Pour éviter le cancer du sein, il faut faut manger des « superaliments » | Fondation contre le Cancer

Pour éviter le cancer du sein, il faut faut manger des « superaliments »

FAUX

A l’heure actuelle, rien ne prouve que les prétendus ‘super-aliments’ (brocoli, graines de chia, baies de goji, tomate/lycopène, etc.) auraient une influence sur le risque de cancer, ni après un cancer, ni en prévention du cancer.

Au lieu de se focaliser sur les ‘super-aliments’, il est préférable d’opter pour une alimentation saine et équilibrée, en variant au maximum l’apport en fruits et en légumes. 

Nos conseils

  • Essayez d'atteindre et de conserver un poids idéal en mangeant de manière équilibrée, en pratiquant suffisamment d’activité physique et en évitant la station assise prolongée.
  • Effectuez chaque jour au moins 30 minutes d'exercice physique, par exemple une marche à un rythme soutenu.
  • Limitez la consommation d'aliments riches en calories tels que les snacks riches en graisses et les en-cas et boissons fortement sucrés.
  • Mangez suffisamment de légumes, fruits, céréales et légumineuses, en variant le plus possible (jouez sur les couleurs).
  • Mangez tous les jours au moins 5 portions de fruits et de légumes (600 g au total).
  • Limitez la consommation de viande rouge (bœuf, porc, agneau, etc.) à un maximum de 500 g par semaine. Évitez les viandes préparées (charcuteries, pâté, salami, saucisson, saucisses, haché préparé, etc.).
  • Évitez de préférence l'alcool, ou limitez-en la consommation à maximum un verre par jour.
  • Limitez votre consommation de sel et évitez les préparations très salées.
  • Evitez la prise de compléments alimentaires… ils ne protègent pas du cancer !
  • Pratiquer l'allaitement maternel permet de réduire le risque de cancer et autres maladies, tant pour la mère que pour l’enfant.

Découvrez plus de mythes et réalités à propos du cancer du sein 

Dernière adaptation le: 24/10/2019

Témoignages

Le cancer survient dans la vie de Christelle alors qu’elle et son mari envisagent d’avoir un second enfant. Elle témoigne de son combat contre la maladie, de ses conséquences sur sa vie familiale et du soutien que lui ont procuré les services de la Fondation.Lire la suite