Generatie Rookvrij

Générations sans Tabac

Pour que plus d’enfants et de jeunes se détournent de la cigarette, rejoignez « Génération sans Tabac »

Chaque semaine, des centaines d’enfants et de jeunes commencent à fumer en Belgique. Interpellant, non ?

C’est la raison pour laquelle Fondation contre le Cancer a initié le projet « Générations sans Tabac ».

« Générations sans Tabac » entend lancer un vaste mouvement, supporté par l’opinion publique et des organisations, œuvrant à une société où plus personne ne souffre ou ne meurt des effets du tabagisme, qu’il soit actif ou passif. Une société dans laquelle nous protégeons les enfants et les jeunes de la tentation de commencer à fumer et du risque de devenir dépendants. Notre objectif ? Créer la première génération sans tabac pour offrir aux enfants et aux jeunes le droit de grandir dans un environnement sans fumée.

Les enfants et les jeunes sont le reflet de leurs modèles : ils imitent leurs comportements. Lorsque les enfants ou les jeunes voient des (jeunes) adultes fumer, cela leur donne l'impression que fumer est un comportement normal, voire banal et agréable, plutôt qu'une dépendance qui a de multiples conséquences sur la santé et dont l’issue peut être fatale. Voir fumer incite à fumer.

C'est pourquoi « Générations sans Tabac » plaide pour qu’un maximum d'environnements qui accueillent des enfants et des jeunes soient autant que possible non-fumeurs. L’absence de tabac dans l’environnement doit devenir la nouvelle norme. Cela contribue à réduire l’attrait de la cigarette chez les enfants et les jeunes, et renforce leur résistance à la tentation de commencer à fumer. En soi, il s'agit d'une stratégie visant à détourner les enfants et les jeunes de la cigarette.

Vous voulez nous soutenir à faire éclore une génération choisira pour un avenir sain et sans fumée, une génération non-fumeur? Tout le monde peut y contribuer. Et vous aussi!

En savoir plus sur : www.generationssanstabac.be

 

Dernière adaptation le: 5/10/2018

Témoignages

Delphine et An-Sofie ont à peine 24 et 27 ans. Elles n’ont donc pas le profil type de « patientes cancéreuses ». Et pourtant, elles ont toutes deux dû affronter un mélanome, le plus dangereux des cancers de la peau. Mais elles l’affirment elles-mêmes : si elles avaient su, à l’époque, tout ce qu’elles savent aujourd’hui sur les UV, les choses n’auraient pas été si loin. A présent, ces jeunes filles débordantes de vie sont en rémission et veulent porter un message qui pourra peut-être un jour vous sauver la vie : « protégez-vous du soleil ! » Lire la suite