostate qu’une activité physique régulière après le diagnostic est associée à une diminution du risque de mortalité spécifique mais aussi globale. 

Dernière adaptation le: 31/08/2018

Témoignages

" Percer les mystères de la vie et de la nature, et aider les gens de cette façon, c’est ma passion depuis que je suis enfant. Dans mon domaine de recherche, l’immunothérapie, je combine chaque jour ces deux aspects : je cherche à savoir comment les cellules cancéreuses parviennent à tromper notre système immunitaire, et comment nous pouvons empêcher cela. Mon équipe et moi aidons ainsi de nombreux patients atteints de leucémie."Lire la suite