De combien de vitamine D avons-nous besoin ? | Fondation contre le Cancer

De combien de vitamine D avons-nous besoin ?

Une quantité de 15 nanogrammes par millilitre (ng/ml), équivalente à 37,5 nanomoles par litre (nmol/l) de 25-hydroxyvitamine D dans le sang est considérée comme suffisante pour maintenir un métabolisme du calcium normal chez une personne en bonne santé. Certains experts estiment toutefois que cette quantité est plutôt faible. Selon le Dietary Guidelines for Americans (2005), la quantité idéale serait de 80 nmol/l, sensiblement plus élevée donc. Un taux dans le sang inférieur à 11 ng/ml (27,5 nmol /l) indique une carence en vitamine D chez les bébés, les nouveau-nés et les jeunes enfants (réf. 2). 

L'Institute of Medicine of the National Academies américain a publié un tableau reprenant les prises quotidiennes recommandées de vitamine D, dans l'hypothèse où aucune vitamine D3 n'est synthétisée dans la peau par exposition au soleil :

 
Age Prise minimum recommandée de vitamine D (en µg/jour et UI/jour)
Jusqu'à 50 ans 5 μg (= 200 IU)
de 50 à 70 ans 10 μg (= 400 IU)
Après 70 ans 15 μg (= 600 IU)
Grossesse 5 μg (= 200 IU)
Allaitement 5 μg (= 200 IU)

μg = micrograme ; 1 μg = 40 Unités Internationales (UI)

Les Dietary Guidelines for Americans (2005) recommandent aux personnes âgées, aux personnes à peau sombre et à toute personne insuffisamment exposée au soleil, de prendre un supplément de vitamine D sous la forme d'aliments ou de compléments enrichis en vitamine D. Le risque d'un apport insuffisant de vitamine D est supérieur au risque d'un apport excessif. Il n'est toutefois jamais bon d'exagérer : l'absorption excessive d'une substance alimentaire, quelle qu'elle soit, y compris de vitamine D, peut avoir un effet toxique. Une exposition excessive au soleil ne provoque pas de toxicité de la vitamine D mais augmente les risques de cancer de la peau.

Témoignages

En tant que scientifiques, nous sommes bien placés pour savoir ce qu’est le cancer. Nous sommes les meilleurs témoins de l’importance qu’ont la recherche contre le cancer et l’accompagnement des patients. Mais quand la maladie touche votre foyer, elle prend soudainement une toute autre dimension.Lire la suite